plantes invasives

  • SOLIDAGE DU CANADA

     

    Solidage du Canada 3.jpgElle colonise très rapidement les terrains en friche, elle en devient même très souvent une plante invasive. Pour le moment elle décore d’un très beau jaune le paysage naturel, je veux parler du Solidago canadensis ou Solidage du Canada, connue aussi sous les noms de « Verge d’or du Canada » ou encore « Gerbe d’or ».

    Comme son nom l’indique, elle est originaire d’Amérique du Nord, on l’a trouve dans tous les provinces canadiennes, aux USA et en Europe centrale.

    Par son système de rhizomes souterrains, le Solidage du Canada peut produire des densités de tiges très denses allant jusqu’à  300 tiges/m², chaque tige pouvant produire 20.000 graines  voilà l’explication de son expansion.Solidage du Canada 1.jpg

     Si elle devient envahissante, elle n’est pourtant pas dépourvue de qualités, la distillation à la vapeur de ses fleurs donne une huile essentielle aux multiples vertus.

    Ses actifs principaux sont les terpènes – classe d’hydrocarbures composants de la résine et de l’essence de térébenthine – et l’acétate de bornyle qui est notamment utilisé comme additif alimentaire, en parfumerie et dans l’industrie du tabac pour son odeur typique et fraîche de résineux.

    Solidage du Canada 2.jpg

     Parmi ses indications, on note principalement son utilisation pour le traitement de l’artérite, de la péricardite et de l’endocardite. Elle est anti-inflammatoire et décontractante, elle calme l’excès de nervosité et diminue l’hypertension, elle soulage certaines névrites d’origine nerveuse. Et secondairement elle stimule légèrement le foie et l’activité rénale.

     Solidago signifie littéralement : « je rends entier », « je consolide », ce serait sur base de la réputation de la fleur à favoriser la guérison des plaies que Linné donna à la verge d’or son nom scientifique.

    Solidage du Canada 4.jpg

     C'est également une des plantes mellifères les plus communes d'Amérique du Nord. Le goût de son miel se situe à mi-chemin entre celui du miel de trèfle et celui du miel de sarrasin. Comme c'est le cas pour tous les types de miel, il concentre une partie des principes actifs de la plante et peut donc jouer un rôle non négligeable dans l'organisme.

  • CONFITURE DE RHUBARBE, BANANE ET ORANGE.

    Le terme « rhubarbe » est une déformation du latin rheubarbarum, lui-même dérivé de rheum barbarum, dont le premier mot est emprunté au grec Rha, qui désignait autrefois la Volga, sur les berges de laquelle poussait spontanément la plante. L’expression rheum barbarum signifiait donc « plante barbare de la Volga ». D’autres auteurs croient plutôt que le nom vient du grec rheon, signifiant « qui s’écoule », par allusion aux propriétés purgatives de la racine. « Rhubarbe » est apparu sous sa forme actuelle à la fin du XVIe siècle, mais dès le XIIIe siècle, le mot « reubarbe » était utilisé.

    Au potager, ce n'est pas une surprise, la rhubarbe a atteint une belle taille, c'est le moment de faire une première récolte. Depuis quelques années, ça devient une tradition du mois de mai, je fais quelques pots de confitures en l'associant avec des bananes, des oranges et des citrons.

    P1080186Rien de bien compliqué, voici comment je procède :

    Pour 1 kg de rhubarbe, fraîchement cueillie au potager, il me faut 3 bananes par exemple colombiennesClin d'oeil, 3 oranges par exemple marocainesRigolant, 3 citrons par exemple espagnolsCool.

    Coupez la rhubarbe en cubes, pelez les oranges à vif et découpez les en rondelles, épluchez les bananes et découpez les en rondelles. Mettre le tout à cuire jusqu'à obtenir une compote homogène. Pesez la compote et ajoutez le même poids de sucre et remettre à cuire jusqu'à ébullition. Ajoutez le jus de 3 citrons et maintenir à feu vif pendant 6 à 7 minutes et mettre en pots.

    P1080199Pour peaufiner le travail (mais ce n'est pas obligatoire !!), avec mon publisher j'ai fait les étiquettes adéquates. Maintenant y a plus qu'à consommer. Petite précision, la rhubarbe est un légume et non pas un fruit.

