parcs

  • PARCS PUBLICS (4)

     

    Parc Seny 4.jpgJe continue la découverte de la vallée de la Woluwe à travers les jardins et parcs publics, en remontant le Boulevard du Souverain qui longe les Etangs Mellaerts dont j’avais parlé dans une précédente note.

     

    Me voici donc au Parc Seny (superficie +/- 3 Ha)  du nom de l’industriel Albert Seny. Autrefois près de l’entrée du parc se trouvait un moulin à eau du XIIIe siècle qui servait à la fabrication de papier. Albert Seny en devint propriétaire en 1836 et il en fera une teinturerie de coton. Au début du XXe siècle, la construction du boulevard du Souverain exproprie les petites industries afin de sauvegarder le prestige de la nouvelle avenue et d’y aménager de nombreux espaces verts. Le terrain du parc qui faisait partie des parcelles expropriées resta en friche pendant de nombreuses années et ce n’est qu’au début des années 1960 que les autorités décidèrent de le réaménager.

    parcs,etangs,automne,oiseaux

     

     

    Le parc Seny contient une grande variété d’arbres remarquables : des pins noirs, un chêne à cupules chevelus, un chêne de Hongrie, un bouleau de jacquemont, un saule blanc et diverses sortes de peupliers et de  noisetiers.

     

    Le long de la Woluwe l'épilobe hirsute et les salicaires y prolifèrent, les plantes d’eau créent un biotope favorable  aux gardons, aux perches et aux épinoches. C’est aussi un lieu privilégié pour les chauves-souris, pas moins de 14 espèces y sont recensées et en particulier la barbastelle, le vespertilion des marais, le vespertilion à oreilles échancrées et le grand murin.

    Parc Seny 1.jpg

     

    Tout juste à côté se trouve le parc Ten Reuken (Bois défriché) d’une superficie de +/- 6 Ha, de nouveau un parc paysager avec un très bel étang. Celui-ci a été officiellement inauguré en 1910, il est en somme un reliquat de la forêt de Soignes toute proche. Qui dit étang, dit toute une faune et particulièrement des oiseaux, c’est ainsi qu’on peut y observer : des poules d’eau, des ouettes d’Égypte, des colverts, des foulques, des hérons, des grèbes huppés ou encore des fuligules morillons.

    Parc Seny 3.jpg

     

    Comme au parc Seny, une multitude de chauves-souris y ont trouvé un terrain de chasse privilégié. Et ici aussi de nombreux arbres remarquables y sont répertoriés : cyprès chauve de Louisiane, cèdres du Liban, érables argentés, tulipier de Virginie, chêne des marais, etc.

    Vegetation de ville9.jpg

     

  • L'AULNE DE SPAETH

     

    ALNUS SPAETHII - Il y a quelques jours, je vous présentais le laurier-rose en prenant comme exemple cette place piétonne garnie de gros pots. Cette place a été vraiment bien étudiée et réalisée, en effet outre ces lauriers roses en pots, des massifs de fleurs, des arbustes et des arbres y ont été implantés dans une harmonie heureuse.

     aulne 1.jpg

    Tous les massifs ont des formes différentes, aucune ligne droite, des courbes, des cercles, des associations de plantes et d’arbustes bien réussies.aulne 2.jpg

     

    Pour donner un peu de « hauteur » à toutes ces plantations, des arbres ont été plantés soit en isolés, soit dans les massifs, ils donnent une perspective chaleureuse à cet espace pavé entouré de bâtiments.

    Parmi ces arbres, une dizaine d’Aulnes de Spaeth, et là je me dois de remercier le site « Les Arbres » et ses membres (Plantcol) car sans eux, je n’aurais jamais trouvé de quelle espèce d’arbre il s’agissait.

     

     

     

     

    L’Aulne de Spaeth fait partie de la famille des bétulacées comme les bouleux, les charmes et les noisetiers.  Cet arbre est recommandé pour la décoration des villes , il supporte bien la pollution atmosphérique est résistant, à croissance rapide et à haute tige. Il peut atteindre une taille de 15m  pour une largeur de 5 à 7m ce qui devrait à mon avis poser quelques problèmes sur cette place dans quelques années. Autre avantage pour la décoration des villes et jardin c’est qu’il perd ses feuilles très tardivement dans la saison et semble t-il qu’il prend de belles couleurs automnales.

