muscari à toupet

  • BALADE CHAMPÊTRE

    Certains aiment visiter les beaux jardins et je suis de ceux-là. Il y a ceux qui préfèrent les jardins à l’anglaise avec leur joyeux fouillis organisé, d’autres les jardins à la française avec leur géométrie étudiée.

    Le jardin à l’anglaise n’est finalement qu’une imitation de la nature, il essaie d’en reproduire son côté sauvage, de donner des perspectives plutôt poétiques, de donner des sensations en fonction des floraisons, des saisons, etc.... Quand je dis « qu’une imitation », loin de moi de minimiser le côté créatif de ses concepteurs, que du contraire car en fait il s’agit de reproduire des scènes de la nature sur un espace restreint et donc de proposer à nos yeux ce que la nature nous offre sur des surfaces bien plus étendues.

    Bon nombre d’amateurs vont régulièrement dans le Sussex et dans le Kent à la découverte de merveilleux jardins anglais ce que jusqu’à présent je n’ai pas eu l’occasion de faire.

    Le jardin à la française est plutôt l’antithèse du jardin à l’anglaise, il apporte par sa géométrie, par sa symétrie ce que la nature ne nous donne pas, l’opposition du naturel et de l’artificiel. Qui n’est pas ébloui par les jardins du château de Versailles ou de Vaux le vicomte.

    On pourrait parler aussi des jardins à l’italienne, surtout de la région de Florence, avec leur géométrie, leurs statues et souvent leur labyrinthe.

     Quand on aime la nature, je pense qu’on aime tous les types de jardins mais que chacun a une préférence pour l’un ou pour l’autre. Personnellement, le jardin que je préfère c’est le jardin du bon Dieu, c’est à dire la nature sauvage et intacte.

    Lors d’une récente balade champêtre, j’ai pris le temps de m’arrêter régulièrement, d’observer, d’écouter, de voir vivre la nature. Sur un petit parcours de 14km, c’est fou ce que j’ai pu voir comme diversité dans les arbres, les graminées ou fleurs « sauvages ». Je pensais ramener quelques photos pour agrémenter le blog, j’en ai eu à satiété. Champêtre 14jpg.jpg

    Champêtre 1.jpg

    Champêtre 8.jpg

    Champêtre 9.jpg

    Champêtre 11.jpg

    Champêtre 12.jpg

    Quel bonheur au détour d’un chemin de voir un lapin détaler devant ce qu’il croyait une menace, d’observer un papillon sur une fleur, d’entendre le bourdonnement des insectes mellifères et les chants des oiseaux.

    Et quand vous rentrez à la maison, vous pouvez vous adonner à un autre exercice assez passionnant lui aussi, trouver le nom des toutes ces plantes. Il y en a de très faciles comme les coquelicots, les bleuets, les linaires et autres camomilles, et puis il y a toutes les autres à retrouver parmi les documentations, les livres que tous nous possédons ou encore via internet.

    Champêtre 4jpg.jpg

    Champêtre 16.jpg

    Champêtre 19.jpg

    Champêtre 18.jpg

    Champêtre 20.jpg

    Champêtre 21.jpg

    Voilà un exercice qui peut prendre du temps et parmi les quelques fleurs que je vous propose, j’ai notamment  trouvé le « Muscari à Toupet »  et « l’Asclépiade de Syrie », parce qu’elles ont une forme particulière et sont par conséquent plus faciles à identifier.

    Desktop1.jpg