30/10/2011

LE TULIPIER DE VIRGINIE

arbres,vivaces,tulipier de virginie,liriodendron tulipfera,millepertuis,hypericum

LIRIODENDRON TULIPIFERA , très reconnaissable grâce à la forme de ses feuilles, le tulipier de Virginie est un arbre de la famille des magnoliacées originaire du Sud et de l’Est des Etats-Unis.

Sa durée de vie est estimée à 500 ans, dans son milieu naturel il peut atteindre une hauteur de 50 à 60 mètres, dans nos régions en général il ne dépassera pas une trentaine de mètres. Il est donc réservé aux grands jardins, soit en isolé, soit en alignement.

Pour profiter de sa floraison, il faut être patient car elle n’intervient qu’après une dizaine, voire une vingtaine d’années. Les fleurs ont un peu la forme d’une tulipe, elles sont  de couleur jaune-vert avec un cercle orangé vers le centre. La floraison est suivie de fruits qui persisteront tout l’hiver pour le plus grand bonheur des oiseaux.Tulipier 2.jpg

En automne il est tout autant décoratif, et particulièrement cette année avec cette arrière saison tellement ensoleillée, ses feuilles prennent une très belle couleur d’un jaune intense.

Le tulipier préfère les sols bien drainés, voire sablonneux et dans ces conditions il est rustique.

 







Cet arbre a été introduit en Europe en 1663, le plus connu est celui que la reine Marie-Antoinette a planté au Petit Trianon de Versailles en 1771. Malheureusement il n’a pas résisté à la tempête de 1999, c’est un coutelier de Sauveterre-de-Rouergue, Guy Vialis,  qui a acheté ses restes pour fabriquer des manches de couteau.

Après accord avec la mairie de Versailles, Guy Vialis pouvait annoncer :

« Les couteaux réalisés avec le bois de ces arbres porteront sur la lame l'inscription « Versailles ». Et pour chaque couteau vendu, une petite partie des bénéfices sera utilisée toujours dans le même but : la replantation de nouvelles essences dans le parc du château de Versailles »

 

Ainsi Guy Vialis répondaient au souhait de l’association des « Amis du parc de Versailles » : Voir survivre les racines du tulipier de Marie-Antoinette. C’était chose faite puisque quelque temps après la souche de plus de huit tonnes était exposée sur la place de Sauveterre… Http://www.lesmanantsduroi.com/articles/article35229.php

Ici, il est associé à son pied avec des Millepertuis - HYPERICUM HYDCOTE – qui sont en train de prendre une belle coloration rouge cuivrée. Et comme pour nous rappeler qu’il y a quelques semaines, ils étaient encore bien fleuris, une seule malheureuse petite fleur tient courageusement  le coup. Pour bien mettre en valeur la beauté de sa fleur, une photo d’il y a quelques semaines quand fleurs et feuillages étaient encore en pleine santé.

Tulipier et millepertuis 1.jpg


26/10/2011

LE CLERODENDRON TRICHOTOMUM

 

Clerodendron 5.jpgCLERODENDRUM TRICHOTOMUM

Voilà encore un de ces petits arbustes ou arbres originaire d’Asie, Chine et Japon qui nous gratifie d’une très belle floraison. Il s’agit du Clérodendron trichotomum qui nous vient des forêts tropicales. C’est un petit arbre qui peut atteindre 5 à 7 mètres et qui a la forme d’un parasol.

C’est le plus rustique des clérodendrons avec le clérodendron bungei, ils peuvent supporter sans problème des températures de -10°c.

Clerodendron 3.jpg

On l’appelle également « Arbre du Clergé », en anglais: « Harlequin Glorybowe » et en japonais: « kusagi ». Sa floraison blanche intervient en août septembre, elle exhale un très agréable parfum, par contre si on froisse ses feuilles, c’est plutôt une désagréable odeur de caoutchouc brûlé ou de beurre de cacahuète  qui s’en dégage. Ensuite les fleurs donnent naissance à de petites baies, vertes, noires ou bleues entourées d’un calice d’un beau rouge qui les met parfaitement en valeur.

