02/10/2012

L'ASCLEPIADE DE SYRIE

Dans ma note précédente, je parlais des OGM, sujet prémonitoire sans doute puisque quelques jours plus tard, le Nouvel Observateur publiait un article « Oui, les OGM sont des poisons » (cliquez). Je ne reviens pas sur le sujet mais cet éclairage nouveau sur la problématique des OGM vaut certainement de s’y attarder un peu plus.

Il y a quelques semaines, j’avais lu un article qui parlait des insectes qui fréquentent les plantes manipulées. Une étude suggérait que le pollen du maïs génétiquement modifié affectait les chenilles des papillons monarques. Ces chenilles se nourrissent de feuilles d’asclépiades qui poussent souvent à l’état sauvage à proximité des champs de maïs or des entomologistes ont montré qu’en laboratoire, le pollen du maïs Bt dispersé sur des feuilles d’asclépiades interrompait la croissance de certaines chenilles monarques ou les tuait.

Asclépiade de syrie 3.jpgIl se fait que cette asclépiade très répandue dans la région, , j’en observe les différentes phases de son développement depuis le début du printemps. Et je peux dire que voilà une plante qui ne passe pas inaperçue quelque soit la saison.

L’Asclépiade de Syrie (Asclépias Syriaca) doit son nom à Jacques Philippe Cornut - médecin et biologiste français 1606 – 1651 qui en fait une description dans son ouvrage « Canadensium plantarum historia. Et notre médecin biologiste confond cette plante avec une autre plante originaire d’Asie mineure, d’où son qualificatif « de Syrie », alors que l’asclépiade est essentiellement originaire d’Amérique du Nord et principalement du Canada.

Asclépiade de syrie 1.jpgQuant à son nom, il fait référence à Asclépios, dieu de la médecine dans la mythologie grecque. Les grecs donnent le nom d’Asklepias à différentes plantes qui auraient des vertus médicinales dont le dompte-venin officinal (Vincetoxicum hirundinaria) à qui l’on attribuait le pouvoir de contrepoison du venin de vipère ce qui n’est d’aucune façon le cas de l’Asclépiade de Syrie.

Cette plante porte différent nom tous très imagés : « herbe à la ouate » référence à l’aigrette soyeuse des graines, « herbe aux perruches » référence à la forme des fruits verts ,  « langue de Vache » à cause de la forme des feuilles, « cotonnier », « petit-cochon », « asclépiade commune », « asclépiade de Cornut », ou encore « cochons de lait ».

Asclépiade de syrie 4.jpgA l’état sauvage, c’est une plante envahissante qui colonise les milieux ouverts, peu exigeante elle a néanmoins besoin de beaucoup de lumière, et qui peut évincer localement la végétation indigène. Parfois elle est cultivée pour l’ornement dans les jardins mais attention, elle s’étend très facilement par des rejets souterrains.

C’est aussi une plante toxique, toutes ses parties (racine, tige, feuilles, fleurs et fruits) contiennent un latex laiteux et épais, consommée par la chenille du papillon monarque, celle-ci en devient à son tour toxique ce qui lui permet d’échapper à de nombreux prédateurs.

Asclépiade de syrie 5.jpg

En Amérique du Nord et particulièrement au Canada, elle est considérée comme une mauvaise herbe, il faut dire que par son expansion rapide, elle se retrouve notamment dans le sud de l'Ontario un peu partout,  dans les pâturages, les prairies, les terrains incultes, les terres cultivées et les bords de routes. Elle est particulièrement commune dans les îles Manitoulin et la région centre-est du sud de l'Ontario, et elle semble être en progression dans la plupart des autres régions de la province.

