15/11/2011

QUINTIDI, 25 BRUMAIRE AN 220

Ce bel automne ensoleillé poursuit son petit bonhomme de chemin mais quelques signes nous rapellent que l'hiver n'est plus très loin, c'est ainsi que les premières gelées nocturnes ont fait leur apparition.

automne 1.jpg

Le calendrier républicain lui aussi fait écho au fait que nous sommes dans les mois où normalement les brumes sont fréquentes : ce mardi 15 novembre 2011, nous sommes Quintidi, 25 Brumaire an 220. Pour la petite histoire, et ça nous éloigne de la nature, le calendrier républicain a été créé pendant la révolution française et utilisé de 1792 à 1806 et brièvement pendant la commune de Paris en 1871. Il avait pour but de remplacer le calendrier grégorien influencé par le christianisme par un calendrier laïc décimal.

automne 2.jpg

Les mois d'automne sont particulièrement parlant puisqu'ils se nomment : Vendémiaire, Brumaire et Frimaire, et les noms de saint ont été remplacés apr des noms de légumes, de fruits, d'animaux, etc... ainsi ce 15 novembre, nous sommes le jour "faisan" !

Ici en Belgique, le 15 novembre est la fête du roi, en effet c'est la Saint Léopold dans le calendrier liturgique germanique, nom des 2 premiers rois.

automne 3.jpg

Pour revenir aux parcs de la ville, il faut aussi souligner la faune, tels différentes espèces de canards, cygnes et autres animaux vivant sur l'eau. Ceux-ci sont devenus vraiment familiers avec les promeneurs qui prennent tellement de plaisir à les nourrir de pain sèché ou de graines. Et les oiseaux frequentant ces parcs deviennent eux aussi de moins en moins farouches, telles ces corneilles noires. Et pour continuer avec une autre petite histoire, les romains prétendaient que "la vie des hommes est plus courte que celle des corneilles".

Vegetation de ville4.jpg

Le temps particulièrement clément a eu aussi un effet positif sur la longueur des floraisons, come le prouve cette jolie clématite rafraîchie par la rosée du matin.

automne 4.jpg

17:09 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : automne, brumaire, clematite, corneille |  Facebook | |

13/11/2011

UN POUMON VERT

foret 1.jpgAprès ma balade pédestre dans quelques parcs de la ville, aujourd'hui j'ai troqué mes souliers de marche pour ma bicyclette pour un parcours d'une trentaine de kilomètres dans un environnement exceptionnel. J'ai eu l'occasion d'évoquer la végétation en ville ainsi que les parcs publics, aujourd'hui je vais aborder un autre thème tout aussi important, je veux parler des bois et forêts.

Ici il s'agit de la forêt de Soignes, qui à quelques kilomètres de la Grand Place de Bruxelles constitue un véritable poumon vert pour cette ville de 1 million d'habitants que rejoignent chaque jour 250.000 navetteurs. Un vaste domaine de 5000 hectares de forêts et de bois. C'est une vaste hêtraie, avec son climat, sa faune et sa flore caractéristiques, traversée de voies de communication et presque entièrement encerclée de quartiers résidentiels, la Forêt de Soignes multiplie des fonctions (écologique, sociale, éducative, économique) .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Forêt de Soignes est célèbre pour son aspect de hêtraie dite cathédrale, les photos ci contre de ces hautes futaies imagent à suffisance ce qualificatif. Les arbres les plus âgés qui sont exploités actuellement ont été plantés à l'époque autrichienne, il y a plus de 200 ans. C'est également un site historique au long passé prestigieux. De nombreuses têtes couronnées y sont passées et certaines y ont même séjourné à plusieurs reprises (c'est le cas de Charles-Quint ) pour pratiquer leur sport favori: la chasse. Il y a quelques années encore, on pouvait voir au prieuré de Groenendael un bouquet commémoratif de 7 tilleuls. Il rappelait un banquet tenu à l'issue d'une partie de chasse et qui rassemblait sept têtes couronnées de l'époque: Charles-Quint, Philippe II, Eléonore veuve de François Ier, Marie de Hongrie, le grand-duc Ferdinand d'Autriche et son épouse, et Mulay Hassan, ex-roi de Tunis.

