26/11/2011

PARCS PUBLICS (4)

 

Parc Seny 4.jpgJe continue la découverte de la vallée de la Woluwe à travers les jardins et parcs publics, en remontant le Boulevard du Souverain qui longe les Etangs Mellaerts dont j’avais parlé dans une précédente note.

 

Me voici donc au Parc Seny (superficie +/- 3 Ha)  du nom de l’industriel Albert Seny. Autrefois près de l’entrée du parc se trouvait un moulin à eau du XIIIe siècle qui servait à la fabrication de papier. Albert Seny en devint propriétaire en 1836 et il en fera une teinturerie de coton. Au début du XXe siècle, la construction du boulevard du Souverain exproprie les petites industries afin de sauvegarder le prestige de la nouvelle avenue et d’y aménager de nombreux espaces verts. Le terrain du parc qui faisait partie des parcelles expropriées resta en friche pendant de nombreuses années et ce n’est qu’au début des années 1960 que les autorités décidèrent de le réaménager.

parcs,etangs,automne,oiseaux

 

 

Le parc Seny contient une grande variété d’arbres remarquables : des pins noirs, un chêne à cupules chevelus, un chêne de Hongrie, un bouleau de jacquemont, un saule blanc et diverses sortes de peupliers et de  noisetiers.

 

Le long de la Woluwe l'épilobe hirsute et les salicaires y prolifèrent, les plantes d’eau créent un biotope favorable  aux gardons, aux perches et aux épinoches. C’est aussi un lieu privilégié pour les chauves-souris, pas moins de 14 espèces y sont recensées et en particulier la barbastelle, le vespertilion des marais, le vespertilion à oreilles échancrées et le grand murin.

Parc Seny 1.jpg

 

Tout juste à côté se trouve le parc Ten Reuken (Bois défriché) d’une superficie de +/- 6 Ha, de nouveau un parc paysager avec un très bel étang. Celui-ci a été officiellement inauguré en 1910, il est en somme un reliquat de la forêt de Soignes toute proche. Qui dit étang, dit toute une faune et particulièrement des oiseaux, c’est ainsi qu’on peut y observer : des poules d’eau, des ouettes d’Égypte, des colverts, des foulques, des hérons, des grèbes huppés ou encore des fuligules morillons.

Parc Seny 3.jpg

 

Comme au parc Seny, une multitude de chauves-souris y ont trouvé un terrain de chasse privilégié. Et ici aussi de nombreux arbres remarquables y sont répertoriés : cyprès chauve de Louisiane, cèdres du Liban, érables argentés, tulipier de Virginie, chêne des marais, etc.

Vegetation de ville9.jpg

 

17:10 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : parcs, etangs, automne, oiseaux |  Facebook | |

19/11/2011

SUITE DES PARCS PUBLICS

 Je poursuis mon parcours des parcs publics de la ville avec tout à côté du parc Parmentier, les étangs de Mellaerts et le parc de Woluwé. Le parc des Etangs de Mellaerts a une superficie d’un peu plus de 9 hectares, c’est une zone de loisirs constituée de 2 étangs, un pour la pêche et l’autre pour le canotage, et d’un mini golf.

Mellaerts 1.jpg

 

Parc de Woluwe et étangs Mellaerts dans Bruxelles 2009

 Véritable havre de paix coincé entre des boulevards empruntés par tout ce que Bruxelles compte de navetteurs, le parc de Woluwé n'en reste pas moins un des endroits privilégiés de celles et ceux qui ont envie de respirer un peu d'air frais et, pourquoi pas, de faire une balade en barque ou en pédalos sur les étangs tout proches. Le tour dudit étang est une balade classique et permettra de se rendre une nouvelle fois compte que Bruxelles est une des villes les plus vertes d'Europe. Une brasserie située à une de ses extrémités permettra même aux amateurs de bonne chaire de se sustenter plus qu'honorablement ou tout simplement de prendre un rafraîchissement pour se remettre de l'effort physique accompli.

Cet article est paru dans le guide Bruxelles 2009

Mellaerts 3.jpg

C’est en 1883 que François Mellaerts et son épouse achètent des terrains agricoles et des prairies appartenant aux Hospices civils de Bruxelles. En 1898, l’entrepreneur Edmond Parmentier qui a en charge la construction de l’Avenue de Tervueren signe une convention avec François Mellaerts, il lui attribue un nouveau terrain avec deux étangs en échange de sa propriété. La convention prévoit que François Mellaerts doit préserver la vue sur ses étangs à partir de l’Avenue de Tervueren.