Clerodendron 4.jpg

Préférant un sol bien drainé et humifère, cet arbre se plaira le mieux à mi-ombre et protégé des vents froids.


Son nom vient du grec « Kleros » qui signifie « chance », « destin » en raison de ses propriétés médicinales imprévisibles  et « Dendron » qui signifie « arbre ».


Il existe des variétés à feuillage bronze (clerodendrun trichotomum fargesii) et à feuillage panaché vert et jaune (c.t. variegatum).

Clerodendron 1.jpg

21/10/2011

LES DESSOUS DE SOPHORA

SOPHORA JAPONICA - Dans toute ville il y a de ces arbres remarquables qui ne passent pas inaperçus et qui font en quelque sorte partie du patrimoine naturel. Je peux affirmer sans crainte de me tromper que ces 2 arbres qui trônent devant le théâtre de la ville en sont un exemple frappant.

Ils attirent le regard par leur forme , par la densité et la couleur du feuillage, et par leurs fruits.

sophora 3.jpg

Et comme je suis un peu curieux j’ai eu envie de voir ce qui se passait en dessous de ces rameaux tombant pratiquement jusqu’à terre. Et bien m’en pris car le « spectacle » qui m’attendait était vraiment étonnant. Je ne sais pas si c’est ce qu’on appelle « la beauté intérieure » Rigolant mais cet entrelacement de branches comme des serpents enroulés les uns sur les autres montrait une esthétique vraiment atypique. Sans doute ces arbres ont-ils subi quelques tailles, quelques souffrances peut-être pour en arriver là, mais il faut dire que le résultat est remarquable.

sophora 8.jpg

sophora 4.jpg

Ces arbres sont des « SOPHORA JAPONICA » ou « Pagode japonaise » parfois appelé aussi « Arbre de miel » et contrairement à ce que leur nom pourrait le faire penser, ils sont originaires de Chine et non du Japon.

C’est un arbre à croissance rapide mais avec qui il faut être patient car il ne fleurit qu’aux environs de sa 20éme année. Autre particularité, ses feuilles apparaissent bien après celles des autres arbres et sont aussi les dernières à tomber.

sophora 1.jpg

En Chine, les boutons floraux servent à teindre la soie en jaune, quant à son bois, les japonais l’utilisent en charpenterie.

sophora 2.jpg


21:27 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : arbres, sophora japonica |  Facebook | |

18/10/2011

L'AULNE DE SPAETH

 

ALNUS SPAETHII - Il y a quelques jours, je vous présentais le laurier-rose en prenant comme exemple cette place piétonne garnie de gros pots. Cette place a été vraiment bien étudiée et réalisée, en effet outre ces lauriers roses en pots, des massifs de fleurs, des arbustes et des arbres y ont été implantés dans une harmonie heureuse.

 aulne 1.jpg

Tous les massifs ont des formes différentes, aucune ligne droite, des courbes, des cercles, des associations de plantes et d’arbustes bien réussies.aulne 2.jpg

 

Pour donner un peu de « hauteur » à toutes ces plantations, des arbres ont été plantés soit en isolés, soit dans les massifs, ils donnent une perspective chaleureuse à cet espace pavé entouré de bâtiments.

Parmi ces arbres, une dizaine d’Aulnes de Spaeth, et là je me dois de remercier le site « Les Arbres » et ses membres (Plantcol) car sans eux, je n’aurais jamais trouvé de quelle espèce d’arbre il s’agissait.

 

 

 

 

L’Aulne de Spaeth fait partie de la famille des bétulacées comme les bouleux, les charmes et les noisetiers.  Cet arbre est recommandé pour la décoration des villes , il supporte bien la pollution atmosphérique est résistant, à croissance rapide et à haute tige. Il peut atteindre une taille de 15m  pour une largeur de 5 à 7m ce qui devrait à mon avis poser quelques problèmes sur cette place dans quelques années. Autre avantage pour la décoration des villes et jardin c’est qu’il perd ses feuilles très tardivement dans la saison et semble t-il qu’il prend de belles couleurs automnales.

