10/11/2011

LA VEGETATION EN VILLE

Après la campagne toute en mauve, pourquoi pas un petit tour en ville pour y découvrir quelques exemples de réalisation ou de plantation qui viennent donner de la couleur et de la vie dans le décor.

Tout d'abord, dans ces venelles des ilots constitués à partir de traverses de chemin de fer apportent vraiment un plus, ils contribuent à rompre la monotonie des bâtiments , ils donnent de la vie et de la chaleur à ces murs et passages pour le moins impersonnels. Des petits arbustes y ont trouvé place, de même qu'une variété assez importante de plantes, telles ces exhubérantes capucines ou encore ces campanules qui se sont installées dans les interstices.en ville 1.jpg

Les traverses de chemin de fer sont fréquemment utilisées pour en faire des escaliers ou encore des bordures, pourtant il y a lieu de se méfier. Ce n'est pas souvent une solution très écologique car bien souvent elles ont été traitées aux créosotes qui sont des huiles produites à partir de goudron de houille, huiles auxquelles on attribue un pouvoir cancérigène. en ville 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Il suffit parfois de presque rien comme une toute petite note de verdure à un balcon ou alors plus spectaculaire telle cette glycine qui vient rompre la monotonie d'une façade.

Le choix des villes et communes pour les aménagements naturels est également très important et parfois tout à fait atypique, c'est le cas dans cette avenue garnie de charmilles bien taillées en forme de cylindre.

 

 

 

 

en ville 3.jpg

en ville 4.jpgComment seront nos villes dans le futur ?

Parmi les projets futuristes de construction dans les villes , on peut citer la "bionic arch" de l'architecte belge Vincent Callebaut, présentée dans le cadre du master plan de Taïchung à Taïwan. « “Bionic Arch”(cliquez ici) est un projet qui synthétise notre volonté de concevoir des tours d'une nouvelle génération, 100 % autosuffisante en énergie, explique Vincent Callebaut. Ces tours réintègrent la biodiversité dans la Ville. Il s'agit d'immeubles éco-conçus qui utilisent exclusivement des énergies renouvelables ».

L'idée de la « Bionic Arch » intègre une forêt en plein ciel et contribue au développement durable via l'utilisation exclusive des énergies renouvelables. L'édifice fusionne le meilleur de l'inventivité humaine et de la nature. Le building se présente comme un bâtiment 100 % autosuffisant avec un niveau d'émission de CO2 égal à zéro.

Son véritable intérêt est dans la volonté de l'architecte de pousser à l'extrême l'utilisation des ressources naturelles et de produire un minimum de déchets. Les plantations de la « Bionic Arch » absorbent le CO2, réduisent l'effet de serre, recyclent les eaux usées, plutôt que d'envoyer tout à l'égout. Ses jardins fonctionnent comme des « bio-réacteurs ». La tour interagit avec l'écosystème.

La « Bionic Arch » se pose en prototype de l'écologie urbaine du futur. Ce n'est pas un objet d'architecture-fiction. Vincent Callebaut n'invente rien. Il fait son marché parmi les technologies de pointe, à l'image de la peau de verre cristallin de sa tour, taillée dans un verre spécial intégrant des cellules solaires. Combinées aux turbines éoliennes, ces façades solaires sont capables de produire l'électricité nécessaire à l'éclairage de l'ensemble de la tour et à l'illumination des 4,4 hectares de l'éco-parc de Taïchung la nuit. (Le Soir 08-09-2011)

Commentaires

Dans mon village le maire a opté pour des plantes vivaces qui ne nécessitent que pas ou peu d'arrosage. On a donc des potentille, des sauges de graham, des perovskia... mais aussi des rosiers type rugosa des santolines des graminées... bref beaucoup de fleurs durant des longues périodes mais pas de surcoût en eau pour la nature et la commune ! Je trouve que c'est déjà un bon début !
A Saintes une ville de 50000 habitants le maire est loin de ces préocupations... dommage. Par contre je dois bien avouer que les potées de fleurs qui ornent la ville sont splendides ! Cette été c'était un mélange d'ipomées retombant en flot de feuilles pourpre, géranium rouge, lantana sur tige (c'est très sympa d'ailleurs) coléus pourpre... bref de bien belles compositions avec des idées à piquer !

Je ne savais pas pour la dangerosité des traverses de chemin de fer !

Nous feras tu un article sur les décorations de noël de ta jolie ville ?
Bonne journée
Lydie

Écrit par : lydie | 10/11/2011

Répondre à ce commentaire

Je connaissais les risques liés à ces traverses en bois. Toujours est-il que cette petite zone de logements est tout à fait charmante et ces îlots très joliment aménagés ! Nos villes font de louables effort pour améliorer leurs plantations et leurs espaces verts ! Notre village réduit l'utilisation des annuelles "jaunes et rouges" pour créer enfin des massifs de vivaces en mélange avec des graminées, de toute beauté et avec un entretien bien moindre...
Bon week end.

Écrit par : Anne Marie | 10/11/2011

Répondre à ce commentaire

"Bionic Arch" est un projet tout à fait étonnant. Mais il serait intéressant de connaître le coût d'une telle réalisation et surtout la durée d'amortissement des investissements ?
Pour les vieilles traverses de chemin de fer, oui il y a la créosote. Je me demande même si le produit n'a pas été interdit depuis. Chez nous, pour l'escalier de la pinède, nous avons utilisé des traverses neuves achetées à la scierie avant tout traitement (elles sont destinées aux voies ferrées italiennes...).
Je fais partie de la commission fleurissement de mon village. Et nous sommes en train de remplacer les annuelles par des vivaces et des arbustes afin de faire des économies sur le long terme et aussi de réduire l'arrosage. (Cet année nous avons d'ailleurs eu un "arrêté sécheresse"...)
Je te souhaite un bon week-end avec de belles promenades dans cette jolie ville.

Écrit par : catherineM | 10/11/2011

Répondre à ce commentaire

Effectivement le coût de ce projet est exorbitant, environ 160 millions d'euros ...... et pendant ce temps là, l'Afrique meurt de faim, mais ça c'est un autre débat.

Écrit par : Marcel | 11/11/2011

Les commentaires sont fermés.