19/01/2012

LA NATURE NOUS SAUVERA

Je pensais tout d’abord publier une note concernant la beauté de la nature en sélectionnant quelques photos prises durant l’année écoulée, soit des macros, soit des photos qui mettent en évidence des détails de plantes, de fleurs ou d’insectes. Des photos qui montrent l’extrême complexité de ces plantes qui renaissent années après années.
Mais en réfléchissant à ce que j’allais écrire, il m’a semblé évident d’élargir le sujet en évoquant non seulement la beauté de la nature par des images mais également l’importance de la nature dans notre vie et plus précisément d’un point de vue nutritionnel surtout quand on pense à la famine dans le monde.

A 5.jpg
Il y a notamment un ouvrage publié par François COUPLAN, intitulé « La Nature nous sauvera » avec en sous-titre « réponses préhistoriques aux problèmes d’aujourd’hui ».
Les plantes, source de vie...
« Depuis que l'homme est sur terre, il utilise les plantes qui poussent autour de lui pour se nourrir et se soigner.
Il est temps de redécouvrir ces végétaux trop longtemps oubliés, dont nous pouvons mettre à profit les multiples vertus dans notre vie quotidienne. »
François COUPLAN   http://www.couplan.com/

A 6.jpg
Ethnobotaniste, docteur ès sciences du Muséum National d'Histoire Naturelle, François Couplan enseigne la manière de vivre dans la nature, en autonomie, sous forme de stages pratiques sur le terrain. Il est le créateur de la " survie douce " permettant de vivre en harmonie avec le milieu naturel.
Très jeune, il réalise que pour s’épanouir, il devra être indépendant. Et cette indépendance passe par l’alimentation. « A partir du moment où j’ai pris conscience que je pouvais me nourrir de plantes sauvages, je n’ai eu de cesse de vérifier que je pouvais réellement acquérir cette indépendance dans ma vie quotidienne ».

A 7.jpg
Cette démarche l’a mis en contact avec d’anciennes cultures dont les membres vivent encore comme dans la préhistoire.
Avant le néolithique, soit pendant environ quatre millions d'années, l’homme s’est nourri de plantes sauvages. La cueillette s'est maintenue très longtemps, en même temps que l'agriculture. C'est une tradition qui s'est perdue depuis peu. Pourtant, si l'on regarde le problème en face, la nature fournit une abondance de plantes qui suffiraient largement à nourrir la population mondiale.

A 15.jpg
François Couplan nous  propose une approche révolutionnaire de la vie : nous inspirer de nos origines, dont il dit qu’elles ne furent ni affamées, ni austères, mais pleines de santé. Selon lui, les véritables causes de la crise écologique remontent bien avant l’industrialisation : à la révolution néolithique, c’est-à-dire à l’invention de l’agriculture, mère de la civilisation, mais aussi de la guerre et de la famine.
« Malgré l’abondance et la variété de son alimentation, l’Occidental moyen est fortement carencé en ce qui concerne les sels minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, les flavonoïdes et les antioxydants qui ralentissent le vieillissement cellulaire. Ces substances indispensables à la santé font défaut dans les produits raffinés, les aliments industriels et les légumes ou les fruits cultivés de façon intensive ». L’ortie contient sept fois plus de vitamine C que les oranges et les feuilles de pissenlit sont aussi riches en provitamines A que la carotte…

A 12.jpg
Ces exemples, il peut les multiplier, il devient intarissable lorsqu'il s'agit de décrire le goût d'huître de la bourrache dont on peut tirer « le vin des dieux », ou l'arôme de champignon qui se dégage du plantain lorsque l'on froisse ses feuilles pendant quelques instants. Cette plante médicinale de première importance dans la trousse de secours de la nature ne se contente pas de désinfecter, d'aider à la cicatrisation et de dissoudre le venin : elle parfume aussi subtilement les potages et les plats. Les recherches montrent qu’une plante sauvage contient dix fois plus d’éléments bénéfiques à la santé qu’une plante cultivée.

A 13.jpg
Dans certaines régions, comme en Crète, la tradition de la cueillette est encore fortement ancrée dans les habitudes. Base du fameux régime crétois, la consommation de plantes semble un gage de santé.
 Alors, prêts pour un régime essentiellement fait de plantes sauvages et pourquoi pas avec un accompagnement d’insectes dont la valeur nutritionnelle en protéine est excellente ?



      "C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas"

                                                  Victor HUGO



Commentaires

Voilà toute une philosophie de vie à laquelle nous devrions revenir ! Il n'est qu'à cultiver son tout petit arpent de terre pour se rendre compte du bonheur qu'il apporte, non seulement dans le fait de voir la nature oeuvrer mais aussi dans le fait de déguster sa propre production sans le moindre apport chimique..
Gwladys

Écrit par : Gwladys | 20/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour
très belle tes photos
je te souhaite un très bon samedi
amitiés
René

Écrit par : rené | 21/01/2012

Répondre à ce commentaire

Très intéressante réflexion, accompagnée de photos magnifiques !
La nature est pleine de ressources. J'utilise les orties dans les potages, de même que l'ail des ours (il y en a dans la colline boisée qui jouxte la propriété). J'ai goûté la bourrache en beignets. Avec un petit jus de citron, c'est délicieux !
En Franche-Comté, il faut seulement être vigilant lorsque l'on récolte des baies ou des végétaux dans la nature, en raison de la présence de l'échinococcose alvéolaire...

Écrit par : catherineM | 21/01/2012

Répondre à ce commentaire

Photos délicieuses et savoureuses devant lesquelles on s'attardent bien volontiers. A déguster avec gourmandise.
Belle journée jocelyne

Écrit par : jocelyne | 24/01/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.