moineau

  • LA REPRISE DU TRAVAIL.

    Le mois de janvier a pris fin, nous gagnons de la lumière de jour en jour...
    Le problème, c'est que je m'impatiente.. Gratter la terre me démange, nettoyer mes massifs..
    Je me languis pour tout vous dire.. J'ai besoin de voir la nature se réveiller, de sentir les odeurs du printemps, de voir le jardin retrouver de vraies couleurs toniques!!! ......

    Ce début de texte n'est pas de moi mais bien de Sophie (cliquez ici pour la suite)  et il correspondait exactement ce que moi aussi je ressentais.

    Et puis aujourd'hui, voilà une journée comme tous les amateurs de jardin attendaient depuis longtemps. Les températures sont clémentes (13°C), le soleil brille et le ciel est bleu.  Tout est réuni pour enfin remettre le nez dehors et les mains dans la terre. Il faut commencer léger, c'est donc ce premier massif qui aura l'honneur de sa première toilette de l'année. Je sais ce n'est pas très spectaculaire, c'est simplement le début d'une nouvelle période intense. Le massif avant et après !

    P1100229.JPG

    Et en plus comme un petit bonheur ne vient jamais seul, j'ai eu un petit compagnon qui semblait observer ce que je faisais comme si j'empiétais sur son territoire. Il n'a pas hésité à venir à plus ou moins 2 mètres de moi pour s"abreuver, pour chercher quelques graines ou simplement pour m'observer. Il était mignon, il avait si j'ose dire l'air un peu triste, tout jeune il n'a sans doute pas encore conscience des dangers de la vie comme par exemple des chats du voisinage.

    P1100245.JPG

    P1100243.JPG

  • MOINEAU COMMUN

    PASSER DOMESTICUS - Souvent en hiver on se focalise sur les oiseaux colorés tels que mésanges, rouge-gorges ou pinson et sans doute moins sur celui qu'on voit le plus tant pendant la belle saison qu'en hiver : notre Moineau commun.

    On en voit tous les jours des dizaines mais il semble que sa population est en forte diminution partout en Europe et ce pour des raisons méconnues. En Grande-Bretagne les effectifs de moineaux ont diminué entre 1970 et 1999 de 62%. "Passer domesticus" vient d'y être ajouté à la liste rouge nationale des oiseaux dont la conservation est préoccupante.

    A Hambourg, les ornithologues allemands ont enregistré une baisse de 50% en trente ans, leurs collègues tchèques une diminution de 60% en vingt ans à Prague. Les inquiétudes sont telles que le "vrabec", considéré pendant très longtemps comme un compagnon plutôt nuisible, a été élu en 2003, par la Société ornithologique locale (CSO), "L'oiseau de l'année".

    Mais pourquoi décline-t-il? Les scientifiques avouent n'avoir pas de réponse sans équivoque à proposer car les causes sont sans doute multiples.

    Parmi elles, la construction d'immeubles modernes, qui aurait réduit le nombre de sites de nidification, et le passage à l'essence sans plomb. Les antidétonants ajoutés à ce carburant sont accusés d'entraîner une diminution du nombre d'insectes, dont le manque poserait de graves problèmes de nourrissage des jeunes.

    Très sensible aux changements de l'environnement, le moineau constitue incontestablement un excellent indicateur de sa qualité. La disparition du "piaf" serait donc surtout un mauvais présage pour l'homme.

    Chez moi, une petite colonie d'une trentaine d'individus prend d'assaut les haies, ils mangent et se baignent en commun, ils se posent et s'envolent en même temps. Et chez-vous ?


    P1000063