29/01/2012

LES POIRIERS DE LOUIS XIV

la-fontainiere-du-roy.jpgJ’avais eu l’occasion dans une précédente note de vous parler des anciens pommiers, le hasard de mes lectures « hivernales » m’a conduit vers les anciens poiriers. En effet, « La Fontainière du Roy » de Jean DIWO, un roman historique, relate l’histoire de la construction du château de Versailles, de ses jardins et de son potager, sous les ordres de Louis XIV.

Pour rappel de l’histoire : 17 août 1761, le surintendant Fouquet donne une fête éblouissante au château de Vaux-le-Vicomte. Erreur fatale : Louis XIV est jaloux et Fouquet se retrouve en prison. Cette malencontreuse soirée aura une conséquence inattendue : le jeune roi décide de bâtir le château de Versailles. Pour réaliser ce projet colossal, il devra s’entourer des meilleurs artisans – dont Le Nôtre et François de Francine pour les jardins et les fontaines et jean de la Quintinie pour le potager.

Voici un extrait dans lequel Jean de la Quintinie vante les mérites des poiriers qu’il a planté, Louis XIV étant friand de poires.


-    Sire, saint Fiacre, le patron des jardiniers m’a aidé à replanter ici à peu près tout ce qui avait si bien poussé dans l’ancien jardin. Les racines comprennent à qui elles ont affaire et, si on borde bien leur nouveau lit de la bonne terre légère qui convient, elles ne demandent qu’à s’installer confortablement et à s’étendre. Nous avons transporté les fruitiers en bacs et ils ne sont même pas aperçus du changement. Si Votre Majesté veut bien me suivre, je vais lui montrer les poires qu’elle trouvera bientôt sur sa table.
-    Ah ! Monsieur La Quintinie, vous m’avez déjà dit tant de belles choses sur les poires que je vous entendrai encore. Montrez-moi celles dont vous vous occupiez lorsque je suis arrivé, car je vois bien que vous étiez près des espaliers.
-    Je surveillais le mûrissement des « Virgoulé », Sire.
-    Tiens, je ne connaissais pas cette variété, et pourtant vous savez que la poire est mon fruit préféré.
-    Sa Majesté en connaît le goût car elle en a souvent mangé. Cette variété en dispute l’excellence à la Beurrée et à la Bergamote. La Virgoulé n’est plus un fruit rare. On l’appelle Bujaleuf en Angoumois, Virgoulèse en Touraine et Virgouleuse en d’autres régions. Pour celles-ci, nous avons tiré nos greffons du village de Virgoulé en Limousin où apparemment elle avait passé un fort long temps sans éclat, ni plus ni moins qu’une perle dans sa coquille. Mais enfin, elle est sortie de ce village par la libéralité du marquis de Chambret qui en était le seigneur et qui vous l’a donnée sous le nom de Virgoulé.
-    Montrez-moi donc cette merveille que je goûterai ... quand à propos ?
-    Dans quelques semaines, Sire. Tenez, regardez cette figure longue, assez grosse, avec une queue courte, l’œil médiocrement grand et un peu enfoncé. La peau est lisse. Cette année, elle sera colorée. si on la prend à propos, la Virgoulé est l’un des meilleurs fruits du monde. Mais avant, Votre Majesté mangera la « Cuisse-Madame », la « Gros Blanquet » et la « Bourdon ». Cette dernière est déjà mûre. Si j’osais, je proposerais à Votre Majesté de la goûter. Un fruit n’est jamais meilleur qu’au cueilli.

Instruction pour les jardins fruitiers et potagers par Jean de la Quintinie.jpg


Evidemment comme il s’agit d’un roman, j’ai voulu vérifier qu’elle était la part de vérité et d’imagination dans ce paragraphe. Et en fait tout est exact, les variétés de poires citées sont tout à fait réelles et figurent bien à cette époque dans le potager de Versailles.
J’ai retrouvé également un extrait de livre : « Instructions pour les jardins fruitiers et potagers » écrit par Mr de la Quintinie, directeur des jardins fruitiers et potagers du Roy, dans lequel il évoque ces poires et particulièrement dans ce paragraphe la « Gros-Blanquet ».

Poire packham's triumph.jpg
Et comme le hasard fait bien les choses, j’ai eu l’occasion de passer quelques instants chez un producteur de fruits dont le domaine se trouvait sur ma route. Un accueil chaleureux et une certaine fierté certainement de me présenter son entreprise, et notamment ses 8000 poiriers et ses 23 hectares de pommiers, soit environ 35000 arbres.
Des étendues dont on ne voit pas la fin et qui semblent s’étirer à l’infini. Et pour clôturer cette agréable visite, je repars avec une énorme poire « Packham’s triumph » pesant près de 600 grammes et une très belle pomme rouge "Idared".

Poiriers Packhams's triumph 2.jpg
Et pour avoir une bonne idée du nombre de variétés de poires, je vous invite à visiter ce site : http://www.pommiers.com/poirier/poire.htm . De même pour compléter cette note sur les poires et les poiriers, un excellent article parue sur le blog « Les jardins de pomone ».

KISVARDA.jpg



18:11 Écrit par MSVDH dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : poirier, pommiers |  Facebook | |

Commentaires

J'ai lu ce livre à l'époque avec grand plaisir... entres autres pour les raisons que tu donnes ! Par contre, chose incroyable, je n'ai tjrs pas trouvé le temps d'aller rendre visite au Potager du Roi... pourtant pas si loin de chez moi. J'ai honte !

Écrit par : Isabelle / Jardinement Vôtre | 30/01/2012

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'une bonne poire est excellente et j'apprends plein de noms de poires que je ne connaissais pas.
La poire que tu as eue Packham's triumph était bien grosse et je suppose qu'elle était très bonne.
Bises

Écrit par : Marithé | 30/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour
je passe prendre de tes nouvelles ??
je te souhaite une très bonne journée
amitiés
René

Écrit par : rené | 31/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je me suis permis un petit écho de ce billet sur SecretGarden*, le blog jardin (http://secretgarden.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/02/les-poiriers-de-louis-xiv.html) et espère trouver le livre d'ici peu. Passionnant!

Écrit par : SecretFanfan | 02/02/2012

Répondre à ce commentaire

Un tout grand merci pour cet écho sur ton blog, j'en suis flatté.

Écrit par : Marcel | 02/02/2012

Merci beaucoup pour cet article qui est très instructif ! Il me donne envie, un, de lire le livre cité, deux, de visiter ce domaine aux 8000 poiriers et trois, de manger de délicieuses poires, Virgoulé ou Gros-Blanquet. :)

PS : Je confirme, je ne suis pas Louis XIV.

Écrit par : Jean-Philippe | 02/02/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour
je te souhaite de bien commencer cette nouvelle semaine
amitiés
René

Écrit par : rené | 06/02/2012

Répondre à ce commentaire

Je passe souvent, et je ne laisse pas de message.. mais VRAIMENT, Quel plaisir de lire tous ces articles

Quel beau témoignage ! Quelle belle valorisation de tout un patrimoine méconnu

Écrit par : Françoise | 06/02/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.