Asclépiade de syrie 6.jpgComme je le disais plus avant, cette plante a un développement assez spectaculaire, tout d’abord parce qu’elle forme des colonies abondantes, que ses petites fleurs roses qui apparaissent au printemps sont assez jolies, que les fruits qui apparaissent en fin d’été ont une forme et une texture particulières et que maintenant en automne les fruits éclatent et laissent échapper une quantité de graines impressionnante. Les graines pourvues d’aigrettes soyeuses sont transportées à tout va par le vent d’où une dissémination importante.  

Asclépiade de syrie 8.jpg

Asclépiade de syrie 7.jpgMalgré sa toxicité, certaines personnes en consomment (il faut être sûr de la préparation !) principalement quand les fruits sont encore petits, voici un exemple vidéo avec l’accent du Québec pour des « bouchées de petits cochons gratinés ».

18/05/2012

IRIS, LA MESSAGERE DES DIEUX

 Iris, la messagère des dieux dans la mythologie grecque , messagère entre les dieux et les hommes avait fait de l’arc en ciel un espèce de chemin entre les uns et les autres. C’est sans doute grâce à ses multiples couleurs que la plante bien connue a hérité de ce nom qui lui va à merveille.

Héra (femme et soeur de Zeus, gardienne de la fécondité du couple) avait pour Iris une affection sans bornes, d’une part parce qu'elle la purifiait avec des parfums quand elle revenait des enfers de l’Olympe et d’autre part parce qu’elle ne lui apportait jamais que de bonnes nouvelles. C’est sans nul doute pour cette raison que dans le langage des fleurs, l’Iris est annonciateur de bonnes nouvelles.

Iris 8.jpg

 Voilà une plante apparue il y a au moins 50 millions d’années et qui encore aujourd’hui trouve place dans bien des jardins. Rustique, facile à réussir, facile à multiplier, elle ne pose aucun problème et la multitude de couleurs et d’espèces la rend très attractive.

Le long des murs et des routes on trouve très régulièrement ces iris violets ou jaunes aux fleurs assez petites mais en 50 ans, la fleur a doublé de volume et les couleurs se sont multipliées de façon extraordinaire.

Iris 9.jpg

 Ce sont ces variétés toutes simples, qui poussent un peu partout qui font l’objet des photos de cette note. Ce ne sont pas les plus spectaculaires mais elles sont certainement à la base de bien des hybrides disponibles aujourd’hui.

Cette variété de formes et de couleurs a engendré chez certains une  passion pour en faire une véritable collection. Voici l’adresse d’un site répertoriant 342 variétés avec galerie de photos, ainsi que le nom de l'obtenteur et la date de création (clic).

Iris 10.jpg

 Certaines espèces sont très recherchées en parfumerie pour leur rhizome dont on extrait l’essence d’Iris, particulièrement les Iris de Florence (iris germanica) de couleur blanche. C’est semble t-il Catherine de Médicis qui aurait lancé la mode de l’Iris en tant que parfum.

 Comment planter et cultiver des Iris (c’est ici)

19:04 Écrit par MSVDH dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vivaces, iris, parfum, planter, cultiver, héra |  Facebook | |

30/10/2011

LE TULIPIER DE VIRGINIE

arbres,vivaces,tulipier de virginie,liriodendron tulipfera,millepertuis,hypericum

LIRIODENDRON TULIPIFERA , très reconnaissable grâce à la forme de ses feuilles, le tulipier de Virginie est un arbre de la famille des magnoliacées originaire du Sud et de l’Est des Etats-Unis.

Sa durée de vie est estimée à 500 ans, dans son milieu naturel il peut atteindre une hauteur de 50 à 60 mètres, dans nos régions en général il ne dépassera pas une trentaine de mètres. Il est donc réservé aux grands jardins, soit en isolé, soit en alignement.

Pour profiter de sa floraison, il faut être patient car elle n’intervient qu’après une dizaine, voire une vingtaine d’années. Les fleurs ont un peu la forme d’une tulipe, elles sont  de couleur jaune-vert avec un cercle orangé vers le centre. La floraison est suivie de fruits qui persisteront tout l’hiver pour le plus grand bonheur des oiseaux.Tulipier 2.jpg

En automne il est tout autant décoratif, et particulièrement cette année avec cette arrière saison tellement ensoleillée, ses feuilles prennent une très belle couleur d’un jaune intense.