foret 3.jpg

La Forêt de Soignes fait partie du réseau Natura2000 qui, à travers l'Europe, rassemble des sites importants pour la sauvegarde d'habitats à haute valeur écologique et la conservation d'espèces rares de la faune et de la flore. Actuellement la forêt n'est plus exploitée commercialement, elle est un vaste domaine ouvert aux piétons, aux cyclistes et aux cavaliers à travers des dizaines de promenades balisées.

foret 2.jpgParmi les sites exceptionnels, il y a la 'Drève royale", un spectaculaire chemin entièrement droit de plusieurs kilomètres, bordé de hêtres d'une hauteur incroyable. La photo ci contre permet de s'en rendre compte par rapport à la taille des promeneurs.

Vegetation de ville3.jpg

foret 4.jpg

13:59 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : forêt, bois, automne, ville, soignes |  Facebook | |

11/11/2011

PARCS PUBLICS

Comme la météo de ce mois de novembre reste exceptionnellement clémente, c'était l'occasion en ce 11 novembre de redécouvrir quelques parcs de la ville . Tout d'abord, commençons par un petit parc niché comme un écrin de verdure entre deux rues, il s'agit du Parc Crousse .

Parc Crousse 1.jpg

Il s'agit en fait de la dernière demeure du Docteur Crousse, qui légua le domaine à la ville en 1976,  mais en posant ses conditions, il s'agissait d'en faire un parc public . Cette propriété d'un hectare se présente comme un parc paysager dans lequel trônent quelques arbres remarquables : le chêne pédonculé (Quercus robur), l' érable (Acer saccharinum), le tilleul (Tilia tomentosa cv.Pendula) argenté, et le hêtre pleureur (Fagus sylvatica cv.Pendula). Le petit manoir est utilisé comme centre communautaire (activités manuelles, cours de langue, de cuisine, stages de vacances etc.) et comme salle de réception pour tout type de manifestation (mariages, fêtes, etc...)

Vegetation de ville1.jpg

Quelques centaines de mètres plus loin, c'est le parc Malou qui lui a une superficie de 8 hectares et qui est traversé par un ruisseau, "La Woluwe" qui est un affluent de la Senne. Au milieu de ce parc, en bordure de l'étang se dresse le château Malou, une belle bâtisse construite en 1776 pour Lambert de Lamberts un riche commerçant anobli. Le château doit son nom actuel à l'un de ses anciens propriétaires, l'homme politique et financier catholique, Jules Malou (1810-1886). Ses descendants le cédèrent à la ville en 1951, maintenant il sert de centre culturel, et il abrite la galerie de prêt d'oeuvres d'art qui assure la promotion d'artistes plasticiens contemporains.

parcs publics,automne

Aux abords immédiats du château, on trouve de très vieux arbres : marronnier, catalpa, platane, Liriodendron, Liquidambar,...

Le fond de vallée est peuplé de 2 groupements végétaux intéressants : une frênaie-aulnaie à lierre et ficaire ainsi qu'une aulnaie marécageuse à ortie et reine des prés.

Vegetation de ville2.jpg

Parc des Sources 2.jpg Et ensuite dans le prolongement du parc Malou, le parc des Sources d'une superficie de 4,5 hectares. Il doit son nom aux nombreuses sources qui alimentent son étang.

Ancienne propriété Solvay, ce parc fut créé au début du XXème siècle et l'étang y fut creusé entre 1914 et 1918. A la mort de Louis Solvay, en 1964, la ville racheta une partie du parc. 

L'étang est peuplé de nénuphars jaunes et autres plantes aquatiques. Ses berges sont partiellement colonisées par une végétation semi-aquatique : iris jaunes et cirses.

  Conçu comme un parc paysager anglais, on peut y observer de jolies rocailles et ponts romantiques. Ce parc est classé aujourd'hui comme espace semi-naturel étant donné sa haute valeur biologique.

Parc des Sources.jpg

Vegetation de ville.jpg

17:47 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : parcs publics, automne |  Facebook | |

10/11/2011

LA VEGETATION EN VILLE

Après la campagne toute en mauve, pourquoi pas un petit tour en ville pour y découvrir quelques exemples de réalisation ou de plantation qui viennent donner de la couleur et de la vie dans le décor.

