champignons

  • LE MONDE MYSTERIEUX DES CHAMPIGNONS

    Champignon 3.jpgPour moi, s’il y a un monde particulièrement bizarre et varié, c’est bien celui des champignons, tant les formes, les structures et les couleurs sont variables presque à l’infini. Tellement nombreux qu’on parle de 1,5 millions d’espèces !
    Il y a les champignons courants, reconnaissables assez facilement, je pense aux bolets, aux cèpes, aux pleurotes, aux pieds bleus, etc. quand je dis reconnaissables facilement, je m’avance un peu car il en est qui se ressemblent tellement qu’il vaut mieux faire confiance aux mycologues avertis.

    Autre bizarrerie pour moi, c’est tout le vocabulaire qui y est associé, de quoi faire un très long lexique, exemples :
    fagicole : se développant sur ou avec les hêtres
    fimbrié : découpé d'une manière fine et irrégulière, effiloché (chapeau)
    guttulé : marqué de petites taches arrondies, d'une autre couleur que le fond
    méchuleux : orné de petites mèches
    papyracé : de consistance rappelant le papier
    villeux : courtement et densément poilu, etc.

    Champignon.jpg


    Le champignon est avant toute chose une moisissure aux propriétés et aux qualités bien diverses, il y a les plats délicieux aux champignons des bois, les champignons médicinaux qui permettent de lutter contre les virus et autres bactéries, les champignons parasites qui vivent aux dépens des arbres, des plantes ou des animaux, les champignons hallucinogènes, etc.Champignon 2.jpg
    Il faut savoir aussi que le champignon accumule les toxiques du milieu où il prospère, c’est à dire les métaux lourds, les pesticides, les engrais, les fongicides, il s’agit donc d’être prudent quant aux endroits pour y faire la cueillette, attention aux bords des routes, aux prés traités, aux dépotoirs, etc.
    Les milieux certainement les plus propices sont sans conteste les bois et les forêts, surtout s’ils contiennent les essences d’arbres favorables, ainsi dans un environnement constitué de feuillus et de conifères une très grande diversité y est présente : cèpes, chanterelles, morilles, etc.

    Je parlais de la taille des champignons, ainsi  ils peuvent être microscopiques ou géants comme ce spécimen découvert en Chine en 2011, qui constitue le plus grand jamais  répertorié, soit 10,85 mètres de long, 82 centimètres de large et environ 0,5 tonne. Il s’agit d’un champignon de l’espèce F.ellipsoidea, un polypore vivace qui se développe sur le bois mort et d’après les chercheurs il possèderait 450 millions de spores destinés à produire les générations futures.
    Et s’il est comestible, quelle omelette !

    Etant incapable de reconnaître la moindre espèce, mon regard est surtout attiré sur les champignons aux formes et aux couleurs particulières et notamment ceux qu’on trouve sur les souches d’arbres ou carrément sur les troncs eux mêmes. Ce sont deux espèces de ce type que je présente mais ne me demandez pas leurs noms !



  • LA NATURE NOUS SAUVERA

    Je pensais tout d’abord publier une note concernant la beauté de la nature en sélectionnant quelques photos prises durant l’année écoulée, soit des macros, soit des photos qui mettent en évidence des détails de plantes, de fleurs ou d’insectes. Des photos qui montrent l’extrême complexité de ces plantes qui renaissent années après années.
    Mais en réfléchissant à ce que j’allais écrire, il m’a semblé évident d’élargir le sujet en évoquant non seulement la beauté de la nature par des images mais également l’importance de la nature dans notre vie et plus précisément d’un point de vue nutritionnel surtout quand on pense à la famine dans le monde.

    A 5.jpg
    Il y a notamment un ouvrage publié par François COUPLAN, intitulé « La Nature nous sauvera » avec en sous-titre « réponses préhistoriques aux problèmes d’aujourd’hui ».
    Les plantes, source de vie...
    « Depuis que l'homme est sur terre, il utilise les plantes qui poussent autour de lui pour se nourrir et se soigner.
    Il est temps de redécouvrir ces végétaux trop longtemps oubliés, dont nous pouvons mettre à profit les multiples vertus dans notre vie quotidienne. »
    François COUPLAN   http://www.couplan.com/

    A 6.jpg
    Ethnobotaniste, docteur ès sciences du Muséum National d'Histoire Naturelle, François Couplan enseigne la manière de vivre dans la nature, en autonomie, sous forme de stages pratiques sur le terrain. Il est le créateur de la " survie douce " permettant de vivre en harmonie avec le milieu naturel.
    Très jeune, il réalise que pour s’épanouir, il devra être indépendant. Et cette indépendance passe par l’alimentation. « A partir du moment où j’ai pris conscience que je pouvais me nourrir de plantes sauvages, je n’ai eu de cesse de vérifier que je pouvais réellement acquérir cette indépendance dans ma vie quotidienne ».