Le tulipier préfère les sols bien drainés, voire sablonneux et dans ces conditions il est rustique.

 







Cet arbre a été introduit en Europe en 1663, le plus connu est celui que la reine Marie-Antoinette a planté au Petit Trianon de Versailles en 1771. Malheureusement il n’a pas résisté à la tempête de 1999, c’est un coutelier de Sauveterre-de-Rouergue, Guy Vialis,  qui a acheté ses restes pour fabriquer des manches de couteau.

Après accord avec la mairie de Versailles, Guy Vialis pouvait annoncer :

« Les couteaux réalisés avec le bois de ces arbres porteront sur la lame l'inscription « Versailles ». Et pour chaque couteau vendu, une petite partie des bénéfices sera utilisée toujours dans le même but : la replantation de nouvelles essences dans le parc du château de Versailles »

 

Ainsi Guy Vialis répondaient au souhait de l’association des « Amis du parc de Versailles » : Voir survivre les racines du tulipier de Marie-Antoinette. C’était chose faite puisque quelque temps après la souche de plus de huit tonnes était exposée sur la place de Sauveterre… Http://www.lesmanantsduroi.com/articles/article35229.php

Ici, il est associé à son pied avec des Millepertuis - HYPERICUM HYDCOTE – qui sont en train de prendre une belle coloration rouge cuivrée. Et comme pour nous rappeler qu’il y a quelques semaines, ils étaient encore bien fleuris, une seule malheureuse petite fleur tient courageusement  le coup. Pour bien mettre en valeur la beauté de sa fleur, une photo d’il y a quelques semaines quand fleurs et feuillages étaient encore en pleine santé.

Tulipier et millepertuis 1.jpg


03/07/2011

L'INCROYABLE VARIETE DES HEUCHERES.

heucheres 4.jpgHEUCHERA - Qui n'a pas dans son jardin, l'une ou l'autre variété d'heuchère ? Il y en a de toutes les couleurs, de toutes les tailles et elles ont un dénominateur commun : la facilité quant à leur culture.

En effet, elles prospèrent dans à peu près n'importe quelle condition, ombre ou soleil, résistantes au gel, le feuillage persistant, que demander de plus ?

Originaires d'Amérique du nord et du Mexique, les heuchères étaient à l'origine vertes et pourpres, toutes les couleurs que nous connaissons maintenant ont été obtenues par hybridations.

Le nom du genre vient de Johann Heinrich von Heucher, professeur de médecine à Dresde au XVIIIè siècle, un passionné d'horticulture et de botanique qui écrivit plusieurs ouvrages et en particulier sur les plantes qu'il cultivait lui même.

Heucheres 1.jpg

En vieillissant, le pied des plantes a tendance à se dégarnir, un peu de terre en surface à la fin de l'hiver permettra de leur rendre une nouvelle jeunesse. De fortes gelées peuvent endommager le feuillage, mais sans grand danger, dès le printemps de nouvelles feuilles apparaîtront facilement.

Pour maintenir une bonne floraison, il est indispensable de rajeunir les plantes âgées en supprimant les souches lignifiées. On replante les touffes en profondeur pour que les racines s'enfoncent bien dans la terre.

heucheres 2.jpg

La multiplication par semis n'est pas très aisée à réussir, il est préférable de procéder par division des touffes au printemps. Les heuchères sont idéales en bordures de massif, le feuillage abondant couvre facilement le sol et comme il y en a dans une multitude de teintes, il est aisé de créer des taches de couleurs en contraste avec ses voisines. Les fleurs sont fines, légères et aériennes, on les connaît également sous le nom "Désespoir de peintre".

heucheres 3.jpg

 

10:06 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : vivaces, heuchere |  Facebook | |

24/06/2011

L'EVOLUTION DU DERNIER MASSIF.

