jean nicot

  • HERBE ANGOUMOISINE

     Tabac 1.jpg

    Pour continuer la série des grandes cultures en fleurs, après le tournesol, voici le tabac, sa floraison n’est pas aussi spectaculaire mais néanmoins elle ne passe pas inaperçue.

     Qui pense tabac, pense naturellement à nicotine et à Jean Nicot. Pourtant l’histoire du tabac et de sa nicotine n’est pas aussi simple que ça. C’est sans doute Christophe Colomb qui lors de son expédition en Amérique en 1492 découvre le tabac et l’introduit en Europe à la cour espagnole et portugaise. A cette époque, le tabac est simplement utilisé comme plante ornementale.

    Tabac 3.jpg

     En France, c’est un moine-explorateur d’Angoulême, André Thevet qui lors d’une expédition avec le vice-amiral Villegagnon en 1555 ramena une plante alors inconnue, appelée « Pétun » par les indigènes et qu’il baptisa « herbe angoumoisine », c’était notre tabac.

     André Thevet qui se faisait appeler l’angoumoisin, rédige en 1557 un ouvrage intitulé « Les singularités de la France antarctique », ouvrage dans lequel il décrit pour la première fois ses découvertes ramenées du Brésil : le paresseux, le tapir, le manioc, l’ananas, l’arachide et le tabac. 

     Le terme « Pétun » est d’ailleurs utilisé dans la fameuse tirade des nez de « Cyrano de Bergerac » : « Ça, monsieur, lorsque vous pétunez, la vapeur du tabac vous sort-elle du nez, sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? ».

    Tabac 2.jpg

     Mais alors pourquoi nicotine et pas thevetine ?

     En 1559, le roi François II nomme Jean Nicot ambassadeur de France au Portugal et durant son séjour, il plante dans le jardin de l’ambassade des graines de tabac reçues d’un marchand flamand. Le tabac ne se fume pas encore, il se prise, cela fait éternuer, ce qui est bien la preuve qu’il chasse les humeurs malsaines !

     En 1560 Jean Nicot fait parvenir à Catherine de Médicis, la mère de François II de la poudre de tabac et ce afin de soigner les migraines persistantes de celui-ci. Le tabac est alors appelé « Herbe à Nicot » ou encore « Herbe à la Reine ». Il est alors essentiellement utilisé comme médicament sous forme de poudre.

     Tout cela ne plaît évidemment pas à André Thevet qui est alors cosmographe c’est à dire géographe officiel du roi, il ne s’en cache pas et parle d’usurpation. Ainsi dans sa « Cosmographie universelle », il écrit ceci : "Je puis me vanter avoir este le premier en France qui a apporte la graine de cette plante, et pareillement semé et nommé ladicte plante l'Herbe Angoumoisine. Depuis, un quidam qui ne fit jamais le voyage, quelque dix ans après que je fusse de retour de ce pays lui donna son nom."

    SZABOLCSVERESMART.jpg

    A l’état sauvage, il existe une soixantaine d’espèces de tabac dont le taux de nicotine varie de 1 à 10%. Le tabac cultivé est à 90% de la variété nicotiana tabacum, le reste étant de la variété nicotiana rustica. Le tabac est désormais cultivé dans le monde entier pour une production totale de 6 millions de tonnes/an dont une majeure partie sert à la fabrication de plus de 5000 milliards de cigarettes.

    Pour agrémenter nos jardins, il y a le "tabac ornemental" ou "Nicotinia Sylvestris" dont j'avais parlé en son temps, pour revoir cette note, cliquezIci.