Ce qui m’avait interpellé en détaillant cet arbre, c’est qu’il présentait actuellement d’une part des espèces de chatons verts et d’autre part des petits fruits verts eux aussi.

 aulne 3.jpg

En cherchant quelques informations sur cet arbre, j’ai découvert sur le site « arbres monumentaux », deux spécimens à la taille impressionnante, à Eindhoven aux Pays bas, un spécimen de 22.20 m de haut et 2m38 de circonférence et un autre de 25m80 de haut et 2m23 de circonférence, toujours aux pays bas à De Lutte..

15/10/2011

PENSEES INTEMPORELLES

Pensées 1.jpg

VIOLA WITTROCKIANA – Voilà certainement une plante qui est à classer parmi les incontournables du jardin, tant elle est facile de culture, résistante et disponible pratiquement pour chaque saison.

Les Pensées font partie du genre « Viola » (Violacées) comme la Violette, on les distingue suivant le positionnement des pétales :  2 pétales vers le haut et 3 vers le bas pour les Violettes,  4 pétales vers le haut et un vers le bas pour les Pensées.

Pensées 4.jpg

La famille des Violacées est vaste, à peu près 800 espèces  et plus de 20 genres, une famille assez cosmopolite dans laquelle on retrouve aussi bien des herbes, que des arbustes.

 

Les Pensées, le plus souvent des hybrides à partir de Viola wittrockiana, sont tellement nombreuses (plus de 500 variétés) qu’il devient très malaisé de les reconnaître.

Les Pensées sont des fleurs de toute saison, en automne et en hiver, elles prennent toute leur importance pour garder des notes colorées dans les parcs et les jardins.

 Pensées 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, dans la ville, les bégonias, tagètes et autres plantes annuelles printanières ont été remplacées par des milliers de Pensées. Les ouvriers communaux se sont retroussés les manches pour offrir un spectacle coloré qui résistera au froid, au gel (jusqu’à un certain point) et à la neige. Tout le monde y trouve son compte, même les pigeons.

 

Les Pensées ne requièrent pas beaucoup d’entretien : arroser régulièrement pour éviter que le sol se dessèche, elles préfèrent un sol humide, enlever les fleurs fanées pour obtenir une floraison plus abondante et plus longue.

 

Pensées 5.jpg

La Pensée sauvage (Viola tricolor) est l’ancêtre de la pensée cultivée, dans le langage des fleurs elle était associée à la pensée. Shakespeare l’écrit d’ailleurs dans la fameuse tirade d'Ophelie (Hamlet) : « Voilà du romarin, c'est pour le souvenir. Je vous en prie, mon amour, souvenez-vous. Et voici des pensées, c'est pour la pensée. » ,

La Pensée cultivée quant à elle symbolise le souvenir, la nostalgie ; alors que la Violette représente la timidité, la modestie et la pudeur.

 Pensées 6.jpg

Une légende raconte que la nymphe Io, la très jolie fille d’Inachos, Dieu fleuve, père de Mycène, fut consacrée à Héra, femme et sœur de Zeus, dont elle devient la grande prêtresse  du temple.

Sa beauté attirait les plus beaux partis mais Io restait inflexible, jusqu’au jour où Zeus, sous un déguisement de mortel, la vit. Ce fut le coup de foudre entre Io et le dieu.

Héra, très jalouse des infidélités de son mari, apprit la chose et résolut de se venger. Pour la protéger, Zeus transforma  Io en génisse, cependant elle devint folle par les piqûres d'un taon envoyé par Héra

Pour atténuer la tristesse de l’animal, Cybèle, déesse de la Terre personnifiant la nature sauvage, fit surgir autour de la génisse un parterre de  fleurs odorantes : des Pensées, qui devinrent ainsi le symbole du souvenir.

