corydale solide

  • SIGNES DU PRINTEMPS

    Voici d’autres petites preuves, s’il en est besoin que le printemps est bien là. Dans les sous-bois la CORYDALE SOLIDE (Corydalis solida) est fleurie, c’est une petite plante, voisine de la Corydale creuse, de 10 à 20 cm de haut dont les fleurs mauves/pourpres apparaissent sur une tige d’une dizaine de centimètres. Elle fait partie de la famille des fumariacées, comme le bien connu « Coeur de Marie » et le « Fumeterre ».

    Corydale solide.jpg

    Elle est connue aussi sous le nom « Corydale à bulbe plein » ou encore « Corydale à tubercule plein » et elle est assez commune notamment dans les prairies montagnardes et subalpines. En Belgique, on la trouve dans les forêts alluviales et dans les bois humides, c’est la seule variété qu’on peut y trouver avec la Corydale creuse qui est cependant assez rare. La Corydale jaune, une espèce proche bien qu’appartenant à un genre différent, est quant à elle bien présente sur les murs et les rochers.

    Son nom vient du grec Korudallis qui signifie « Alouette huppée », les fleurs de Corydale possèdent en effet un long éperon rappelant la huppe de l’alouette.

    Belle et mignonne, mais attention sous son aspect ingénu, elle est très toxique, surtout par sa racine qui renferme des substances alcaloïdes au pouvoir paralysant.

     Et avec ce très beau temps printanier, ce sont nos amies les cigognes qui sont revenues. Les cigognes ne laissent personne indifférent, symbole fréquent dans l’imaginaire de l’homme, elle est affublée de quelques noms tels que : « Messagère du printemps », « Oiseau porte-bonheur », « Symbole de la longévité », « Porteuse de bébés », etc.

    Cigogne blanche 3.jpg

    En général c’est en août-septembre qu’elle quitte l’Europe à cause du manque de nourriture pour rejoindre le sud de l’Europe et l’Afrique. Les espèces habitant la partie occidentale de l’Europe migrent par le sud-ouest et le détroit de Gibraltar tandis que les espèces habitant la partie orientale traversent le Bosphore pour se rendre en Afrique de l’Est jusqu’en Afrique du Sud.

    Cette cigogne blanche a retrouvé son nid en haut d’un poteau électrique, mais il n’est pas rare que chaque année elle ajoute et complète son nid qui dans des cas exceptionnels pourra atteindre jusqu’à 500 kg