rapaces

  • LES FLEURS DU POMMIER

    Après la floraison du prunier et du poirier, voici à son tour le pommier tout garni de fleurs. Celui-ci est un "Reine de reinette", une variété intéressante car elle est bonne pollinisatrice pour de nombreuses autres variétés.

    C'est une variété très ancienne, elle date du XVIIème siècle et est native de Hollande où on l'appelle "Kroon Renet". Jusqu'à présent, elle m'a donné une bonne production et sa floraison est promesse cette année encore d'une bonne récolte.

    Le "fruit défendu", voilà ce qui a sans doute rendu la pomme célèbre, selon le récit biblique de la Genèse, c'est le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal . Dieu avait interdit la consommation du fruit mais le serpent Nahash tenta Eve qui en mangea et en fit manger à Adam. Dieu décide d'expulser Adam et Eve du paradis (de l'Eden) et place des anges pour garder le chemin qui conduit à l'arbre de vie. En privant Adam et Eve de l'accès à l'arbre de vie, il les rend mortels.

    En réalité, l'espèce de l'arbre n'est pas citée dans les textes, selon certaines interprétations ce pourrait être une pomme, une poire, une figue ou une grenade. La référence fréquente à la pomme pourrait venir du fait qu'en latin "pomum" signifie "fruit", alors que le terme pour désigner un pommier est "Malum". D'où la traduction du nom en "Malus", arbre "Mauvais", "arbre du mal".

     

    La pomme est très riche en antioxydants surtout dans la peau ( ne pas peler les pommes pour les manger !) et donc de prévenir des risques du cancer et en particulier celui des poumons. Des laboratoires américains ont également démontré que la consommation régulière de pommes pouvait avoir des effets  positifs sur les fonctions respiratoires et ainsi prévenir de l'asthme.

    Pour les sportifs, la pomme est un fruit vivement recommandé, car constituée de fructose et de glucide, elle est assimilée lentement par l'organisme.P1080183

    366 Gestes pour la biodiversité.

    JE PARTICIPE A LA SAUVEGARDE DES RAPACES.

    Carnivores au sommet de la chaîne alimentaire, les rapaces (diurnes comme nocturnes) sont particulièrement vulnérables aux déséquilibres de cette chaîne. Les faucons pélerins ont ainsi failli disparaître de nos régions dans les années 1960. En cause notamment, les organochlorés utilisés massivement en agriculture à cette époque : ils intoxiquaient leurs proies.

    Mais d'autres menaces pèsent sur eux : le nombre croissant de démonstrations de rapaces qui pourrait entraîner une demande accrue pour ces oiseaux en tant qu'animaux de compagnie (ce qu'ils ne sont pas) et les vols et trafics d'oeufs et d'oisillons. Dénoncez de telles pratiques si vous en êtes témoin et participez à des actions de surveillance des aires de rapaces.