mesanges

  • MALGRE LA SECHERESSE .....

    Nous vivons un printemps tout à fait exceptionnel, ensoleillé mais surtout très sec. La terre est toute déssèchée, les plantes souffrent mais malgré tout les floraisons se succèdent.

    Et puis, il y a mes deux "chambres d'hôtes", toutes deux occupées, l'une par des mésanges charbonnières et l'autre par des mésanges bleues. Ce samedi, les mésanges charbonnières ont pris leur envol et dimanche c'était au tour des petites bleues. Tout d'abord, j'ai vu les petites têtes qui apparaissaient par l'orifice du nid tandis que les parents étaient en effervescense. Après toutes ces semaines passées dans le fond du nid, les petits commencent à découvrir le monde extérieur. Il me reste à leur souhaiter une longue vie et qu'ils continuent à fréquenter le jardin.

    mésanges.jpgAu jardin, les floraisons se succèdent, cest le cas notemment de la VALERIANE ROUGE appelée aussi BARBE DE JUPITER ou CENTHRANTE ROUGE. Dans mon jardin, cette "sauvage" s'est installée toute seule, un peu envahissante, elle est néanmoins assez décorative.

    La Valeriane à fleurs rouges est assez nouvellement descendue des Alpes dans nos jardins. Sa parure est brillante mais toujours un peu en désordre. Cette fille des montagnes conserve au milieu des nos fleurs cultivées un port rustique qui lui donne un peu l'air d'une parvenue, cependant cette beauté sauvage doit sa fortune à son mérite, sa racine est excellente contre la plupart des maladies  qu'engendre la mollesse, son infusion fortifie la vue, ranime les esprits, éloigne la mélancolie....  LE LANGAGE DES FLEURS par André MARTIN - 1830.

    montage 1.jpg

    Les merveilleux pavots commencent leur floraison, si belle, si fragile, rien que pour eux on espère qu'un orage ne va pas éclater, c'en serait fini de leurs belles fleurs. Mes petits potagers en carré commencent à ressembler à quelque chose, les premières laitues seront bientôt dans mon assiette.  Quoi de plus délicieux qu'une salade fraîchement coupée mais c'est au prix d'arrosages journaliers.

    montage 2.jpg

    Les fruits de l'érable sont d'une belle couleur verdâtre, les ancolies sont en fleurs, le rodgersia a maintenant ses belles feuilles de "marronier" et la floraison est en cours. Les insectes de tout type butinent, volent, bref la vie au jardin est bien présente, quel plaisir !

    montage 3.jpg


  • UN NID DOUILLET POUR LES MESANGES.

    Il me semble que cette année les mésanges sont particulièrement nombreuses, mais il faut dire que la table est bien garnie. A mon avis, elles se repassent cette bonne adresse, et ce matin j'ai compté pas moins de 13 mésanges, essentiellement des bleues et des charbonnières. Malheureusement les mésanges nonnettes ne sont pas très présentes, de temps une qui passe en coup de vent alors que l'an passé elles étaient très régulières.

    Les plus hardies, ce sont les petites bleues, à peine ai-je le dos tourné qu'elles arrivent, elles prennent une arachide en vitesse et s'en vont quelques dizaines de mètres plus loin pour s'en délecter.

    P1100182.JPGChaque année, je place un nichoir sur un mur du garage et chaque année, il est occupé soit par des mésanges charbonnières, soit par des mésanges bleues et même il y a deux ans par des moineaux.

    Je me suis dit que, puisque ces oiseaux me font le plaisir de fréquenter assidûment le jardin, leur mettre un deuxième nichoir à disposition ne serait pas une mauvaise idée.

    Quelques vieilles planches, quelques restes de peinture et voilà le travail. Je ne sais pas si elles apprécieront cette couleur "lavande", mais le gîte me paraît assez accueillant.

    L'emplacement n'est pas trop près du premier, il ne devrait donc pas y avoir de concurrence.

    Ches les mésanges charbonnières, il est assez facile de distinguer les mâles des femelles, chez le mâle la bande ventrale noire est plus large que chez la femelle. Par contre pour les mésanges bleues, c'est plus difficile, les différences se marquent par des couleurs moins vives et moins marquées. C'est un peu paradoxal, mais dans la nature, en général, les mâles sont beaucoup plus colorés que les femelles ....... c'est un peu différent de chez les humains !

     

    P1100186.JPG

     La mésange bleue se reproduit d'avril à juillet. Le nid est placé dans un trou d'arbre, une cavité de mur ou dans un nichoir. Il est bâti avec de la mousse, sa coupe est garnie de laine. La ponte est constituée de 9 à 13 oeufs dont l'incubation n'excède pas 15 jours. Seule la femelle couve et le mâle s'occupe du ravitaillement de la famille. L'envol des jeunes s'effectue à 19-20 jours mais l'émancipation totale n'intervient qu'au bout de 4 semaines. Certains couples font une seconde ponte régulière en juin.(source : Oiseaux.net cliquez ici.)