    A 7.jpg
    Cette démarche l’a mis en contact avec d’anciennes cultures dont les membres vivent encore comme dans la préhistoire.
    Avant le néolithique, soit pendant environ quatre millions d'années, l’homme s’est nourri de plantes sauvages. La cueillette s'est maintenue très longtemps, en même temps que l'agriculture. C'est une tradition qui s'est perdue depuis peu. Pourtant, si l'on regarde le problème en face, la nature fournit une abondance de plantes qui suffiraient largement à nourrir la population mondiale.

    A 15.jpg
    François Couplan nous  propose une approche révolutionnaire de la vie : nous inspirer de nos origines, dont il dit qu’elles ne furent ni affamées, ni austères, mais pleines de santé. Selon lui, les véritables causes de la crise écologique remontent bien avant l’industrialisation : à la révolution néolithique, c’est-à-dire à l’invention de l’agriculture, mère de la civilisation, mais aussi de la guerre et de la famine.
    « Malgré l’abondance et la variété de son alimentation, l’Occidental moyen est fortement carencé en ce qui concerne les sels minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, les flavonoïdes et les antioxydants qui ralentissent le vieillissement cellulaire. Ces substances indispensables à la santé font défaut dans les produits raffinés, les aliments industriels et les légumes ou les fruits cultivés de façon intensive ». L’ortie contient sept fois plus de vitamine C que les oranges et les feuilles de pissenlit sont aussi riches en provitamines A que la carotte…

    A 12.jpg
    Ces exemples, il peut les multiplier, il devient intarissable lorsqu'il s'agit de décrire le goût d'huître de la bourrache dont on peut tirer « le vin des dieux », ou l'arôme de champignon qui se dégage du plantain lorsque l'on froisse ses feuilles pendant quelques instants. Cette plante médicinale de première importance dans la trousse de secours de la nature ne se contente pas de désinfecter, d'aider à la cicatrisation et de dissoudre le venin : elle parfume aussi subtilement les potages et les plats. Les recherches montrent qu’une plante sauvage contient dix fois plus d’éléments bénéfiques à la santé qu’une plante cultivée.

    A 13.jpg
    Dans certaines régions, comme en Crète, la tradition de la cueillette est encore fortement ancrée dans les habitudes. Base du fameux régime crétois, la consommation de plantes semble un gage de santé.
     Alors, prêts pour un régime essentiellement fait de plantes sauvages et pourquoi pas avec un accompagnement d’insectes dont la valeur nutritionnelle en protéine est excellente ?



          "C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas"

                                                      Victor HUGO



  • LE LICHEN ET LE SUREAU

    LICHEN
    Du lichen, on entrouve un peu partout et c'est semble t-il un très bon indicateur de la qualité de l'air. De ce côté là, tout va assez bien car pas mal d'arbustes en sont recouverts, certains légèrement mais d'autres sont vraiment envahis comme les hibiscus ou en core ce sureau qui paraît en être complètement enveloppé. Mais sans mal puisqu'il continue a se développer normalement.

    Des lichens, il en existe des dizaines et des dizaines d'espèces, personnellement, je suis incapable de les identifier, ils constituent un monde bien mystérieux et tellement varié.

    Tout ce que j'ai retenu, c'est que le lichen est un organisme complexe, formé d'un champignon vivant en symbiose avec une algue verte ou une cyanobactérie.

    P1040153

  • CHAMPIGNONS ?

    Avec toute cette humidité, le dessus des piquets de clôture présente une secrétion jaunâtre. Champignons ? Moisissures ? Autre chose ?

    P1000299

     

  • SUITE DU BIZARRE

    Toujours dans la lignée du lichen mais ici envahissant les branches d'un sureau, un autre monde tout aussi bizarre.

    IMG_3649

  • ETRANGE VOUS AVEZ DIT BIZARRE

    C'est sur le talus orienté nord que ces drôles de "champignons"  se sont développés. Je suppose qu'il s'agit d'une espèce de lichen. L'endroit à l'air de lui plaire puisqu'il s'étend de plus en plus.

    IMG_3630

    IMG_3631

  • C'EST LE RESULTAT D'UNE SYMBIOSE

    IMG_3111LICHEN -  est le résultat d'une symbiose entre un champignon et une algue verte. Le champignon fournit le support, les sels minéraux et la réserve d'humidité; l'algue fournit les nutriments issus de la synthèse chlorophyllienne.

    Le résultat, on l'aime ou non, mais il permet de réaliser des photos assez originales.

    IMG_3110