Tout d'abord, dans ces venelles des ilots constitués à partir de traverses de chemin de fer apportent vraiment un plus, ils contribuent à rompre la monotonie des bâtiments , ils donnent de la vie et de la chaleur à ces murs et passages pour le moins impersonnels. Des petits arbustes y ont trouvé place, de même qu'une variété assez importante de plantes, telles ces exhubérantes capucines ou encore ces campanules qui se sont installées dans les interstices.en ville 1.jpg

Les traverses de chemin de fer sont fréquemment utilisées pour en faire des escaliers ou encore des bordures, pourtant il y a lieu de se méfier. Ce n'est pas souvent une solution très écologique car bien souvent elles ont été traitées aux créosotes qui sont des huiles produites à partir de goudron de houille, huiles auxquelles on attribue un pouvoir cancérigène. en ville 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Il suffit parfois de presque rien comme une toute petite note de verdure à un balcon ou alors plus spectaculaire telle cette glycine qui vient rompre la monotonie d'une façade.

Le choix des villes et communes pour les aménagements naturels est également très important et parfois tout à fait atypique, c'est le cas dans cette avenue garnie de charmilles bien taillées en forme de cylindre.

 

 

 

 

en ville 3.jpg

en ville 4.jpgComment seront nos villes dans le futur ?

Parmi les projets futuristes de construction dans les villes , on peut citer la "bionic arch" de l'architecte belge Vincent Callebaut, présentée dans le cadre du master plan de Taïchung à Taïwan. « “Bionic Arch”(cliquez ici) est un projet qui synthétise notre volonté de concevoir des tours d'une nouvelle génération, 100 % autosuffisante en énergie, explique Vincent Callebaut. Ces tours réintègrent la biodiversité dans la Ville. Il s'agit d'immeubles éco-conçus qui utilisent exclusivement des énergies renouvelables ».

L'idée de la « Bionic Arch » intègre une forêt en plein ciel et contribue au développement durable via l'utilisation exclusive des énergies renouvelables. L'édifice fusionne le meilleur de l'inventivité humaine et de la nature. Le building se présente comme un bâtiment 100 % autosuffisant avec un niveau d'émission de CO2 égal à zéro.

Son véritable intérêt est dans la volonté de l'architecte de pousser à l'extrême l'utilisation des ressources naturelles et de produire un minimum de déchets. Les plantations de la « Bionic Arch » absorbent le CO2, réduisent l'effet de serre, recyclent les eaux usées, plutôt que d'envoyer tout à l'égout. Ses jardins fonctionnent comme des « bio-réacteurs ». La tour interagit avec l'écosystème.

La « Bionic Arch » se pose en prototype de l'écologie urbaine du futur. Ce n'est pas un objet d'architecture-fiction. Vincent Callebaut n'invente rien. Il fait son marché parmi les technologies de pointe, à l'image de la peau de verre cristallin de sa tour, taillée dans un verre spécial intégrant des cellules solaires. Combinées aux turbines éoliennes, ces façades solaires sont capables de produire l'électricité nécessaire à l'éclairage de l'ensemble de la tour et à l'illumination des 4,4 hectares de l'éco-parc de Taïchung la nuit. (Le Soir 08-09-2011)

09/11/2011

L'AUTOMNE EN MAUVE

Après le rouge et le jaune, pourquoi ne pas continuer dans la même voie. Je dois dire que c'était une agréable surprise de découvrir au détour d'un chemin, cet immense champ tout mauve. Heureusement l'APN est toujours à portée de main, il fallait que j'immortalise cette vue.

phacelie 4.jpg

Cette plante qui donne une aussi belle note colorée en ce mois de novembre est la PHACELIE A FEUILLES DE TANAISIE  - PHACELIA TANACETIFOLIA. En fait à cette époque de l'année, la phacélie constitue un très bon engrais vert et de plus elle élimine les mauvaises herbes telles que le chiendent. A d'autres périodes, elle est une excellente plante méllifère qui attire les abeilles tellement importantes pour la pollinisation et différents insectes qui se nourrissent de pucerons.

phacelie 2.jpg

Et pour suivre, et ça n'a rien à voir avac la phacélie, un petit paragraphe de méditation ou de réflexion,  sur ce petit résumé du livre de Patrick Blanc.

