02/06/2012

SUREAU, LE PHARMACIEN DE LA MAISON

 Sureau 5.jpgVoici l’époque du Sureau Noir (Sambucus Nigra), on le voit fleurir un peu partout, à l’état sauvage le long des routes, dans les campagnes ou encore implanté dans le décor d’un jardin ou d’une maison. Un arbre d’une très grande vitalité qui supporte qu’on le coupe, qu’on le taille et qui semble repartir de plus belle en générant de nouvelles pousses toutes vertes.

C’est un arbre qui est déjà mentionné par Hippocrate, Dioscorides et Pline l’ancien au Vè siècle avant JC. Il faut lui reconnaître outre ses qualités décoratives, même si elles ne sont pas exceptionnelles, de multiples qualités dans des domaines aussi variés que la santé ou la cuisine.

Parlons d’abord un peu « Santé », ne dit-on pas : « Celui qui a la santé est riche sans le savoir », et notre Sureau est de ce côté là un champion toutes catégories.

Traditionnellement le vin de sureau était utilisé pour soigner la grippe et les conséquences de refroidissements. Galien, médecin grec de l’antiquité (131-201), considéré comme le père de la pharmacie, le recommandait contre les catarrhes et les excès de mucus.

Des études scientifiques menées en Israël et au Danemark sur un groupe d’individus ont démontré que des extraits de Sureau noir avaient une influence significative sur le traitement de l’influenza dont la durée diminuait d’environ 4 jours.

Sureau 1.jpg

D’autres expériences, notamment menées par le Dr Porta un endocrinologue autrichien, démontrent que le Sureau et ses extraits riches en anthocyanines sont capables de diminuer le stress. Ce mal de vivre de notre époque où les valeurs matérielles semblent plus importantes que les valeurs humaines, serait donc combattu simplement avec des extraits naturels et au diable tous ces médicaments chimiques aux effets secondaires insoupçonnés.  Le Dr Porta décrit ainsi ses découvertes : “ Nous avons donné à ces gens du sureau pendant seulement dix jours. Nous les avons ensuite soumis à des tests classiques de stress et les résultats ont été remarquables. Je les ai vérifiés encore et encore. ”

Sureau 3.jpg

 Ses propriétés sont dans toutes ses composantes, écorce, feuilles, baies et fleurs. Pas étonnant qu’on l’ait affublé de multiples noms : « Le protecteur du foyer », « Le pharmacien de la maison », « L’arbre aux fées », etc...

Déjà connu et consommé à l’âge de la Pierre, on a retrouvé des traces de baies sur certains sites magdaléniens (dernière phase du Paléolithique supérieur européen, comprise entre environ -17 000 et -10 000 ans) en Suisse et dans le Nord de l’Italie, il accompagne donc l’homme depuis des millénaires.

De son écorce (pas la partie brune visible, mais bien la partie verte sous-jacente) on en tire des substances riches en nitrate de potasse, en tanin et en acide valérianique, autant d’éléments aux propriétés diurétiques et laxatives. Une décoction d’écorce de sureau est efficace contre la rétention d’urine, les rhumatismes, la goutte et les coliques néphrétiques.Sureau 4.jpg

De ses feuilles, on peut faire un purin pour combattre le mildiou et les pucerons, il éloignerait aussi les mulots et autres campagnols. Les feuilles fraîches, pas toujours agréables à l’odeur, apaisent les contusions, soulagent les maux de dents ou encore stoppent les petites hémorragies nasales.

De ses fleurs on en fait un sirop très rafraîchissant dans les chaleurs de l’été, elles entrent également dans la préparation de desserts, elles sont appelées « vanille du pauvre ».

De ses baies on en préparera des confitures, du vin ou encore du sirop. Le jus de Sureau noir entre dans la composition des encres alimentaires servant à estampiller nos quartiers de viande, c’est aussi un excellent colorant alimentaire.

 Me voilà encore un peu plus convaincu que la nature recèle tout ce qu’il faut pour prévenir ou soigner bien des maux.