    La rhubarbe contient beaucoup de vitamines C (12 mg/100 g), ce qui lui donne des propriétés toniques et antianémiques. Elle est laxative et elle apporte des minéraux comme le potassium et le phosphore et en moindre quantité du magnésium et du calcium.

    P1080219366 gestes pour la biodiversité.

    JE COMBATS LES PLANTES INVASIVES.

    Renouée du Japon, berce du Caucase, balsamine de l'Himalaya .... : ces plantes ont souvent été importées car elles étaient ornementales, voire mellifères, mais elles sont devenues très vite invasives.

    Le problème ? elles sont peu exigeantes, poussent rapidement, colonisent de grandes surfaces en peu de temps, étouffent la flore indigène et déséquilibrent ainsi des écosystèmes entiers. Nocive pour l'homme et la biodiversité, la lutte chimique se révèle bien souvent inefficace. La seule façon d'éradiquer ces plantes est de les épuiser en les coupant ou en les arrachant encore et encore, de brûler leurs moindres débris et de planter à la place des espèces indigènes à croissance rapide.

  • QUELQUES INDESIRABLES

    Certaines espèces de plantes "exotiques" peuvent présenter des risques pour l'environnement, elles deviennent invasives et provoquent des ravages dans la biodiversité locale.

    La Belgique, et il semble que ce soit une première en Europe, va sortir un Arrêté Royal (une loi) qui établira une liste de 20 espèces animales et végétales dont l'importation, l'exportation et le transit seront interdits dans le pays.

     

    Parmi les plantes qui font partie de cette liste :

     

    GRIFFES DE SORCIERE  (CARPOBROTUS) : venue d'Afrique du sud, cette plante colonise les falaises rocheuses, les pentes rocailleuses et les dunes sableuses. La Bretagne en est victime depuis des années.

    CRASSULE DES ETANGS (CRASSULA HELMSII)  : La Crassule des étangs forme rapidement un tapis végétal dense à la surface de l'eau. Cette plante originaire d'Australie et de Nouvelle Zélande est répandue en Belgique en Flandre et dans le Brabant.

    INVASIVES 1

    EGERIA (EGERIA DENSA) : cette plante est invasive des milieux aquatiques , elle se reproduit très rapidement et devient très dense sur des mètres de profondeur. Elle est originaire d'Amérique du Sud.

    ELODEE A FEUILLES ALTERNES (LAGAROSIPHON) : comme l'Egeria elle est invasive des plans d'eau et particulièrement des étangs. Elle aussi devient très dense et peut atteindre jusqu'à 7 mètres de profondeur.

    JUSSIE A GRANDES FLEURS (LUDWIGIA GRANDIFLORA) : Encore une invasive des plans d'eau, elle peut doubler sa masse en 3 semaines, il est très difficile de s'en débarasser.

    JUSSIE RAMPANTE (LUDWIGIA PEPLOIDES) : une autre plante aquatique invasive originaire d'Amérique du Sud, elle devient très dense, voire impénétrable.

    MYRIOPHYLLE DU BRESIL (MYRIOPHYLLUM AQUATICUM) : comme son nom l'indique elle provient également d'Amérique du Sud, elle se développe dans les plans d'eau calmes et peu profonds.

    MYRIOPHYLLE HETEROPHYLLE (MYRIOPHYLLUM HETEROPHYLLUM) : originaire des USA et du Canada , cette plante appéciée des aquariophiles s'enracine fortement dans les zones aquatiques.

    INVASIVES 2366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 22 mars 2010.

    JE REDUIS MA CONSOMMATION D'EAU POTABLE.

    L'eau est indispensable à l'équilibre de la planète et de ses occupants, animaux comme végétaux. Il y en a assez pour tous mais malheureusement, elle est mal répartie et souvent mal gérée. dans nos régions, il suffit d'ouvrir le robinet pour avoir de l'eau potable. Du coup, nous l'utilisons pour tout, y compris pour laver la voiture !

    Pour économiser l'eau potable, vous pouvez notamment arroser les plantes avec l'eau de pluie, plutôt en fin de journée (pour éviter l'évaporation), et récupérer les eaux grises (eau de vaisselle, du bain, de la douche) pour l'alimentation de la chasse d'eau, le nettoyage des sols ... et même après filtration pour l'arrosage.