LE BONHEUR D'ETRE PLANTE - Patrick BLANC

Et si la loi de la jungle reposait en fait sur des principes de cohabitation harmonieuse. À la marge de ce que peut comprendre notre espèce humaine avec son gros cerveau trop gourmand, la question est posée. Et si le plus faible avait plus de chances qu'un autre de s'épanouir dans un nouveau territoire ? Le plus faible peut inventer des mécanismes de survie qui engendrent des modes d'adaptation, beaucoup moins dispendieux. Bref, l'on n'est pas obligé de manger gras, d'avoir ses racines dans une terre ultrafertile pour s'épanouir. Et quand on est plante et que l'on grandit avec très peu de lumière dans un sous-bois de forêt tropicale, souvent accroché à la simple écorce d'un arbre, on sait qu'il faut tous les jours avoir recours à l'imagination pour trouver la meilleure réponse à la difficulté du milieu et du moment. Mais alors, si ces plantes combatives sont transposées dans un espace plus vaste, bénéficiant de plus de lumière, on assiste à une croissance exubérante, des relations nouvelles de compétition et de grande santé. Ainsi en va-t-il pour l'homme.

Patrick Blanc, botaniste et chercheur au CNRS, est l'inventeur du concept des murs végétaux.

phacelie 1.jpg

Phacelie 5.jpg


 

14:37 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : engrais vert, phacélie, automne, mauve |  Facebook | |

06/11/2011

L'AUTOMNE EN JAUNE

Continuons dans ces belles teintes automnales et dans toutes leurs nuances. Le jaune est également bien présent pour de nombreuses variétés d'arbres qui virent du vert au jaune.

Automne jaune 1.jpg

Les coloris que prennent les feuilles en automne dépendent des pigments présents comme le carotène pour les teintes allant du rouge à l'orange, du xantophylle pour les teintes jaunes et de l'anthocyane pour les couleurs rouge, violet et pourpre. Toute cette évolution est le résultat d'une réaction qui transforme l'énergie de la lumière en énergie chimique.

arbres,automne,eté indien,jaune

En été la couleur verte des feuilles provient de la chlorophylle, en automne la lumière étant moins forte, la chlorophylle se dégrade et laisse apparaître les autres pigments. Tous ces coloris automnaux sont influencés par la température, des jours ensoleillés et secs, suivis de nuits fraîches et sèches favorisent l'apparition de couleurs flamboyantes.

Automne jaune 4.jpg

Ainsi une bonne répartition des espèces peut donner des spectacles de toute beauté comme au Québec, au Wisconsin ou au Michigan et le fameux "été indien". L'été indien ou "été des indiens" fait référence à une période de beau temps qui arrive après les premières gelées et qui correspondait aux derniers jours de beau temps pendant lesquels les amérindiens terminaient leurs récoltes. Dans d'autres pays, on trouve une période analogue mais qui porte un nom différend en fonction de critères folkloriques ou religieux. Ainsi en Allemagne on parle de "l'été de l'aïeule", en Suède de "l'été de la Toussaint", en Angleterre de "l'été de la Saint Luc", dans nos régions de "l'été de la Saint Martin" et en Europe centrale de "l'été des bonnes femmes".

Automne jaune 5.jpg

22:58 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : arbres, automne, eté indien, jaune |  Facebook | |

05/11/2011

L'AUTOMNE EN ROUGE

chene rouge 3.jpgLE CHÊNE D'AMERIQUE- L'automne et ses couleurs bien particulières est maintenant bien installé, le décor se décline, en jaune, en ocre, en cuivre, en rouge, etc... dans une harmonie exceptionnelles de teintes. Pour certains arbres, le tableau n'est pas très spectaculaire, les feuilles fânent et tombent sans passer par des couleurs bien prononcées. Pour d'autres par contre, c'est tout à fait le contraire et c'est même parfois leur plus belle période esthétiquement parlant.

chene rouge 2.jpg

C'est le cas du Chêne d'Amérique (QUERCUS RUBRA) qui comme son nom l'indique nous vient de l'Est de l'Amérique du Nord et qui se colore d'une magnifique teinte rougeâtre. Par rapport aux chênes de nos régions, il présente des feuilles beaucoup plus grandes pouvant atteindre une vingtaine de centimètres.