    Ce qui m’avait interpellé en détaillant cet arbre, c’est qu’il présentait actuellement d’une part des espèces de chatons verts et d’autre part des petits fruits verts eux aussi.

     aulne 3.jpg

    En cherchant quelques informations sur cet arbre, j’ai découvert sur le site « arbres monumentaux », deux spécimens à la taille impressionnante, à Eindhoven aux Pays bas, un spécimen de 22.20 m de haut et 2m38 de circonférence et un autre de 25m80 de haut et 2m23 de circonférence, toujours aux pays bas à De Lutte..

  • PENSEES INTEMPORELLES

    Pensées 1.jpg

    VIOLA WITTROCKIANA – Voilà certainement une plante qui est à classer parmi les incontournables du jardin, tant elle est facile de culture, résistante et disponible pratiquement pour chaque saison.

    Les Pensées font partie du genre « Viola » (Violacées) comme la Violette, on les distingue suivant le positionnement des pétales :  2 pétales vers le haut et 3 vers le bas pour les Violettes,  4 pétales vers le haut et un vers le bas pour les Pensées.

    Pensées 4.jpg

    La famille des Violacées est vaste, à peu près 800 espèces  et plus de 20 genres, une famille assez cosmopolite dans laquelle on retrouve aussi bien des herbes, que des arbustes.

     

    Les Pensées, le plus souvent des hybrides à partir de Viola wittrockiana, sont tellement nombreuses (plus de 500 variétés) qu’il devient très malaisé de les reconnaître.

    Les Pensées sont des fleurs de toute saison, en automne et en hiver, elles prennent toute leur importance pour garder des notes colorées dans les parcs et les jardins.

     Pensées 3.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ici, dans la ville, les bégonias, tagètes et autres plantes annuelles printanières ont été remplacées par des milliers de Pensées. Les ouvriers communaux se sont retroussés les manches pour offrir un spectacle coloré qui résistera au froid, au gel (jusqu’à un certain point) et à la neige. Tout le monde y trouve son compte, même les pigeons.

     

    Les Pensées ne requièrent pas beaucoup d’entretien : arroser régulièrement pour éviter que le sol se dessèche, elles préfèrent un sol humide, enlever les fleurs fanées pour obtenir une floraison plus abondante et plus longue.

     

    Pensées 5.jpg

    La Pensée sauvage (Viola tricolor) est l’ancêtre de la pensée cultivée, dans le langage des fleurs elle était associée à la pensée. Shakespeare l’écrit d’ailleurs dans la fameuse tirade d'Ophelie (Hamlet) : « Voilà du romarin, c'est pour le souvenir. Je vous en prie, mon amour, souvenez-vous. Et voici des pensées, c'est pour la pensée. » ,

    La Pensée cultivée quant à elle symbolise le souvenir, la nostalgie ; alors que la Violette représente la timidité, la modestie et la pudeur.

     Pensées 6.jpg

    Une légende raconte que la nymphe Io, la très jolie fille d’Inachos, Dieu fleuve, père de Mycène, fut consacrée à Héra, femme et sœur de Zeus, dont elle devient la grande prêtresse  du temple.

    Sa beauté attirait les plus beaux partis mais Io restait inflexible, jusqu’au jour où Zeus, sous un déguisement de mortel, la vit. Ce fut le coup de foudre entre Io et le dieu.

    Héra, très jalouse des infidélités de son mari, apprit la chose et résolut de se venger. Pour la protéger, Zeus transforma  Io en génisse, cependant elle devint folle par les piqûres d'un taon envoyé par Héra

    Pour atténuer la tristesse de l’animal, Cybèle, déesse de la Terre personnifiant la nature sauvage, fit surgir autour de la génisse un parterre de  fleurs odorantes : des Pensées, qui devinrent ainsi le symbole du souvenir.

    Pensées 2.jpg