 

Qui dit étang, dit évidemment toute une faune aquatique, c’est ainsi qu’on peut y observer des cygnes, des bernaches du Canada, des oies de Magellan ou encore des ouettes d’Egypte. Les prairies humides ne sont pas en reste avec quelques espèces végétales telles que la brunelle, le lysimaque nummulaire ou le bugle rampant. Et bien sûr une multitude d’arbres : hêtres pleureurs, saules blancs, érables argentés, mélèzes, pins, etc….







 

De l’autre côté du Boulevard, c’est le Parc de Woluwé qui m’attend mais là compte tenu de sa taille de 71 hectares c’est à vélo que je le découvre. Et bien m’en pris car ça monte et ça descend dans tous les sens. C’est une succession de grandes pelouses, d’arbres de différentes variétés (+/- 180 espèces) dont des séquoias géants et d’étangs, son style romantique lui vaut le qualificatif de « paysage anglais ».

Mellaerts 2.jpg

Le parc est traversé par la « promenade du chemin de fer », une ancienne ligne de chemin de fer de +/- 6km  aménagée pour les piétons et les cyclistes.

Mellaerts 4.jpg

Vegetation de ville6.jpg

21:14 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : parcs publics, automne, etangs, faune, flore |  Facebook | |

17/11/2011

L'ETANG BLEU ET L'ETANG VERT

Pour continuer ma découverte des parcs publics de la ville, c'est aujourd'hui au Parc Parmentier que je vous emmène. Il doit son nom à Edmond Parmentier, un entrepreneur qui débuta la construction de l'Avenue de Tervueren en 1895.  D'une superficie d'un peu plus de 2 hectares, il fait partie d'un ensemble avec le Parc de Woluwe et les étangs Mellaerts. C'est en fait un reliquat des anciens marais de la Woluwe, il est constitué d'une partie haute bien ensoleillée avec un chemin de ronde et d'une partie basse plus ombragée qui comporte deux étangs. Dans la partie haute, on peut y découvrir plusieurs dépendances : une chapelle néogothique, plusieurs pavillons évoquant des cottages anglais, des anciennes écuries, etc...

Parmentier 2.jpg

Ce parc comporte quelques arbres remarquables dont la circonférence est assez impressionnante : Séquoia géant (467 cm), Robinier faux acacia (362 cm), Chêne rouge d'Amérique (335 cm) ou encore Hêtre d'Europe (308 cm), etc...

Parmentier 1.jpg

Les deux étangs de la partie basse sont reliés par une cascade en faux rochers sur laquelle est jeté un pont rustique avec des rambardes imitant des branches entrelaçées. Assez étonnant ces deux étangs sont complètement différent, le premier a un aspect normal où le ciel bleu de ces beaux jours ensoleillés se reflète à merveille, tandis que le second est entièrement vert recouvert d'un  espèce de tapis de végétation.

Vegetation de ville5.jpg

23:24 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : parcs publics, automne, etangs |  Facebook | |

15/11/2011

QUINTIDI, 25 BRUMAIRE AN 220

Ce bel automne ensoleillé poursuit son petit bonhomme de chemin mais quelques signes nous rapellent que l'hiver n'est plus très loin, c'est ainsi que les premières gelées nocturnes ont fait leur apparition.

automne 1.jpg

Le calendrier républicain lui aussi fait écho au fait que nous sommes dans les mois où normalement les brumes sont fréquentes : ce mardi 15 novembre 2011, nous sommes Quintidi, 25 Brumaire an 220. Pour la petite histoire, et ça nous éloigne de la nature, le calendrier républicain a été créé pendant la révolution française et utilisé de 1792 à 1806 et brièvement pendant la commune de Paris en 1871. Il avait pour but de remplacer le calendrier grégorien influencé par le christianisme par un calendrier laïc décimal.

automne 2.jpg

Les mois d'automne sont particulièrement parlant puisqu'ils se nomment : Vendémiaire, Brumaire et Frimaire, et les noms de saint ont été remplacés apr des noms de légumes, de fruits, d'animaux, etc... ainsi ce 15 novembre, nous sommes le jour "faisan" !