Dans le courant du mois de janvier, j'avais brièvement parlé d'un nouveau massif (cliquez ici) qui attendait d'être garni de plantes et arbustes. 6 mois plus tard, il a déjà une belle allure et en tout cas, c'est une belle promesse pour l'avenir.

P1110622.JPGParmi les arbustes qui le garnissent, j'ai planté :

Myrtillier d'Amérique - Vaccinium corymbosum goldtraube : ce n'est pas cette année que j'aurai le plaisir de goûter ses fruits, la sècheresse y est certainement pour beaucoup.

Raisin d'Amérique - Phytolacca americana : lui, il était déjà en place, il s'est intégré naturellement dans le massif. On le range souvent parmi les plantes envahissantes à proscrire mais je dois dire que chez moi, il est assez raisonnable, seules quelques pousses sont apparues çà et là.

Fuchsia Arbustif - Fuchsia magellanica riccartonii : il était déjà présent à un autre endroit qui ne lui convenait guère, je l'ai déplacé et cela semble lui convenir. Rabattu au pied au début du printemps, il a repris vigueur et promet une belle floraison.

Hydrangea Paniculata Vanille Fraise : cet arbuste ressemble certainement à la variété "Pinky Winky" déjà présente dans un autre massif et qui me donne tellement de satisfaction, ceci explique sans doute cela. A moins que comme j'aime la crême glacée et particulièrement les parfums Vanille et Fraise, j'ai peut être été influencé par son nom.

Ainsi que 3 rhododendrons mauves et une azalée rose.

P1110623.JPGParmi les plantes, un assortiment principalement à floraison mauve, rose et blanc.

Salvia Verticillata Purple rain - j'aime beaucoup toute la famille des sauges et elles sont nombreuses. Tout d'abord la forme des fleurs en épis me plaît, ensuite la couleur et elles sont en général bien fréquentées par les insectes pollinisateurs.

Tout à côté, j'avais semé ces fameuses graines californiennes dont j'ai déjà parlé, sans trop savoir ce que ça allait donné. Et finalement, même si le contraste est fort, la très belle couleur orangée des pavots de californie s'harmonise bien avec le violet des sauges. Les sauges qui ont d'ores et déjà atteint une belle taille et qui occupent bien l'espace qui leur est alloué.

Un peu plus loin, ce sont des Centaurea Dealbata, d'un beau rose foncé qui ont trouvé directement leur place et qui ont offert une belle floraison.

Aster Cordifolius Silver Spray : elle attend son heure ou plutôt la fin de saison. En automne elle devrait donner une belle floraison blanche.

Deux autres Asters dont je n'ai pas noté le nom (une violette et une blanche). Un éclat de Phlox Paniculata Rose prélevé dans un autre massif, 3 dahlias et 6 rosiers complètent un tableau bien attrayant. Et en bordure devant les rhododendrons, des heuchères "Palace Purple" prélevés dans d'autres massifs

P1110606.JPG

P1110608.JPG

19/06/2011

GERANIUM OXONIANUM HOLLYWOOD

Voilà une variété de Geranium qui n'a peur de rien, il passe au travers de toutes les situations, que ce soit la sècheresse, le froid ou encore la qualité de la terre, il semble inoxydable.

Et cette année encore, malgré la sècheresse qui a sévit pendant de longues semaines, il est bien fleuri. Je devrais plutôt dire, ils sont bien fleuris car en automne je l'ai divisé, ce qui est le meilleur moyen pour le multiplier.

Personnellement, j'aime beaucoup ses fleurs qui ont l'air tellement tendres et dont les dessins me font penser à un réseau de veines qui alimenterait une vie intense.