Cet arbre a besoin de beaucoup de lumières, inutile de le planter à l'ombre il n'y résistera pas, une terre argileuse lui convient à merveille et sa croissance est rapide. Son bois de couleur rougeâtre est utilisé en charpente, en menuiserie et en ébénisterie.

chene rouge 1.jpg

13:27 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : arbres, chêne, automne, quercus rubra |  Facebook | |

30/10/2011

LE TULIPIER DE VIRGINIE

arbres,vivaces,tulipier de virginie,liriodendron tulipfera,millepertuis,hypericum

LIRIODENDRON TULIPIFERA , très reconnaissable grâce à la forme de ses feuilles, le tulipier de Virginie est un arbre de la famille des magnoliacées originaire du Sud et de l’Est des Etats-Unis.

Sa durée de vie est estimée à 500 ans, dans son milieu naturel il peut atteindre une hauteur de 50 à 60 mètres, dans nos régions en général il ne dépassera pas une trentaine de mètres. Il est donc réservé aux grands jardins, soit en isolé, soit en alignement.

Pour profiter de sa floraison, il faut être patient car elle n’intervient qu’après une dizaine, voire une vingtaine d’années. Les fleurs ont un peu la forme d’une tulipe, elles sont  de couleur jaune-vert avec un cercle orangé vers le centre. La floraison est suivie de fruits qui persisteront tout l’hiver pour le plus grand bonheur des oiseaux.Tulipier 2.jpg

En automne il est tout autant décoratif, et particulièrement cette année avec cette arrière saison tellement ensoleillée, ses feuilles prennent une très belle couleur d’un jaune intense.

Le tulipier préfère les sols bien drainés, voire sablonneux et dans ces conditions il est rustique.

 







Cet arbre a été introduit en Europe en 1663, le plus connu est celui que la reine Marie-Antoinette a planté au Petit Trianon de Versailles en 1771. Malheureusement il n’a pas résisté à la tempête de 1999, c’est un coutelier de Sauveterre-de-Rouergue, Guy Vialis,  qui a acheté ses restes pour fabriquer des manches de couteau.

Après accord avec la mairie de Versailles, Guy Vialis pouvait annoncer :

« Les couteaux réalisés avec le bois de ces arbres porteront sur la lame l'inscription « Versailles ». Et pour chaque couteau vendu, une petite partie des bénéfices sera utilisée toujours dans le même but : la replantation de nouvelles essences dans le parc du château de Versailles »

 

Ainsi Guy Vialis répondaient au souhait de l’association des « Amis du parc de Versailles » : Voir survivre les racines du tulipier de Marie-Antoinette. C’était chose faite puisque quelque temps après la souche de plus de huit tonnes était exposée sur la place de Sauveterre… Http://www.lesmanantsduroi.com/articles/article35229.php

Ici, il est associé à son pied avec des Millepertuis - HYPERICUM HYDCOTE – qui sont en train de prendre une belle coloration rouge cuivrée. Et comme pour nous rappeler qu’il y a quelques semaines, ils étaient encore bien fleuris, une seule malheureuse petite fleur tient courageusement  le coup. Pour bien mettre en valeur la beauté de sa fleur, une photo d’il y a quelques semaines quand fleurs et feuillages étaient encore en pleine santé.

Tulipier et millepertuis 1.jpg


26/10/2011

LE CLERODENDRON TRICHOTOMUM

 

Clerodendron 5.jpgCLERODENDRUM TRICHOTOMUM

Voilà encore un de ces petits arbustes ou arbres originaire d’Asie, Chine et Japon qui nous gratifie d’une très belle floraison. Il s’agit du Clérodendron trichotomum qui nous vient des forêts tropicales. C’est un petit arbre qui peut atteindre 5 à 7 mètres et qui a la forme d’un parasol.

C’est le plus rustique des clérodendrons avec le clérodendron bungei, ils peuvent supporter sans problème des températures de -10°c.