Pensées 2.jpg

17:29 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bisannuelles, viola, violette, pensée, parcs |  Facebook | |

12/10/2011

LE LAURIER-ROSE

 

NERIUM OLEANDER. Le laurier-rose est un arbuste très largement répandu qui est originaire des rives Sud de la Méditerranée, il porte aussi  un autre nom, mais très peu utilisé, Oléandre.

Laurier rose 1.jpg

Cet arbuste a impérativement besoin d’un endroit très ensoleillé, chaud et d’un sol bien drainé.

Partout où les températures peuvent atteindre le 0°C il sera nécessaire de le cultiver en pot, dans ce cas il pourra agrémenter agréablement une terrasse, car à -5°C inévitablement il gèle.

Laurier rose 2.jpgPour les lauriers qui ne sont pas cultivés en pleine terre, en été il est nécessaire de pratiquer un arrosage abondant et de faire des apports d’engrais réguliers, ce sont les conditions sine qua none pour bénéficier d’une floraison abondante et pour éviter la chute des feuilles.


Il atteint environ 2 mètres de hauteur et sa floraison, blanche, rose, rouge, jaune ou saumon persiste de mai à octobre.


La multiplication du Laurier-rose n’est pas très difficile, il suffit de couper une tige non fleurie d’une vingtaine de centimètres, pas trop jeune mais dont le bois ne doit pas être trop dur non plus. De supprimer toutes les feuilles du bas, d’inciser légèrement le bas de la tige  et de la laisser tremper dans un bocal d’eau jusqu’à l’apparition de racines et ensuite de le planter dans du terreau de bouturage. La meilleure période pour cette opération est le mois d’août.


Pour les lauriers roses cultivés en pleine terre, il est conseillé, au début du printemps de tailler les branches de l’année d’1/3, tandis que pour les lauriers roses en bac, il est conseillé après la floraison et avant de mettre à l’abri pour l’hiver de tailler les branches à moitié.


 Le laurier rose est certainement une des plantes les plus dangereuses car toutes ses parties sont extrêmement toxiques. Il y a donc intérêt à ne pas le confondre avec le laurier sauce (laurus nobilis) fréquemment utilisé en cuisine.

 Une anecdote raconte que certains soldats de Napoléon, lors de la campagne d’Espagne en 1808, en furent victimes en faisant rôtir des agneaux embrochés sur des branches de laurier rose. Sur 12 soldats, 8 en moururent et les 4 autres furent gravement intoxiqués.

Laurier rose 5.jpgLaurier rose 6.jpg

On considère que l’ingestion d’une seule feuille entraînant de violents troubles digestifs, neurologiques et cardiaques, peut être mortelle pour l’homme.

 Comme vous pouvez le voir ci contre, cette place piétonne a été largement garnie de lauriers roses, chacun bénéficiant d'un grand pot dont chaque motif est différent. Toute cette végétation donne à la place un aspect chaleureux et tandis que les multiples bancs publics invitent les passants à y faire une halte bien agréable.

 

 

Laurier rose 3.jpg

 

Laurier rose 4.jpg


 

 

09/10/2011

LE SAVONNIER

 Savonnier 1.jpg

KOELREUTERIA PANICULATA - Voilà un arbre intéressant à plus d’un titre et qui n’a cependant pas le succès qu’il mériterait. Tout d’abord il est assez remarquable  par son feuillage, longues de 20 à 40 cm ses feuilles présentent des folioles très découpées (de 9 à 15), ensuite par sa floraison jaune qui intervient en juillet sous forme de grandes panicules mellifères qui produisent un excellent miel et enfin par l’apparition de ses fruits, des genres de petites lanternes un peu comme sur les physallis, tout d’abord verts pour ensuite passer au brun et garnir l’arbre tout l’hiver.

En automne, son feuillage vert devient jaune doré, d’où son appellation anglaise de « Goldenrain tree » (arbre pluie d’or).

