SOLIDAGE DU CANADA

 

Solidage du Canada 3.jpgElle colonise très rapidement les terrains en friche, elle en devient même très souvent une plante invasive. Pour le moment elle décore d’un très beau jaune le paysage naturel, je veux parler du Solidago canadensis ou Solidage du Canada, connue aussi sous les noms de « Verge d’or du Canada » ou encore « Gerbe d’or ».

Comme son nom l’indique, elle est originaire d’Amérique du Nord, on l’a trouve dans tous les provinces canadiennes, aux USA et en Europe centrale.

Par son système de rhizomes souterrains, le Solidage du Canada peut produire des densités de tiges très denses allant jusqu’à  300 tiges/m², chaque tige pouvant produire 20.000 graines  voilà l’explication de son expansion.Solidage du Canada 1.jpg

 Si elle devient envahissante, elle n’est pourtant pas dépourvue de qualités, la distillation à la vapeur de ses fleurs donne une huile essentielle aux multiples vertus.

Ses actifs principaux sont les terpènes – classe d’hydrocarbures composants de la résine et de l’essence de térébenthine – et l’acétate de bornyle qui est notamment utilisé comme additif alimentaire, en parfumerie et dans l’industrie du tabac pour son odeur typique et fraîche de résineux.

Solidage du Canada 2.jpg

 Parmi ses indications, on note principalement son utilisation pour le traitement de l’artérite, de la péricardite et de l’endocardite. Elle est anti-inflammatoire et décontractante, elle calme l’excès de nervosité et diminue l’hypertension, elle soulage certaines névrites d’origine nerveuse. Et secondairement elle stimule légèrement le foie et l’activité rénale.

 Solidago signifie littéralement : « je rends entier », « je consolide », ce serait sur base de la réputation de la fleur à favoriser la guérison des plaies que Linné donna à la verge d’or son nom scientifique.

Solidage du Canada 4.jpg

 C'est également une des plantes mellifères les plus communes d'Amérique du Nord. Le goût de son miel se situe à mi-chemin entre celui du miel de trèfle et celui du miel de sarrasin. Comme c'est le cas pour tous les types de miel, il concentre une partie des principes actifs de la plante et peut donc jouer un rôle non négligeable dans l'organisme.

Commentaires

  • "Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours..." (Marguerite Duras) ...comme ces fleurs que la soeur de ma grand-mère avait l’habitude de sécher tous les ans pour les mettre dans une vase... et que j’aimais pas du tout... mais aujourd’hui rien qu’à lire ces lignes et voir ces magnifiques photos mon coeur se remplit de chaleur...
    ...merci, mon Ange !

  • Raaaaaa ! Marcel, quand je lis "elle colonise les terrains en "friches" (et c'est la description qu'on voit souvent dans les bouquins pro concernant diverses plantes) ça me fait bondir. Il n'est pas étonnant que les jardiniers les éradiquent parce qu'ils ne veulent pas que leur jardin soit considéré comme des friches. Chez moi, je la laisse où elle apparaît dans mes massifs et si je suis d'accord. Je pince les tiges pour qu'elle ne soit pas trop haute, je fais une taille en arrondie façon topiaire. J'ôte rapidement les inflorescences fanées pour éviter qu'elle se reproduise un peu partout et je laisse les tiges que je libère de ses feuilles noircies. Elles sont alors d'un magnifique rouge jusque tard dans l'hiver. Et effectivement elle attire quantité d'abeilles. Une plante que j'aime bien mais que je contrôle en arrachant les tiges + racines sur leur pourtour. Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.