nichoirs

  • UN NID DOUILLET POUR LES MESANGES.

    Il me semble que cette année les mésanges sont particulièrement nombreuses, mais il faut dire que la table est bien garnie. A mon avis, elles se repassent cette bonne adresse, et ce matin j'ai compté pas moins de 13 mésanges, essentiellement des bleues et des charbonnières. Malheureusement les mésanges nonnettes ne sont pas très présentes, de temps une qui passe en coup de vent alors que l'an passé elles étaient très régulières.

    Les plus hardies, ce sont les petites bleues, à peine ai-je le dos tourné qu'elles arrivent, elles prennent une arachide en vitesse et s'en vont quelques dizaines de mètres plus loin pour s'en délecter.

    P1100182.JPGChaque année, je place un nichoir sur un mur du garage et chaque année, il est occupé soit par des mésanges charbonnières, soit par des mésanges bleues et même il y a deux ans par des moineaux.

    Je me suis dit que, puisque ces oiseaux me font le plaisir de fréquenter assidûment le jardin, leur mettre un deuxième nichoir à disposition ne serait pas une mauvaise idée.

    Quelques vieilles planches, quelques restes de peinture et voilà le travail. Je ne sais pas si elles apprécieront cette couleur "lavande", mais le gîte me paraît assez accueillant.

    L'emplacement n'est pas trop près du premier, il ne devrait donc pas y avoir de concurrence.

    Ches les mésanges charbonnières, il est assez facile de distinguer les mâles des femelles, chez le mâle la bande ventrale noire est plus large que chez la femelle. Par contre pour les mésanges bleues, c'est plus difficile, les différences se marquent par des couleurs moins vives et moins marquées. C'est un peu paradoxal, mais dans la nature, en général, les mâles sont beaucoup plus colorés que les femelles ....... c'est un peu différent de chez les humains !

     

    P1100186.JPG

     La mésange bleue se reproduit d'avril à juillet. Le nid est placé dans un trou d'arbre, une cavité de mur ou dans un nichoir. Il est bâti avec de la mousse, sa coupe est garnie de laine. La ponte est constituée de 9 à 13 oeufs dont l'incubation n'excède pas 15 jours. Seule la femelle couve et le mâle s'occupe du ravitaillement de la famille. L'envol des jeunes s'effectue à 19-20 jours mais l'émancipation totale n'intervient qu'au bout de 4 semaines. Certains couples font une seconde ponte régulière en juin.(source : Oiseaux.net cliquez ici.)

     

    P1100199.JPG

     

     

  • MAISON A LOUER .

    J'ai parlé du nourrissage des oiseaux, le printemps arrivant il est temps également de prévoir des nichoirs. Nos oiseaux ont de plus en plus de difficultés pour trouver des endroits adéquats où nicher, alors pourquoi ne pas les aider.

    J'ai la chance d'habiter une région encore "assez préservée", les bosquets et les bois sont encore assez nombreux ce qui ne m'a pas empêché d'installer un nichoir à mésange. Accroché à un peu plus de 2 mètres du sol (attention aux prédateurs), orienté au Sud, il est installé depuis 2001 et chaque année il est occupé soit par des mésanges charbonnières, soit par des mésanges bleues.

    Au printemps les va et vient des parents pour le nourrissage des petits est un spectacle à lui tout seul, et si par bonheur on peut assister à l'envol des jeunes mésanges, le plaisir est total.

    Attention que chaque espèce requiert son type de nichoir, qu'on peut les acheter tout faits mais aussi qu'on peut en réaliser assez facilement soi même. Voici un lien où vous pourrez trouver tout ce qu'il faut savoir sur les nichoirs (cliquez)

    P1070758

    366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 5 février 2010 :

    JE N'ACHETE NI NE RELACHE D'ANIMAUX EXOTIQUES.

    Poissons tropicaux, chiens de prairie, perroquets, boas, mygales, ... : la plupart de ces animaux sont prélevés dans la nature, sans respect pour la biodiversité (certains sont même en voie d'extinction !). Et ils sont traités sans ménagement pendant le transport (la majorité n'y survit d'ailleurs pas).

    De plus ils coûtent cher, à l'achat comme à l'entretien, peuvent transmettre des maladies, être dangereux et causer des dégâts importants. Les relâcher dans la nature n'est pas une solution : certains (perruches, tortues aquatiques, écureuils gris ...) libérés ou échappés, se sont parfaitement acclimatés et ce, parfois aux dépens de la faune indigène ...  Alors avant d'en acheter, réfléchissez-y plutôt deux (mille) fois qu'une !