Ici en Belgique, le 15 novembre est la fête du roi, en effet c'est la Saint Léopold dans le calendrier liturgique germanique, nom des 2 premiers rois.

automne 3.jpg

Pour revenir aux parcs de la ville, il faut aussi souligner la faune, tels différentes espèces de canards, cygnes et autres animaux vivant sur l'eau. Ceux-ci sont devenus vraiment familiers avec les promeneurs qui prennent tellement de plaisir à les nourrir de pain sèché ou de graines. Et les oiseaux frequentant ces parcs deviennent eux aussi de moins en moins farouches, telles ces corneilles noires. Et pour continuer avec une autre petite histoire, les romains prétendaient que "la vie des hommes est plus courte que celle des corneilles".

Vegetation de ville4.jpg

Le temps particulièrement clément a eu aussi un effet positif sur la longueur des floraisons, come le prouve cette jolie clématite rafraîchie par la rosée du matin.

automne 4.jpg

17:09 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : automne, brumaire, clematite, corneille |  Facebook | |

13/11/2011

UN POUMON VERT

foret 1.jpgAprès ma balade pédestre dans quelques parcs de la ville, aujourd'hui j'ai troqué mes souliers de marche pour ma bicyclette pour un parcours d'une trentaine de kilomètres dans un environnement exceptionnel. J'ai eu l'occasion d'évoquer la végétation en ville ainsi que les parcs publics, aujourd'hui je vais aborder un autre thème tout aussi important, je veux parler des bois et forêts.

Ici il s'agit de la forêt de Soignes, qui à quelques kilomètres de la Grand Place de Bruxelles constitue un véritable poumon vert pour cette ville de 1 million d'habitants que rejoignent chaque jour 250.000 navetteurs. Un vaste domaine de 5000 hectares de forêts et de bois. C'est une vaste hêtraie, avec son climat, sa faune et sa flore caractéristiques, traversée de voies de communication et presque entièrement encerclée de quartiers résidentiels, la Forêt de Soignes multiplie des fonctions (écologique, sociale, éducative, économique) .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Forêt de Soignes est célèbre pour son aspect de hêtraie dite cathédrale, les photos ci contre de ces hautes futaies imagent à suffisance ce qualificatif. Les arbres les plus âgés qui sont exploités actuellement ont été plantés à l'époque autrichienne, il y a plus de 200 ans. C'est également un site historique au long passé prestigieux. De nombreuses têtes couronnées y sont passées et certaines y ont même séjourné à plusieurs reprises (c'est le cas de Charles-Quint ) pour pratiquer leur sport favori: la chasse. Il y a quelques années encore, on pouvait voir au prieuré de Groenendael un bouquet commémoratif de 7 tilleuls. Il rappelait un banquet tenu à l'issue d'une partie de chasse et qui rassemblait sept têtes couronnées de l'époque: Charles-Quint, Philippe II, Eléonore veuve de François Ier, Marie de Hongrie, le grand-duc Ferdinand d'Autriche et son épouse, et Mulay Hassan, ex-roi de Tunis.

foret 3.jpg

La Forêt de Soignes fait partie du réseau Natura2000 qui, à travers l'Europe, rassemble des sites importants pour la sauvegarde d'habitats à haute valeur écologique et la conservation d'espèces rares de la faune et de la flore. Actuellement la forêt n'est plus exploitée commercialement, elle est un vaste domaine ouvert aux piétons, aux cyclistes et aux cavaliers à travers des dizaines de promenades balisées.

foret 2.jpgParmi les sites exceptionnels, il y a la 'Drève royale", un spectaculaire chemin entièrement droit de plusieurs kilomètres, bordé de hêtres d'une hauteur incroyable. La photo ci contre permet de s'en rendre compte par rapport à la taille des promeneurs.

Vegetation de ville3.jpg

foret 4.jpg

13:59 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : forêt, bois, automne, ville, soignes |  Facebook | |

11/11/2011

PARCS PUBLICS

Comme la météo de ce mois de novembre reste exceptionnellement clémente, c'était l'occasion en ce 11 novembre de redécouvrir quelques parcs de la ville . Tout d'abord, commençons par un petit parc niché comme un écrin de verdure entre deux rues, il s'agit du Parc Crousse .