P1110475.JPGCet automne, je vais certainement encore le multiplier, je pense qu'une bordure plus longue le long de ce massif serait du plus bel effet.

Elle s'associerait parfaitement avec les échinacées et les marguerites qui se trouvent derrière.

Le terme Geranium vient du grec Geranos qui signifie "grue",  et qui fait référence à la forme très allongée de ses graines qui ressemblent au "bec" d'une grue.

 

 

 

 

P1110474.JPG

P1110473.JPG

22:49 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : vivaces, geranium hollywood |  Facebook | |

04/06/2011

DES SEMIS CALIFORNIENS !

Tout d'abord, reparlons de ce printemps chaud et sec, qui ici en Belgique bat le record d'ensoleillement. Le printemps météorologique 2011 est de loin, le plus lumineux de tous les printemps belges depuis que des observations héliographiques sont faites à Uccle, soit depuis 1887. Un article intéressant de Christian DU BRULLE (journal Le SOIR), pour la suite cliquez ici !

P1110363.JPG

 

 

 

 

Et cette semaine, miracle, la pluie est revenue, une bonne pluie, pas trop forte mais constante pendant pratiquement une journée.

Pour preuve, les hostas et les alchemilles qui en sont friands en ont gardé une trace comme pour bien prouver que ce n'était pas un mirage.

Mais 4 jours plus tard, le jardin est redevenu tout aussi sec, quelques corvées d'arrosage sont vraiment nécessaires.

L'alchémille est une plante vraiment facile, qui se ressème très facilement et qu'il faut quelque peu freiner tant elle peut devenir envahissante.

On prétend que l'alchémille était prisée des alchimistes qui utilisaient ses feuilles pour récolter la rosée du matin. On lui prêta aussi le pouvoir de faire renaître la virginité ou encore de rendre leur beauté aux seins flétris.

 

 

 

 

 

 

Par contre la sècheresse semble convenir à ces PHACELIA CAMPANULARIA communément appelée CALIFORNIA BLUE BELLS. C'est une plante qui vit à l'état natif dans une zone limitée au sud de la Californie.  Elle vit dans les sols désertiques sur sol sablonneux ou caillouteux, elle aime donc les sols secs.

C'est l'an passé que des amis américains de passage en Belgique m'ont offert quelques paquets de semences, notemment des pavots de californie ainsi que ce mélange de "Wildflowers". contenant une quinzaine de variétés de plantes californiennes.

P1110435.JPG

P1110436.JPG

Maintenant, c'est avec une certaine impatience que j'espère que d'autres variétés vont fleurir.

24/05/2011

MALGRE LA SECHERESSE .....

Nous vivons un printemps tout à fait exceptionnel, ensoleillé mais surtout très sec. La terre est toute déssèchée, les plantes souffrent mais malgré tout les floraisons se succèdent.

Et puis, il y a mes deux "chambres d'hôtes", toutes deux occupées, l'une par des mésanges charbonnières et l'autre par des mésanges bleues. Ce samedi, les mésanges charbonnières ont pris leur envol et dimanche c'était au tour des petites bleues. Tout d'abord, j'ai vu les petites têtes qui apparaissaient par l'orifice du nid tandis que les parents étaient en effervescense. Après toutes ces semaines passées dans le fond du nid, les petits commencent à découvrir le monde extérieur. Il me reste à leur souhaiter une longue vie et qu'ils continuent à fréquenter le jardin.

mésanges.jpgAu jardin, les floraisons se succèdent, cest le cas notemment de la VALERIANE ROUGE appelée aussi BARBE DE JUPITER ou CENTHRANTE ROUGE. Dans mon jardin, cette "sauvage" s'est installée toute seule, un peu envahissante, elle est néanmoins assez décorative.

