12/01/2011

IL FAUT SAUVER LES ABEILLES.

Après les jours de neige, nous sommes passés aux jours de pluie et par conséquent, pas moyen d'entreprendre quoi que ce soit au jardin. Comme il n'y a pas de sujet intéressant sur la vie du jardin, Je voudrais revenir sur un sujet qui me tient à coeur, c'est la disparition des abeilles.

Une pétition a été lancée par AVAAZ, une OGM américaine, et le nombre de signatures est vraiment encourangeant, preuve que ce problème inquiète beuacoup de monde. J'ai la mauvaise habitude d'effacer mes photos et je n'ai retrouvé qu'une seule avec une pauvre malheureuse abeille mais finalement cette photo est un peu symbolique du problème.

P1090387.JPGImpressionnant! Pendant le week-end, un demi-million d'entre nous ont signé l'appel pour sauver les abeilles. Allons jusqu'à un million pour obtenir l'interdiction -- signez si ce n'est pas déjà fait, et faites suivre le message à tous

Chers amis,
Des milliards d'abeilles sont en train de mourir en silence, et toute notre chaîne alimentaire est menacée. Les abeilles ne font pas seulement du miel, elles sont une humble et géante force de travail, pollinisant 90% des plantes que nous cultivons.

De multiples études scientifiques mettent en cause un groupe de pesticides toxiques pour expliquer leur rapide disparition, et les populations d'abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits. Mais les puissantes industries chimiques exercent un fort lobbying pour continuer à vendre ce poison. Notre meilleure chance de sauver les abeilles est de pousser l'Union Européenne et les Etats Unis à interdire à leur tour ces produits -- leur action est cruciale et aura pour effet d'entraîner le reste du monde. Nous n'avons pas de temps à perdre -- le débat fait rage quant aux mesures à prendre pour sauver ces espèces. Il ne s'agit pas seulement de sauver des abeilles, il s'agit de notre survie. Créons un buzz planétaire appelant l'Union Européenne et les Etats-Unis à faire interdire ces produits chimiques mortels et ainsi sauver nos abeilles et notre alimentation. Signez la pétition urgente, et faites la suivre à tous, nous la remettrons principaux décideurs:

https://secure.avaaz.org/fr/save_the_bees/?vl

Les abeilles sont indispensables à la vie sur terre -- elles pollinisent chaque année les plantes et les cultures pour une valeur estimée à plus de 40 milliards de dollars, représentant plus d'un tiers de l'approvisionnement en nourriture dans beaucoup de pays. Sans aucune action immédiate pour les sauvegarder, beaucoup de nos de fruits, légumes et noix favoris pourraient disparaître de nos étals.

Ces dernières années ont été marquées par un profond et inquiétant déclin mondial des populations d'abeilles -- certaines espèces d'abeilles ont déjà disparu, et la semaine dernière nous avons appris que d'autres espèces aux Etats-Unis ne totalisent plus que 4% de leur population d'origine. Les scientifiques avancent plusieurs explications. Certaines études indiquent que le déclin est dû à une combinaison de facteurs incluant maladie, perte de l'habitat, et produits chimiques toxiques. Mais des recherches indépendantes à la pointe du sujet ont mise en avant de fortes preuves mettant en cause les pesticides du groupe des néonicotinoïdes. L'Italie, la Slovénie et même l'Allemagne, où est basé le principal fabriquant Bayer, ont interdit certains de ces produits. Mais Bayer, Syngenta et d'autres continuent d'exporter ce poison dans le monde. Et la France, pendant un temps fer de lance des interdictions, vient tout juste de renouveler pour un an l'autorisation commerciale d'un produit phare contenant cette substance toxique.

 

Comme moi, signez cette pétition.

https://secure.avaaz.org/fr/save_the_bees/?vl

22:42 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : abeilles, poison |  Facebook | |

10/12/2010

LE PLAN MAYA.

Ici les températures sont devenues positives, par conséquent nous sommes dans la gadoue, la période la plus désagréable après les chutes de neige. Rien de bien photogénique à montrer alors pourquoi ne pas aborder un sujet qui nous concerne tous : "L'effondrement des colonies d'abeilles".

"Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre" aurait dit Albert Einstein. Il est envisageable que l'effet boule de neige de la disparition des abeilles sur les autres espèces,végétales et animales, menace à terme la survie de l'espèce humaine.

Les abeilles ont un rôle essentiel en termes de préservation de la biodiversité. Ce sont des insectes pollinisateurs, c'est à dire qu'elles transportent le pollen (élément mâle) des fleurs qu'elles butinent sur le pistil d'autres fleurs (éléments femelle), ce qui permet la fécondation et la reproduction des espèces végétales.

L'activité de pollinisation des abeilles est essentielle à l'agriculture : la majorité des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, de fruits à coques, d'épices, du café et du cacao bénéficient de l'activité pollinisatrice des insectes.

Selon une étude scientifique, 35 % de la production mondiale de nourriture est directement dépendante des pollinisateurs.

P1080984.JPGLa Belgique comme de nombreux autres pays est confrontée à ce triste et inquiétant phénomène. Pour tenter de l'enrayer sur le territoire wallon, le gouvernement wallon a adopté un plan baptisé "MAYA" (ils n'ont pas dû trop se fouler pour trouver ce nom !), 5 grandes mesures ont été décidées.

  • Augmentation des ressources en pollen.

A terme pour les particuliers, 2/3 des haies subventionnées doivent être constituées de plants mellifères. Quant aux subsides octroyés pour l'aménagement d'espaces verts publics, ils sont orientés vers des essences favorables aux abeilles. (http://environnement.wallonie.be - rubrique "nature et forêts" )

  • Soutien aux jeunes apiculteurs.

A la fin de leur formation, ceux-ci recevront une ruche et une reine.

 

  • Soutien à la recherche.

25.000 € sont conjointement octroyés au CARI (centre apicole de recherche et d'information - http://www.cari.be ) et au centre de recherches et à la faculté agronomique de Gembloux. But de leurs investigations : découvrir les causes de la motalité des abeilles.

  • Communes "Maya".

Les communes qui s'engageront à mettre en place un écosystème favorable à la présence des abeilles sur leur territoire seront retenues prioritairement pour participer à la triaditionnele "Semaine de l'arbre".

  • Fauchage tardif.

Le fauchage tardif déjà pratiqué le long des routes communales sera étendu aux voiries régionales.

16:01 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : abeilles, pollinisateurs, plan maya |  Facebook | |

04/06/2010

MES NOUVELLES VOISINES SONT JEUNES ET JOLIES.

Elles sont une quinzaine, elles occupent le terrain en face de la maison, et avec la haie d'aubépines et de pruneliers qui a été fortement taillée, elles me voient dans le jardin. Elles sont curieuses, elles me regardent aller et venir d'un air intéressé.

P1080464Comme je n'y connais rien en bétail, je n'ai aucune idée de leur race. A moins que ce soit des limousines ? Toujours est-il que c'est assez plaisant cette présence qui donne un peu de vie au paysage.

P1080215Pour compléter le tableau, à l'arrière du jardin , ce sont d'autres quadrupèdes qui occupent le pré mitoyen. Comme chaque année, ce sont quelques chevaux, plus tout jeunes eux, qui sont mis en pâture.

P1080270366 Gestes pour la biodiversité.

JE DIFFERENCIE  GUÊPES, ABEILLES ET SYRPHES.

Guêpes et abeilles sont des hyménoptères : elles ont deux paires d'ailes mais semblent n'en avoir qu'une car, en vol, les ailes antérieures et postérieures sont couplées par de petits crochets. autre caractéristique,: seules les femelles ont un dard !

Les guêpes ont la taille plus fine et l'abdomen terminé en pointe. Les abeilles sont souvent couvertes de poils et ont l'abdomen plus arrondi. A noter : les bourdons ne sont pas les mâles des abeilles mais des abeilles à part entière, au corps souvent plus trapu et plus velu !

Les syrphes ressemblent aux gyêpes mais ils ont une seule paire d'ailes, de plus gros yeux et des antennes plus courtes. En outre, ils peuvent voler sur place et ne piquent pas : ce sont des diptères (des mouches).