Clerodendron 3.jpg

On l’appelle également « Arbre du Clergé », en anglais: « Harlequin Glorybowe » et en japonais: « kusagi ». Sa floraison blanche intervient en août septembre, elle exhale un très agréable parfum, par contre si on froisse ses feuilles, c’est plutôt une désagréable odeur de caoutchouc brûlé ou de beurre de cacahuète  qui s’en dégage. Ensuite les fleurs donnent naissance à de petites baies, vertes, noires ou bleues entourées d’un calice d’un beau rouge qui les met parfaitement en valeur.

Clerodendron 4.jpg

Préférant un sol bien drainé et humifère, cet arbre se plaira le mieux à mi-ombre et protégé des vents froids.


Son nom vient du grec « Kleros » qui signifie « chance », « destin » en raison de ses propriétés médicinales imprévisibles  et « Dendron » qui signifie « arbre ».


Il existe des variétés à feuillage bronze (clerodendrun trichotomum fargesii) et à feuillage panaché vert et jaune (c.t. variegatum).

Clerodendron 1.jpg

21/10/2011

LES DESSOUS DE SOPHORA

SOPHORA JAPONICA - Dans toute ville il y a de ces arbres remarquables qui ne passent pas inaperçus et qui font en quelque sorte partie du patrimoine naturel. Je peux affirmer sans crainte de me tromper que ces 2 arbres qui trônent devant le théâtre de la ville en sont un exemple frappant.

Ils attirent le regard par leur forme , par la densité et la couleur du feuillage, et par leurs fruits.

sophora 3.jpg

Et comme je suis un peu curieux j’ai eu envie de voir ce qui se passait en dessous de ces rameaux tombant pratiquement jusqu’à terre. Et bien m’en pris car le « spectacle » qui m’attendait était vraiment étonnant. Je ne sais pas si c’est ce qu’on appelle « la beauté intérieure » Rigolant mais cet entrelacement de branches comme des serpents enroulés les uns sur les autres montrait une esthétique vraiment atypique. Sans doute ces arbres ont-ils subi quelques tailles, quelques souffrances peut-être pour en arriver là, mais il faut dire que le résultat est remarquable.

sophora 8.jpg

sophora 4.jpg

Ces arbres sont des « SOPHORA JAPONICA » ou « Pagode japonaise » parfois appelé aussi « Arbre de miel » et contrairement à ce que leur nom pourrait le faire penser, ils sont originaires de Chine et non du Japon.

C’est un arbre à croissance rapide mais avec qui il faut être patient car il ne fleurit qu’aux environs de sa 20éme année. Autre particularité, ses feuilles apparaissent bien après celles des autres arbres et sont aussi les dernières à tomber.

sophora 1.jpg

En Chine, les boutons floraux servent à teindre la soie en jaune, quant à son bois, les japonais l’utilisent en charpenterie.

sophora 2.jpg


21:27 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : arbres, sophora japonica |  Facebook | |

18/10/2011

L'AULNE DE SPAETH

 

ALNUS SPAETHII - Il y a quelques jours, je vous présentais le laurier-rose en prenant comme exemple cette place piétonne garnie de gros pots. Cette place a été vraiment bien étudiée et réalisée, en effet outre ces lauriers roses en pots, des massifs de fleurs, des arbustes et des arbres y ont été implantés dans une harmonie heureuse.

 aulne 1.jpg

Tous les massifs ont des formes différentes, aucune ligne droite, des courbes, des cercles, des associations de plantes et d’arbustes bien réussies.aulne 2.jpg

 

Pour donner un peu de « hauteur » à toutes ces plantations, des arbres ont été plantés soit en isolés, soit dans les massifs, ils donnent une perspective chaleureuse à cet espace pavé entouré de bâtiments.

Parmi ces arbres, une dizaine d’Aulnes de Spaeth, et là je me dois de remercier le site « Les Arbres » et ses membres (Plantcol) car sans eux, je n’aurais jamais trouvé de quelle espèce d’arbre il s’agissait.

