L'ARBRE AUX BOULETS DE CANON

 

COUROUPITA GUIANENSIS  - les sujets hivernaux étant plutôt réduits  (neige, oiseaux, ...), un petit peu d’exotisme et de couleurs ou encore de rêve  n’est pas à dédaigner.

L’arbre  que je voudrais vous présenter est certainement un des plus spectaculaires au monde, il s’agit du : Couroupita guianensis ou encore « arbre aux boulets de canon ». Il est originaire du Nord de l'Amérique du Sud (Guyane comme son nom l’indique), d’Amérique tropicale et du sud des Caraïbes. Arbre à feuillage persistant pour certains, à feuilles caduques pour d’autres (il perdrait ses feuilles 3 fois par an), il fait partie de la même famille que le Noyer d’Amazonie (Bertholletia excelsa). couroupita guianensis.jpg

Photo : Servicio de Toxicología del Sanatorio de ninos (clic)

Cet arbre qui peut atteindre 30 mètres de haut est spectaculaire à plus d’un titre, tout d’abord ses fleurs sont absolument magnifiques, elles se présentent en grappes pouvant atteindre 3 mètres, ensuite par ses fruits sphériques de +/- 20cm de diamètre (ils contiennent 200 à 300 graines) qui ont l’apparence de boulets de canon ou encore par ses branches hautes qui sont pourvues d’épines alors que les branches du bas s’entremêlent dans un beau fouillis.

Autre particularité, les fleurs comme les fruits apparaissent sur des tiges qui poussent à même le tronc, si les fleurs sont très parfumées, les fruits dégagent une odeur fétide quand ils s’écrasent sur le sol. Ces fruits (+/- 6 kg) mettent 18 mois pour arriver à maturité et tombent au bout de 2 ans ½  environ.

couroupita guianensis 2.jpg

Photo : Biology DepartmentUniversity of Massachusetts Amherst (clic)

En Asie, au Sri Lanka, en Thaïlande et dans d’autres pays bouddhistes, l’arbre est souvent planté dans les temples. Il est confondu avec l’arbre Sala, arbre sous lequel Bouddha serait décédé.

couroupita guianensis 4.jpg


Photo : que huong ngay mai (clic)


En Inde où il a été introduit à la fin du XIXème siècle, il est appelé « Nâgalinga » et est considéré sacré par les hindous compte tenu que sa fleur ressemble à un nagam (serpent sacré).

Dans la littérature Tamoul, un recueil (traduit en français)  de nouvelles d’Inde du Sud porte le titre « L’Arbre Nâgalinga », une des ces nouvelles fait référence à notre couroupita : En présence de sa fille Brinda, un père de famille négocie la dot que son futur gendre riche, mais infirme, devra verser... Devant la maison un arbre « Nâgalinga » retient l’attention de la jeune fille qui rêvasse, qui laisse son esprit vagabonder et qui par la même occasion se détache de cet humiliant marchandage.

 "Que de fleurs sur cet arbre ! Brinda compta celles qui étaient à portée de vue : une, deux, trois, quatre, cinq... Avant qu'elle fût parvenue à la douzaine, les fleurs s'emmêlèrent. Avait-elle déjà compté celles qui étaient sur la branche du haut, ou pas ? Elles devaient être au moins deux douzaines en tout. Un trésor de fleurs douces aux couleurs délicates. En outre, il devait y en avoir d'autres, tombées au pied de l'arbre." (Editions de l'aube - p.11)

 

 

Commentaires

  • quelle magnifique floraison pour cet arbre légendaire !

  • Quelle magnifique floraison !
    Un arbre de contrastes :fleurs parfumées, fruits à l'odeur fétide en tombant. Epines en haut des branches et bas en bas.
    Il est vraiment extraordinaire.
    Bises

  • Les fleurs sont magnifiques.
    En regardant la mis en garde sur la dernière photo, je lisais "cannonball" mais je pensais en même temps "boule puante !
    Le Gingko a lui aussi des fructifications à l'odeur désagréable...

  • Je n'ai jamais eu l'occasion de voir cet arbre, mais je suis subjuguée par ses fleurs et ses fruits ! Merci de nous l'avoir signalé.

  • Extraordinaire! Je ne connaissais pas du tout cet arbre, il est vraiment phénoménal. Et merci d'avoir agrémenté ton billet avec ces anecdotes. Dommage que sous nos latitudes....

  • hey je veux le meme dans mon jardin ;o)))))

  • Magnifique , en effet.
    Je dois avoir vu cet arbre au Vietnam et il nous a été annoncé comme étant l'arbre de la fécondité.
    Je l'ai vu en fleurs ainsi son nom ne m'a pas étonné vu la beauté .
    A la vue de ses fruits, je comprends son autre nom...

Les commentaires sont fermés.