campanule

  • LA VEGETATION EN VILLE

    Après la campagne toute en mauve, pourquoi pas un petit tour en ville pour y découvrir quelques exemples de réalisation ou de plantation qui viennent donner de la couleur et de la vie dans le décor.

    Tout d'abord, dans ces venelles des ilots constitués à partir de traverses de chemin de fer apportent vraiment un plus, ils contribuent à rompre la monotonie des bâtiments , ils donnent de la vie et de la chaleur à ces murs et passages pour le moins impersonnels. Des petits arbustes y ont trouvé place, de même qu'une variété assez importante de plantes, telles ces exhubérantes capucines ou encore ces campanules qui se sont installées dans les interstices.en ville 1.jpg

    Les traverses de chemin de fer sont fréquemment utilisées pour en faire des escaliers ou encore des bordures, pourtant il y a lieu de se méfier. Ce n'est pas souvent une solution très écologique car bien souvent elles ont été traitées aux créosotes qui sont des huiles produites à partir de goudron de houille, huiles auxquelles on attribue un pouvoir cancérigène. en ville 2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il suffit parfois de presque rien comme une toute petite note de verdure à un balcon ou alors plus spectaculaire telle cette glycine qui vient rompre la monotonie d'une façade.

    Le choix des villes et communes pour les aménagements naturels est également très important et parfois tout à fait atypique, c'est le cas dans cette avenue garnie de charmilles bien taillées en forme de cylindre.

     

     

     

     

    en ville 3.jpg

    en ville 4.jpgComment seront nos villes dans le futur ?

    Parmi les projets futuristes de construction dans les villes , on peut citer la "bionic arch" de l'architecte belge Vincent Callebaut, présentée dans le cadre du master plan de Taïchung à Taïwan. « “Bionic Arch”(cliquez ici) est un projet qui synthétise notre volonté de concevoir des tours d'une nouvelle génération, 100 % autosuffisante en énergie, explique Vincent Callebaut. Ces tours réintègrent la biodiversité dans la Ville. Il s'agit d'immeubles éco-conçus qui utilisent exclusivement des énergies renouvelables ».

    L'idée de la « Bionic Arch » intègre une forêt en plein ciel et contribue au développement durable via l'utilisation exclusive des énergies renouvelables. L'édifice fusionne le meilleur de l'inventivité humaine et de la nature. Le building se présente comme un bâtiment 100 % autosuffisant avec un niveau d'émission de CO2 égal à zéro.

    Son véritable intérêt est dans la volonté de l'architecte de pousser à l'extrême l'utilisation des ressources naturelles et de produire un minimum de déchets. Les plantations de la « Bionic Arch » absorbent le CO2, réduisent l'effet de serre, recyclent les eaux usées, plutôt que d'envoyer tout à l'égout. Ses jardins fonctionnent comme des « bio-réacteurs ». La tour interagit avec l'écosystème.

    La « Bionic Arch » se pose en prototype de l'écologie urbaine du futur. Ce n'est pas un objet d'architecture-fiction. Vincent Callebaut n'invente rien. Il fait son marché parmi les technologies de pointe, à l'image de la peau de verre cristallin de sa tour, taillée dans un verre spécial intégrant des cellules solaires. Combinées aux turbines éoliennes, ces façades solaires sont capables de produire l'électricité nécessaire à l'éclairage de l'ensemble de la tour et à l'illumination des 4,4 hectares de l'éco-parc de Taïchung la nuit. (Le Soir 08-09-2011)

  • TOUJOURS VAILLANTE, ELLE RESISTE

    IMG_3318

    CAMPANULA MURALIS  ou CAMPANULA PORTENSCHLAGIANA- Malgré ce temps maussade, cet automne on ne peut plus humide, la petite Campanule résiste et nous offre encore quelques fleurs.

    Campanule des murailles : Campanula, en latin "petite cloche" est une plante hermaphrodite, idéale pour les jardins de rocaille, pour les bords de massif ou pour les murets. Le groupe Campanule regroupe plusieurs centaines d'espèces dans les zones tempérées de l'hémisphère nord.

    IMG_3317