La Valeriane à fleurs rouges est assez nouvellement descendue des Alpes dans nos jardins. Sa parure est brillante mais toujours un peu en désordre. Cette fille des montagnes conserve au milieu des nos fleurs cultivées un port rustique qui lui donne un peu l'air d'une parvenue, cependant cette beauté sauvage doit sa fortune à son mérite, sa racine est excellente contre la plupart des maladies  qu'engendre la mollesse, son infusion fortifie la vue, ranime les esprits, éloigne la mélancolie....  LE LANGAGE DES FLEURS par André MARTIN - 1830.

montage 1.jpg

Les merveilleux pavots commencent leur floraison, si belle, si fragile, rien que pour eux on espère qu'un orage ne va pas éclater, c'en serait fini de leurs belles fleurs. Mes petits potagers en carré commencent à ressembler à quelque chose, les premières laitues seront bientôt dans mon assiette.  Quoi de plus délicieux qu'une salade fraîchement coupée mais c'est au prix d'arrosages journaliers.

montage 2.jpg

Les fruits de l'érable sont d'une belle couleur verdâtre, les ancolies sont en fleurs, le rodgersia a maintenant ses belles feuilles de "marronier" et la floraison est en cours. Les insectes de tout type butinent, volent, bref la vie au jardin est bien présente, quel plaisir !

montage 3.jpg


23:20 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : mésanges, vivaces, valériane rouge |  Facebook | |

04/05/2011

AZALEES ET RHODODENDRONS.

Tous les matins, quand le temps le permet, mais avec ce printemps exceptionnel c'est pratiquement tous les jours, lors de ma balade vélocipédique, je parcours des quartiers résidentiels et j'admire en passant les jardins ou les abords des maisons, ..... une idée est toujours bonne à prendre.

Et pour le moment, les rois et reines des jardins sont les rhododendrons et les azalées, de toutes tailles, de toutes formes et de toutes les couleurs. Certaines d'ailleurs un peu trop criardes à mon goût, j'ai vu des oranges ou des rouilles qui ne me plaisaient guère.

RHODO 4.jpg

 Rhododendron vient du grec "rhodon", rose, rosier et "dendron", arbre ce qui donne littéralement "arbre à roses". Jusqu'au XVIII éme siècle, il était appelé "Rosage". Des rhododendrons, il en existe plus de 1000 variétés dans le monde, dont certains sont de véritables arbres qui atteignent 15 mètres, on les trouve dans les pays proches de l'himalaya.

RHODO 1.jpg

 Les rhododendrons et les azalées sont des plantes de terre de bruyère, elle demande un sol acide et ne supporte pas le calcaire. Donc il est préférable de les arroser à l'eau de pluie. Après la floraison, il faut enlever toutes les fleurs fanées afin d'éviter le développement de graines et favoriser le développement de nouvelles pousses et par conséquent la floraison de l'année suivante.

RHODO 2.jpg

 Voici une nouvelle venue au jardin, c'est une jolie azalée qui a trouvé place dans le nouveau massif. Et elle semble s'y plaire puisqu'elle me gratifie de cette magnifique floraison. Malheureusement le froid de cette dernière nuit, la pelouse était entièrement givrée ce matin, a eu raison de ses belles fleurs.

RHODO 3.jpg

 Ce rhododendron est lui aussi un nouveau venu,  ce demi tonneau qui attendait depuis quelques années que je lui trouve une quelconque utilité, est devenu sa nouvelle demeure. Et ça a l'air de marché entre eux puisque là aussi la floraison est en cours.

23:06 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vivaces, rhododendrons, azalées |  Facebook | |

01/05/2011

METAMORPHOSE.

Les travaux au jardin sont nombreux et variés, certains sont agréables, d'autres sont pénibles mais quand on aime rien ne peut résister.

A la sortie de l'hiver, tout bon jardinier aime se "replonger" les mains dans la terre, la sentir, la renifler, la travailler. Et puis, il faut bêcher, nettoyer, semer, bouturer, marcotter, ameublir, bassiner, composter, biner, diviser, béquiller, cultiver, rempoter, défricher, borner, éclaircir, butter, élaguer, etc.... croirait t-on qu'il y a autant de plaisirs au jardin.