Voyons à présent, le côté botanique de notre petit arbre dont la taille varie de 2 à 10 mètres et dont la longévité est de plus de 100 ans. Il doit être placé au soleil ou à demi-ombre, pas question d’en trouver au coeur de la forêt. Ses branches sont creuses et par  conséquent elles sont fréquentées par de nombreux insectes qui peuvent y trouver refuge. Son bois tendre et creux est idéal pour fabriquer de petites flûtes, d’ailleurs c’est de là que provient son nom (Sambucus nigra), sambûke signifie en grec « flûte ». Les druides celtes confectionnaient de leur bois des flûtes leur servant à converser avec les âmes des défunts.Sureau 2.jpg

 La Floraison malheureusement pas très longue a lieu entre mai et juillet, l’arbuste se couvre d’une multitude de petites fleurs blanches qui font le bonheur des abeilles, mouches et papillons. Les baies noires qui y succéderont feront le quotidien des merles, des fauvettes, des rouges-gorges, ....

Je terminerai en citant quelques anecdotes ou croyances, à vous de voir si elles sont avérées ! Dans la tradition campagnarde, il porte bonheur, ou encore « dormir sous le feuillage d’un sureau donne des rêves érotiques et charnels » et d’après nos voisins allemands il a le pouvoir de mettre fin à la stérilité d’un homme ou d’une femme.

 Tout à coup, je regarde d’une autre façon cet arbre somme toute assez quelconque, toutes ces qualités dans cet arbre qui pousse un peu n’importe où, cet arbre auquel on ne prête pas beaucoup attention dans le paysage, voilà qu’ il prend de nouvelles dimensions, qu’il devient pratiquement un symbole de vitalité.

 

10:57 Écrit par MSVDH dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : arbustes, sureau, cuisine, sirop, hippocrate, galien, santé |  Facebook | |

Commentaires

Cet arbre qu'on croise souvent dans les champs, aux abords d'un parc, dans les coins sauvages de chez nous, est sans doute bien connu des herboristes mais oubliés du reste du monde. Si j'avais l'espace, c'est certain que je l'y installerais, autant pour ses propriétés que pour sa floraison de toute beauté. >8>=

Écrit par : VertGrenouille | 02/06/2012

Répondre à ce commentaire

« La vraie sagesse n'est pas de s'éloigner de la Nature, mais de façonner son comportement selon ses lois et son modèle. » Sénèque
J’adore la richesse de tes notes de blog, tu m’apprends tant de choses ! Merci ! C’est vraiment magnifique ! Et les photos... :* :)

Écrit par : Chouchou | 02/06/2012

Répondre à ce commentaire

Eh bien tu m'as convaincu, d'autant que j'en ai des quantités dans mon jardin sauvage. Je vais y regarder à deux fois avant d'en supprimer. Bon week end

Écrit par : Eric,jardinier de la sauvagine | 02/06/2012

Répondre à ce commentaire

Une belle explication et de bons renseignements sur un arbuste qui figure au jardin.
Belle soirée jocelyne

Écrit par : jocelyne | 03/06/2012

Répondre à ce commentaire

Si tu avais publié ton article il y a une quinzaine de jours j'aurais pu utiliser les feuilles pour calmer ma rage de dents.
Ton article est très intéressant et je découvre d'autres propriétés du sureau que je ne connaissais pas.
Chez moi je suis obligée d'arracher les jeunes pousses car je serais envahie.
Il y a plein de sureaux dans mon entourage.
Il y a une dizaine d'années j'avais fait un purin de sureau, maintenant je mets les feuilles et branches dans le composteur.
Bises

Écrit par : Marithé | 03/06/2012

Répondre à ce commentaire

Et bien chez moi les sureaux sont bien pauvres, pas beaucoup de fleurs, les branches sont devenues très cassantes, et remplies de vert de gris. Toi le grand médecin des plantes aurais-tu une solution ?
Très bel article, très enrichissant comme toujours.
bs

Écrit par : Sylvette | 04/06/2012

Répondre à ce commentaire

Un peu envahissant c'est vrai; je trouve qu'il y en a de plus en plus dans nos campagnes bretonnes...mais ceci dit, très joli en fleurs! Les oiseaux en distribuent les graines un peu partout, et chaque année j'en arrache dans mon jardin. J'ai déjà tenté le sirop...délicieux, mais j'ignorais que le sureau avait tant de propriétés curatives. Merci pour toutes ces précieuses informations.

Écrit par : Marie-Pierre | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.