 

Savonnier 2.jpg

C’est un arbre peu exigeant, qui donnera une meilleure floraison dans une situation ensoleillée et abritée du vent. Etant très résistant à la pollution, il est également un très bon choix pour la décoration des villes.

 Autre qualité non moins intéressante, il a une croissance rapide pour atteindre sa taille maximum de 12 à 15 mètres. Son écorce et son fruit contiennent de la saponine dont en Asie on fait du savon naturel. Dans le passé, avec ses petites graines rondes et dures, on  confectionnait des chapelets.

arbres,savonnier,koelreuteria paniculata

Originaire d’Asie, Corée, Chine, Japon, traditionnellement il orne la tombe des mandarins. C’est en 1789 qu’ il a été introduit en France, sa découverte étant due à d’Incarville en 1750.

On l’appelle aussi « Bois de Panama » à ne pas confondre cependant  avec le Quillaja saponaria lui aussi appelé « Bois de Panama » mais qui est originaire d’Amérique du Sud.

 Cet arbre fait partie de la famille des sapindacées, une grande famille qui comprend environ 2000 espèces et qui tient son nom du genre Sapindus, c'est-à-dire « arbre à savon », qui produit des fruits utilisés comme noix de lavage. De nombreuses autres espèces de cette famille contiennent également des concentrations élevées de saponine.

13:37 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : arbres, savonnier, koelreuteria paniculata |  Facebook | |

06/10/2011

LE RETOUR !

 Me revoici, tout doucement, tout différent, en effet j’ai quitté mon jardin, j’habite maintenant ….. au centre d’une ville et forcément « Mon jardin, son évolution » va prendre une autre tournure. Et en parcourant cette ville de long en large pour aller à sa découverte, j’ai remarqué que la nature est omniprésente, soit de manière naturelle et sauvage, soit par les aménagements publics qui y ont été réalisés.  Forcément, je vais parler du travail des autres et non plus du mien, mon travail consiste essentiellement à observer et à me dire : tiens voilà une bonne idée, une idée éventuellement adaptable à un jardin particulier.

 Pour redémarrer ce blog, c’est par une plante spéciale que je vais commencer, ni herbe, ni arbre, arbuste peut être c’est une rareté botanique : le LYCIET commun.

Lycium 1.jpg

 

LYCIUM BARBARUM fait partie de la même famille que la tomate c'est-à-dire les solanacées. Une famille de plantes assez vaste puisqu’on y trouve également la pomme de terre, les aubergines, les physalis ou encore les piments et poivrons. C’est une famille qui produit d’excellents légumes mais aussi des poisons violents comme chez la Datura, la Belladone ou la Mandragore. Le Tabac fait également partie de cette famille vraiment nombreuse comprenant environ 2500 espèces.

 

Chez nous le Lyciet était un peu oublié pourtant il était déjà connu dans la pharmacopée antique du monde greco-latin. Fin des années 90, il est revenu en force via la Chine qui commercialise ses fruits sous le nom de « Baie de Goji ».

Les baies séchées de Lyciet commun contiennent une quantité invraisemblable de vitamines (B1, B2, B6 et E) et de minéraux (Zinc, fer, cuivre, calcium, sélénium, germanium, phosphore, …) On prête à la baie de Goji, grâce à ces hautes teneurs en acides aminés, en minéraux, en vitamines, en protéines, en Oméga 3, en bêta carotène, etc. de nombreuses propriétés pour la santé. Cependant certains scientifiques prétendent qu’elle n’en a pas plus que la pomme ou l’orange.

Lycium 2.jpg

Quoi qu’il en soit, son aspect décoratif n’est pas à dédaigner, cet entrelacement de branches, ses mignonnes petites fleurs, ses fruits, ce joyeux fouillis lui donne un air sauvage qui n’est pas pour me déplaire.

10:01 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : arbuste, lycium, ville |  Facebook | |