Parc Crousse 1.jpg

Il s'agit en fait de la dernière demeure du Docteur Crousse, qui légua le domaine à la ville en 1976,  mais en posant ses conditions, il s'agissait d'en faire un parc public . Cette propriété d'un hectare se présente comme un parc paysager dans lequel trônent quelques arbres remarquables : le chêne pédonculé (Quercus robur), l' érable (Acer saccharinum), le tilleul (Tilia tomentosa cv.Pendula) argenté, et le hêtre pleureur (Fagus sylvatica cv.Pendula). Le petit manoir est utilisé comme centre communautaire (activités manuelles, cours de langue, de cuisine, stages de vacances etc.) et comme salle de réception pour tout type de manifestation (mariages, fêtes, etc...)

Vegetation de ville1.jpg

Quelques centaines de mètres plus loin, c'est le parc Malou qui lui a une superficie de 8 hectares et qui est traversé par un ruisseau, "La Woluwe" qui est un affluent de la Senne. Au milieu de ce parc, en bordure de l'étang se dresse le château Malou, une belle bâtisse construite en 1776 pour Lambert de Lamberts un riche commerçant anobli. Le château doit son nom actuel à l'un de ses anciens propriétaires, l'homme politique et financier catholique, Jules Malou (1810-1886). Ses descendants le cédèrent à la ville en 1951, maintenant il sert de centre culturel, et il abrite la galerie de prêt d'oeuvres d'art qui assure la promotion d'artistes plasticiens contemporains.

parcs publics,automne

Aux abords immédiats du château, on trouve de très vieux arbres : marronnier, catalpa, platane, Liriodendron, Liquidambar,...

Le fond de vallée est peuplé de 2 groupements végétaux intéressants : une frênaie-aulnaie à lierre et ficaire ainsi qu'une aulnaie marécageuse à ortie et reine des prés.

Vegetation de ville2.jpg

Parc des Sources 2.jpg Et ensuite dans le prolongement du parc Malou, le parc des Sources d'une superficie de 4,5 hectares. Il doit son nom aux nombreuses sources qui alimentent son étang.

Ancienne propriété Solvay, ce parc fut créé au début du XXème siècle et l'étang y fut creusé entre 1914 et 1918. A la mort de Louis Solvay, en 1964, la ville racheta une partie du parc. 

L'étang est peuplé de nénuphars jaunes et autres plantes aquatiques. Ses berges sont partiellement colonisées par une végétation semi-aquatique : iris jaunes et cirses.

  Conçu comme un parc paysager anglais, on peut y observer de jolies rocailles et ponts romantiques. Ce parc est classé aujourd'hui comme espace semi-naturel étant donné sa haute valeur biologique.

Parc des Sources.jpg

Vegetation de ville.jpg

17:47 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : parcs publics, automne |  Facebook | |

09/11/2011

L'AUTOMNE EN MAUVE

Après le rouge et le jaune, pourquoi ne pas continuer dans la même voie. Je dois dire que c'était une agréable surprise de découvrir au détour d'un chemin, cet immense champ tout mauve. Heureusement l'APN est toujours à portée de main, il fallait que j'immortalise cette vue.

phacelie 4.jpg

Cette plante qui donne une aussi belle note colorée en ce mois de novembre est la PHACELIE A FEUILLES DE TANAISIE  - PHACELIA TANACETIFOLIA. En fait à cette époque de l'année, la phacélie constitue un très bon engrais vert et de plus elle élimine les mauvaises herbes telles que le chiendent. A d'autres périodes, elle est une excellente plante méllifère qui attire les abeilles tellement importantes pour la pollinisation et différents insectes qui se nourrissent de pucerons.

phacelie 2.jpg

Et pour suivre, et ça n'a rien à voir avac la phacélie, un petit paragraphe de méditation ou de réflexion,  sur ce petit résumé du livre de Patrick Blanc.