 

 

 

 

L’Aulne de Spaeth fait partie de la famille des bétulacées comme les bouleux, les charmes et les noisetiers.  Cet arbre est recommandé pour la décoration des villes , il supporte bien la pollution atmosphérique est résistant, à croissance rapide et à haute tige. Il peut atteindre une taille de 15m  pour une largeur de 5 à 7m ce qui devrait à mon avis poser quelques problèmes sur cette place dans quelques années. Autre avantage pour la décoration des villes et jardin c’est qu’il perd ses feuilles très tardivement dans la saison et semble t-il qu’il prend de belles couleurs automnales.

Ce qui m’avait interpellé en détaillant cet arbre, c’est qu’il présentait actuellement d’une part des espèces de chatons verts et d’autre part des petits fruits verts eux aussi.

 aulne 3.jpg

En cherchant quelques informations sur cet arbre, j’ai découvert sur le site « arbres monumentaux », deux spécimens à la taille impressionnante, à Eindhoven aux Pays bas, un spécimen de 22.20 m de haut et 2m38 de circonférence et un autre de 25m80 de haut et 2m23 de circonférence, toujours aux pays bas à De Lutte..

15/10/2011

PENSEES INTEMPORELLES

Pensées 1.jpg

VIOLA WITTROCKIANA – Voilà certainement une plante qui est à classer parmi les incontournables du jardin, tant elle est facile de culture, résistante et disponible pratiquement pour chaque saison.

Les Pensées font partie du genre « Viola » (Violacées) comme la Violette, on les distingue suivant le positionnement des pétales :  2 pétales vers le haut et 3 vers le bas pour les Violettes,  4 pétales vers le haut et un vers le bas pour les Pensées.

Pensées 4.jpg

La famille des Violacées est vaste, à peu près 800 espèces  et plus de 20 genres, une famille assez cosmopolite dans laquelle on retrouve aussi bien des herbes, que des arbustes.

 

Les Pensées, le plus souvent des hybrides à partir de Viola wittrockiana, sont tellement nombreuses (plus de 500 variétés) qu’il devient très malaisé de les reconnaître.

Les Pensées sont des fleurs de toute saison, en automne et en hiver, elles prennent toute leur importance pour garder des notes colorées dans les parcs et les jardins.

 Pensées 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, dans la ville, les bégonias, tagètes et autres plantes annuelles printanières ont été remplacées par des milliers de Pensées. Les ouvriers communaux se sont retroussés les manches pour offrir un spectacle coloré qui résistera au froid, au gel (jusqu’à un certain point) et à la neige. Tout le monde y trouve son compte, même les pigeons.

 

Les Pensées ne requièrent pas beaucoup d’entretien : arroser régulièrement pour éviter que le sol se dessèche, elles préfèrent un sol humide, enlever les fleurs fanées pour obtenir une floraison plus abondante et plus longue.

 

Pensées 5.jpg

La Pensée sauvage (Viola tricolor) est l’ancêtre de la pensée cultivée, dans le langage des fleurs elle était associée à la pensée. Shakespeare l’écrit d’ailleurs dans la fameuse tirade d'Ophelie (Hamlet) : « Voilà du romarin, c'est pour le souvenir. Je vous en prie, mon amour, souvenez-vous. Et voici des pensées, c'est pour la pensée. » ,

La Pensée cultivée quant à elle symbolise le souvenir, la nostalgie ; alors que la Violette représente la timidité, la modestie et la pudeur.

 Pensées 6.jpg

Une légende raconte que la nymphe Io, la très jolie fille d’Inachos, Dieu fleuve, père de Mycène, fut consacrée à Héra, femme et sœur de Zeus, dont elle devient la grande prêtresse  du temple.

Sa beauté attirait les plus beaux partis mais Io restait inflexible, jusqu’au jour où Zeus, sous un déguisement de mortel, la vit. Ce fut le coup de foudre entre Io et le dieu.

Héra, très jalouse des infidélités de son mari, apprit la chose et résolut de se venger. Pour la protéger, Zeus transforma  Io en génisse, cependant elle devint folle par les piqûres d'un taon envoyé par Héra

Pour atténuer la tristesse de l’animal, Cybèle, déesse de la Terre personnifiant la nature sauvage, fit surgir autour de la génisse un parterre de  fleurs odorantes : des Pensées, qui devinrent ainsi le symbole du souvenir.

Pensées 2.jpg

17:29 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bisannuelles, viola, violette, pensée, parcs |  Facebook | |