     

    P1100199.JPG

     

     

  • QUELQUES NOUVELLES DU COIN

    Dans mon quartier, la vie se déroule paisiblement, le ruisseau coule lentement, les petits oiseaux chantent, la végétation a repris ses droits et le soleil est parfois de la partie.

    Bref, il ne se passe absolument rien !P1050200


    Et pourtant si,  ....cette année le champ qui est en bas de rue et qui d'habitude est vert, est complètement jaune. Il n'est pas le seul, des taches jaunes apparaissent un peu partout dans le paysage, le BRASSICA NAPUS a de plus en plus de succès. Ce colza est-il destiné à produire de l'huile ou de l'agrocarburant ? Personnellement je n'en sais rien. C'est une plante intéressante, car rien ne se perd dans le COLZA, après l'extraction de l'huile, il reste un résidu, le tourteau de colza qui servira de nourriture pour le bétail.P1050197


    Depuis peu, la commission européenne autorise l'importation de colza transgénique, aux fins d'utilisation dans l'alimentation animale et humaine. Le colza transgénique est principalement cultivé au Canada, il produit 20% d'huile en plus et est herbicide, par contre la Belgique refuse catégoriquement sa mise en culture.P1050195


    Une chose qui n'a pas changé, je l'avais déjà signalé l'an passé, ce sont les mésanges qui ont repris possession de la boite postale et de nouveau nos facteurs ont fait preuve de beaucoup de mansuétude. Merci à eux et à la population qui accepte de bonne grâce cette situation.P1050201


  • LA VALSE DES OISEAUX

    a période "froide" a au moins un intérêt, c'est de pouvoir observer le ballet des oiseaux en quête de nourriture. Chaque année j'accroche des boules de graisses sous le toit de l'auvent et je place un grand plateau qui recevra quelques poignées de graines en mélange ainsi que des arachides. Les plus assidus sont les mésanges, au petit matin elles attendent dans les aubépines que je vienne les nourrir et à peine le dos tourné, le ballet commence.

    Je peux facilement les observer de la fenêtre du salon mais aussi de la porte de la buanderie qui a l'avantage d'avoir des carreaux sablés sauf sur un pourtour de 2cm ce qui me permet de prendre tant bien que mal quelques photos rapprochées. Pas facile quand même, leur vivacité est grande et elles sont vite reparties vers les buissons.
    LIGNE VERTE
    P1040094P1040092P1040098


     

    3 espèces de mésanges fréquentent assidument la mangeoire :

    MESANGE CHARBONNIERE - PARUS MAJOR       - GREAT TIT
    MESANGE BLEUE PARUS    - CAERULEUS           - BLUE TIT
    MESANGE NONNETTE        -  PARUS PALUSTRIS -  MARSH TIT

    Le chant des mésanges est le zinzinulement, comme le colibri, la fauvette ou encore le roitelet.

    Un peu plus tard, c'est une colonie de MOINEAUX DOMESTIQUES (PASSER DOMESTICUS) (HOUSE SPARROW) qui arrivent en grand nombre, environ une vingtaine d'individus se disputent l'accès à la nourriture. Un peu plus discrets ou timides quelques ACCENTEURS MOUCHETS (PRUNELLA MODULARIS) (DUNNOCK) se contenteront des graines tombées à terre. L'inévitable ROUGE GORGE (ERITHACUS RUBECULA) (EUROPEAN ROBIN), solitaire, attend son heure et profite également de l'aubaine. Pourtant il y a une dizaine de jour un individu s'était malheureusement fracassé sur les grandes baies vitrées du living, quelques jours plus tard il était remplacé par ce nouveau venu.

    Les MERLES NOIRS (TURDUS MERULA) (BLACKBIRD) quant à eux trouvent encore quelques baies sur les aubépines, les prunelliers ou au pied de ceux-ci, ils ne viennent pas dans la mangeoire. Depuis quelques jours, un hôte plus imposant vient aussi chercher quelques graines, mais sans beaucoup s'attarder c'est le magnifique GEAI DES CHÊNES (GARRULUS GLANDARIUS) (EURASIAN JAY).

    Régulier visiteur mais souvent au sol lui aussi un couple de PINSON DES ARBRES (FRINGILLA COELEBS) (COMMON CHAFFINCH) complète la collection. Manque à l'appel le SITELLE TORCHEPOT qui s'était quelque peu montré l'an passé.

    P1030999P1040010P1040105