LE BONHEUR D'ETRE PLANTE - Patrick BLANC

Et si la loi de la jungle reposait en fait sur des principes de cohabitation harmonieuse. À la marge de ce que peut comprendre notre espèce humaine avec son gros cerveau trop gourmand, la question est posée. Et si le plus faible avait plus de chances qu'un autre de s'épanouir dans un nouveau territoire ? Le plus faible peut inventer des mécanismes de survie qui engendrent des modes d'adaptation, beaucoup moins dispendieux. Bref, l'on n'est pas obligé de manger gras, d'avoir ses racines dans une terre ultrafertile pour s'épanouir. Et quand on est plante et que l'on grandit avec très peu de lumière dans un sous-bois de forêt tropicale, souvent accroché à la simple écorce d'un arbre, on sait qu'il faut tous les jours avoir recours à l'imagination pour trouver la meilleure réponse à la difficulté du milieu et du moment. Mais alors, si ces plantes combatives sont transposées dans un espace plus vaste, bénéficiant de plus de lumière, on assiste à une croissance exubérante, des relations nouvelles de compétition et de grande santé. Ainsi en va-t-il pour l'homme.

Patrick Blanc, botaniste et chercheur au CNRS, est l'inventeur du concept des murs végétaux.

phacelie 1.jpg

Phacelie 5.jpg


 

14:37 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : engrais vert, phacélie, automne, mauve |  Facebook | |

06/11/2011

L'AUTOMNE EN JAUNE

Continuons dans ces belles teintes automnales et dans toutes leurs nuances. Le jaune est également bien présent pour de nombreuses variétés d'arbres qui virent du vert au jaune.

Automne jaune 1.jpg

Les coloris que prennent les feuilles en automne dépendent des pigments présents comme le carotène pour les teintes allant du rouge à l'orange, du xantophylle pour les teintes jaunes et de l'anthocyane pour les couleurs rouge, violet et pourpre. Toute cette évolution est le résultat d'une réaction qui transforme l'énergie de la lumière en énergie chimique.

arbres,automne,eté indien,jaune

En été la couleur verte des feuilles provient de la chlorophylle, en automne la lumière étant moins forte, la chlorophylle se dégrade et laisse apparaître les autres pigments. Tous ces coloris automnaux sont influencés par la température, des jours ensoleillés et secs, suivis de nuits fraîches et sèches favorisent l'apparition de couleurs flamboyantes.

Automne jaune 4.jpg

Ainsi une bonne répartition des espèces peut donner des spectacles de toute beauté comme au Québec, au Wisconsin ou au Michigan et le fameux "été indien". L'été indien ou "été des indiens" fait référence à une période de beau temps qui arrive après les premières gelées et qui correspondait aux derniers jours de beau temps pendant lesquels les amérindiens terminaient leurs récoltes. Dans d'autres pays, on trouve une période analogue mais qui porte un nom différend en fonction de critères folkloriques ou religieux. Ainsi en Allemagne on parle de "l'été de l'aïeule", en Suède de "l'été de la Toussaint", en Angleterre de "l'été de la Saint Luc", dans nos régions de "l'été de la Saint Martin" et en Europe centrale de "l'été des bonnes femmes".

Automne jaune 5.jpg

22:58 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : arbres, automne, eté indien, jaune |  Facebook | |

05/11/2011

L'AUTOMNE EN ROUGE

chene rouge 3.jpgLE CHÊNE D'AMERIQUE- L'automne et ses couleurs bien particulières est maintenant bien installé, le décor se décline, en jaune, en ocre, en cuivre, en rouge, etc... dans une harmonie exceptionnelles de teintes. Pour certains arbres, le tableau n'est pas très spectaculaire, les feuilles fânent et tombent sans passer par des couleurs bien prononcées. Pour d'autres par contre, c'est tout à fait le contraire et c'est même parfois leur plus belle période esthétiquement parlant.

chene rouge 2.jpg

C'est le cas du Chêne d'Amérique (QUERCUS RUBRA) qui comme son nom l'indique nous vient de l'Est de l'Amérique du Nord et qui se colore d'une magnifique teinte rougeâtre. Par rapport aux chênes de nos régions, il présente des feuilles beaucoup plus grandes pouvant atteindre une vingtaine de centimètres.

Cet arbre a besoin de beaucoup de lumières, inutile de le planter à l'ombre il n'y résistera pas, une terre argileuse lui convient à merveille et sa croissance est rapide. Son bois de couleur rougeâtre est utilisé en charpente, en menuiserie et en ébénisterie.

chene rouge 1.jpg

13:27 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : arbres, chêne, automne, quercus rubra |  Facebook | |

23/11/2010

UNE BELLE ETRANGERE.

