pollinisateurs

  • LE PLAN MAYA.

    Ici les températures sont devenues positives, par conséquent nous sommes dans la gadoue, la période la plus désagréable après les chutes de neige. Rien de bien photogénique à montrer alors pourquoi ne pas aborder un sujet qui nous concerne tous : "L'effondrement des colonies d'abeilles".

    "Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre" aurait dit Albert Einstein. Il est envisageable que l'effet boule de neige de la disparition des abeilles sur les autres espèces,végétales et animales, menace à terme la survie de l'espèce humaine.

    Les abeilles ont un rôle essentiel en termes de préservation de la biodiversité. Ce sont des insectes pollinisateurs, c'est à dire qu'elles transportent le pollen (élément mâle) des fleurs qu'elles butinent sur le pistil d'autres fleurs (éléments femelle), ce qui permet la fécondation et la reproduction des espèces végétales.

    L'activité de pollinisation des abeilles est essentielle à l'agriculture : la majorité des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, de fruits à coques, d'épices, du café et du cacao bénéficient de l'activité pollinisatrice des insectes.

    Selon une étude scientifique, 35 % de la production mondiale de nourriture est directement dépendante des pollinisateurs.

    P1080984.JPGLa Belgique comme de nombreux autres pays est confrontée à ce triste et inquiétant phénomène. Pour tenter de l'enrayer sur le territoire wallon, le gouvernement wallon a adopté un plan baptisé "MAYA" (ils n'ont pas dû trop se fouler pour trouver ce nom !), 5 grandes mesures ont été décidées.

    • Augmentation des ressources en pollen.

    A terme pour les particuliers, 2/3 des haies subventionnées doivent être constituées de plants mellifères. Quant aux subsides octroyés pour l'aménagement d'espaces verts publics, ils sont orientés vers des essences favorables aux abeilles. (http://environnement.wallonie.be - rubrique "nature et forêts" )

    • Soutien aux jeunes apiculteurs.

    A la fin de leur formation, ceux-ci recevront une ruche et une reine.

     

    • Soutien à la recherche.

    25.000 € sont conjointement octroyés au CARI (centre apicole de recherche et d'information - http://www.cari.be ) et au centre de recherches et à la faculté agronomique de Gembloux. But de leurs investigations : découvrir les causes de la motalité des abeilles.

    • Communes "Maya".

    Les communes qui s'engageront à mettre en place un écosystème favorable à la présence des abeilles sur leur territoire seront retenues prioritairement pour participer à la triaditionnele "Semaine de l'arbre".

    • Fauchage tardif.

    Le fauchage tardif déjà pratiqué le long des routes communales sera étendu aux voiries régionales.