beauté

  • LA BEAUTE DE LA NATURE

    Vous connaissez ma passion pour la nature, pour sa richesse, pour sa diversité et sa complexité et aussi pour son incroyable beauté. Une de mes dernières lecture, « Cinq méditations sur la beauté » de François Cheng, parlait de la beauté en général mais abordait aussi la beauté de la nature.

    beauté,françois cheng,méditations,benoite,papillon

    Le livre commence ainsi : « En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourrait paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais en raison de cela même, on voit qu’à l’opposé du mal, la beauté se situe bien à l’autre bout d’une réalité à laquelle nous avons à faire face. Je suis persuadé que nous avons pour tâche urgente, et permanente, de dévisager ces deux mystères qui constituent les extrémités de l’univers vivant : d’un côté, le mal ; de l’autre la beauté ».

     

    beauté,françois cheng,méditations,benoite,papillon

    La deuxième méditation concerne en partie la beauté de la nature : « Que l’univers nous frappe par sa magnificence, que la nature se révèle foncièrement belle, c’est là un fait confirmé par l’expérience partagée par tous. N’ayons garde d’oublier la beauté du visage humain : visage de femme célébré par les peintres de la Renaissance ; visage d’homme fixé par certaine icônes. Pour nous en tenir à la seule nature, il n’est pas difficile de dégager les éléments les plus généraux qui tissent notre impression commune du beau : la splendeur d’un ciel étoilé dans le bleu de la nuit,  la magnificence de l’aurore ou du couchant partout dans le monde,  la majesté d’un grand fleuve traversant les défilés rocheux et fécondant les plaines fertiles,  la montagne haut dressée avec son sommet enneigé, ses pentes verdoyantes et ses vallées fleurie,   une oasis éclose au cœur d’un désert,un cyprès debout au milieu d’un champ,  la superbe course des antilopes dans la savane, l’envol d’un troupeau d’oies sauvages au dessus d’un lac.  

     

    beauté,françois cheng,méditations,benoite,papillon

    Toutes ces scènes nous sont si connues qu’elles deviennent presque des clichés. Notre pouvoir d’étonnement et d’émerveillement en est émoussé, alors que chaque scène, chaque fois unique, devrait nous offrir l’occasion de voir l’univers comme pour la première fois, comme au matin du monde.

     Ici, déjà, une question se pose à nous. Cette beauté naturelle que nous observons, est-elle une qualité originelle, intrinsèque à l’univers qui se fait, ou résulte-t-elle d’un hasard, d’un accident ? Question légitime puisque, selon une thèse, la vie ne serait due qu’à la rencontre fortuite de différents éléments chimiques. Ainsi, quelque chose a commencé à bouger ; voici qu’une matière est devenue vivante.....

    beauté,françois cheng,méditations,benoite,papillon

    Que la « moisissure » se mette à fonctionner en évoluant, il y a de quoi s’étonner. Qu’elle réussisse à durer en se transmettant, il y a de quoi s’étonner davantage. Qu’elle tende, irrépressiblement dirait-on, vers la beauté, il y a de quoi s’ébahir ! Au petit bonheur la chance donc, la matière un beau jour, est devenue belle. A moins que, dès le début, la matière ait contenu, en potentialité, la promesse de la beauté, la capacité à la beauté ? »

    Cinq méditations sur la beauté (Albin Michel)  François CHENG de l’Académie française

     Voilà sans doute de quoi voir sous un autre angle toutes les beautés de nos jardins, en commençant par nos petits semis qui de minuscules graines vont nous donner d’admirables fleurs comme si nous en étions les créateurs. Pour imager un peu tout cela, j’ai recherché dans mes photos quelques clichés de fleurs ou de scènes de mon jardin qui, en toute modestie, illustrent un peu la beauté de la nature.