Mais au bout de tout cela, il y a la récompense, .... profiter d'un jardin fleuri, coloré, odorant, accueillant et agréable. Chaque jour avoir le plaisir d'en faire le tour, d'observer les changements qui dans cette période sont tellement nombreux.

Personnellement, j'aime beaucoup observer la métamorphose d'une plante depuis le bouton floral jusqu'à la floraison. Voir une belle plante s'épanouir dans mon jardin, quel plaisir !

P1100677.JPG

P1100711.JPGLa métamorphose du "Bleuet des montagnes" ou Centaurée. 

P1100699.JPG

 P1100799.JPGLa métamorphose de la Pivoine.

22:25 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : floraison, métamorphose, bleuet, pivoine, vivaces |  Facebook | |

24/04/2011

L'EVOLUTION DE L'ADOXE MUSCEE.

P1100709.JPGVoilà une petite plante que je classifie dans les "cadeaux du ciel", elle est apparue dans un petit coin, discrète, mignonne il y a de cela 2 ans. En fouillant dans ma bibliothèque "jardin", je l'avais identifiée comme étant  "ADOXA MOSCHATELLINA" ou MOSCATELLINE ou MOSCATELLE ou HERBE AU MUSC. Son nom adoxe vient du grec adoxos qui signifie sans gloire, peu visible.

Son Biotope :

Forêts des gorges, forêts aux abords de rivières, forêts de feuillus humides et buissons.
Aime sols calcaires, argileux, azotés, légers, un peu humide.
Rare.P1100708.JPG

Comme elle était "rare", je m'étais dit qu'elle allait sans doute disparaître aussi rapidement qu'elle était apparue. Et bien non, il faut croire qu'elle se trouve bien chez moi, car elle ne fait que croître et embellir. Ce petit coin humide et frais , le sol argileux et calcaire correspondent effectivement à ses besoins, et dans peu de temps les grandes feuilles du Rodgersia, qui commencent à grandir, lui feront un très beau parasol.

P1100707.JPG

 Vous l'aurez deviné, cette "PETITE MUSQUEE", dégage une odeur de musc très caractéristique. Le musc étant pourtant une matière naturelle animale qui entre dans la composition des parfums, il est produit par les chevrotains (cerfs porte musc) qui vivent en Sibérie, dans l'Himalaya et au Tibet.

10:23 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : vivaces, adoxe, musc |  Facebook | |

30/03/2011

"COEUR DE MARIE" et MUSCARIS.

P1100382.JPGEt bien voilà un mois de mars exceptionnel, le temps est tellement clément que pratiquement tous les massifs sont déjà nettoyés. Les giboulées de mars auraient elles décidé de passer à côté du pays ?

On ne va pas s'en plaindre, quoique la terre est déjà bien sèche, mais tout peut encore arriver. Dans le jardin tout bouge, et les premières floraisons apparaissent çà et là. Il y a notamment cette association "Coeur de Marie" et "Muscaris", ils sont dans ce petit coin protégé et assez frais, l'endroit semble bien leur convenir, ils ont l'air l'un comme l'autre en pleine forme.Clin d'œil

P1100374.JPG

 Le "Coeur de Marie" ou "Coeur de jeanette" ou encore "Coeur saignant" porte le nom scientifique de "DICENTRA SPECTABILIS" il est originaire de Chine, de Sibérie ou de Corée. C'est une plante qui préfère les sols légers et les situations à mi-ombre. La multiplication se fait par division des souches, par boutures ou par semis.

Le MUSCARI est lui aussi une plante à bulbe, il préfère également un sol frais, bien drainé et la mi-ombre lui convient parfaitement. C'est une plante qui se resème facilement et qui ne demande pas de soins particuliers