Voilà encore une de ces surprises qui nous fait tant apprécier la nature. Je ne sais qui elle est, je ne sais d'où elle vient, mais alors que pratiquement tout est desséché, elle trône fièrement à côté des épis d'agastache fanés.

Elle a résisté à tout, le gel, la tempête, le vent, la pluie, elle apparaît comme une tache colorée au milieu de ce massif en hibernation. Je suppose qu'elle fait partie de la famille des asters, en tout cas je n'ai aucun souvenir de l'avoir planté. Une belle surprise à cette époque de l'année.

P1090921.JPG

366 Gestes pour la biodiversité.

JE SAVOURE LA BIODIVERSITÉ DANS MON ASSIETTE.

Née en réaction au développement des fast-foods et la malbouffe, l'association Slow food a prouvé que développer le goût et la curiosité des consommateurs en matière d'alimentation a notamment pour conséquence de les amener à protéger la biodiversité.

Comment ? C'est très simple. Avez-vous déjà mangé un velouté de panais, des chips de topinambours ou du caviar d'escargots ? En le faisant, vous contribueriez à la sauvegarde de variétés oubliées (tels ces tubercules) et d'espèces menacées (tel l'esturgeon).

Pour en savoir plus sur cette association écogastronomique, ses actions et la fondation Slowfood pour la biodiversité. http://www.slowfood.com

11:38 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : automne, biodiversité, alimentation, slowfood |  Facebook | |

21/11/2010

UNE NUIT BLANCHE.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je supporte de moins en moins le froid, et pourtant nous ne sommes encore qu'en automne. La météo prévoit les premières chutes de neige dans les ardennes à quelques dizaines de kilomètres d'ici.

Cette nuit, il a bien gelé, le brouillard est présent et touts les plantes sont bien givrées, une nuit blanche. Une nuit blanche, c'est aussi une nuit sans sommeil, sans dormir la journée suivante.

Pour la petite histoire, savez-vous d'où vient cette expression de "nuit blanche" : Le futur chevalier, avant d'être adoubé, devait passer toute une nuit allongé, les bras en croix, sur le sol de l'église ou de la chapelle ; il était tout habillé de blanc.

P1090938.JPG

Les graminées sont restées bien droites, malgré les tempêtes des semaines passées, il faut dire que je les ai un peu aidées avec des tuteurs en quart de cercle. Toutes givrées, elles donnent un beau tableau de la nature par ce temps d'automne, un peu trop froid.

P1090939.JPG

10:09 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : automne, froid, givre |  Facebook | |

14/11/2010

UN PETIT PLAISIR

Le jardin est bien triste maintenant, la tempête qui a sévi ces 3 derniers jours a eu le don d'enlever pratiquement toutes les feuilles des arbres. Pas moyen de mettre un pied au jardin, la pluie et le vent sont restés constants, jour et nuit.

Et puis ce matin, je remarque au pied de ma réserve de bois, une jolie couleur mauve, comme un signe de vie parmi toutes les plantes en léthargie.

Oui, rien de bien spécial, il s'agit d'une plante sauvage, vraisemblablement un Geranium Molle ou Geranium Mollet, mais à cette période, pour moi, il s'agit d'un petit plaisir agréable.

P1090902.JPGC'est une plante très commune, qu'on rencontre aux bords des chemins et qui normalement fleurit d'avril à septembre.

Tout ça n'est pas très exceptionnel, mais comme le jardin est au point mort pour le moment, il faut bien se contenter de petites choses comme celle-là.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1090898.JPG

366 Gestes pour la biodiversité.

J'ELOIGNE LES CAMPAGNOLS DES RACINES DE MES ARBRES.

Des monticules de terre, des fruitiers attaqués par les racines ? Des campagnols ont élu domicile chez-vous ! Ces petits rongeurs creusent leur galeries sous terre et se nourrissent de bulbes, tubercules et racines de diverses plantes, y compris d'arbres.

Profitez de l'hiver pour engager une chasse naturelle contre eux ! Attirez leurs prédateurs : laissez un passage dans la haie pour le renard, aménagez un tas de pierres avec quelques espaces vides pour la belette ou installez des nichoirs et perchoirs pour les rapaces.

Si cele ne suffit pas, il existe des pièges mécaniques, totalement écologiques ! Mais évitez les méthodes chimiques : elles n'agissent quà court terme et sont toxiques aussi pour leurs ennemis naturels.