• VOILA LA NEIGE.

    On l'attendait, on nous l'avait prédit, elle est là nouvelle preuve que l'hiver s'est bien installé et en plus il fait froid. Bien sûr, pas de quoi fouetter un chat, les quantités ne sont pas impressionnantes mais il faudra bien s'en accomoder.

    "Pas de quoi fouetter un chat", voilà une expression un peu bizarre dont l'origine n'est pas très bien établie. Au XVIIème siècle, on disait qu'une "personne était éveillée comme un chat qu'on fouette", on employait aussi l'expression "il n'y a pas de quoi fouetter un chat" pour parler d'une chose sans importance ou encore d'une faute bénigne.

    Mais rien n'indique pourquoi notre pauvre bête est encore comdamnée pour longtemps à se faire fouetter !

    P1090944.JPG

    Nos amis les oiseaux se sont rapprochés des habitations, n'oubliez pas de les soigner chaque jour, le spectacle en vaut la peine. Les mésanges, rouge-gorge, moineaux, sitelles, accenteurs-mouchet, pinsons, de même que les plus imposants, geais, pies et merles sont comme de bien entendu au rendez-vous pour apporter de la vie au jardin.

    P1090946.JPG

    366 Gestes pour la biodiversité.

    JE N'ACHETE PAS DE VÊTEMENTS A NETTOYER A SEC.

    La plupart des entreprises de nettoyage à sec utilisent le perchloroéthylène (ou tétrachloroéthylène). Ce solvant est toxique pour ceux qui le manipulent : il est irritant pour la peau et les muqueuses, provoque nausées, maux de tête et pertes de connaissance, s'accumule dans l'organisme et est probablement cancérogène.

    Normalement utilisé en circuit fermé, il se retrouve néanmoins dans les nappes phréatiques et les rivières. Or, il est également très nocif pour l'environnement, les écosystèmes aquatiqueset les zones humides en particulier ....

    Aujourd'hui, les pressings écologiques qui n'emploient que des produits biodégradables (l'eau notamment) sont encore fort rares. La solution ? Evitez d'acheter vêtements et linge de maison qui nécessitent un nettoyage à sec !

  • CONTRASTES EN ROUGE ET VERT.

    Ce matin le thermomètre indique -8°C, l'hiver est bien là , tout est givré mais la neige nous a épargné, juste quelques misérables flocons mais qui ne valent pas la peine qu'on en parle. Il y a quelques jours deux contrastes en rouge et vert attiraient encore les regards au jardin, aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait le cas, le gel est passé par là.

    Il y a d'abord dans la haie vive, cette Epine-Vinette (BERBERIS VULGARIS), dont certaines feuilles, pas toutes,  deviennent d'un très beau rouge vif. C'est un arbuste épineux, qui s'y frotte s'y pique, qui présente une petite floraison jaune en été et dont les petits fruits sont comestibles.

    Les fruits de l'épine vinette entrent dans la fabrication de confitures et de gelées et de pastilles qui sont une ancienne spécialité de Dijon. Les fruits sont très amers, à tel point que les oiseaux n'y touchent même pas. Les oiseaux n'y touchent pas mais par contre quel beau repère pour y construire un nid à l'abri des chats.

    P1090916.JPG

    Au printemps passé, j'avais remarqué pendant quelques jours les va et vient d'un merle, le résultat est là, un magnifique nid très bien structuré est caché à l'intérieur .

    P1090915.JPG

    Il y a quelques semaines, je vous avais déjà montré les magnifiques couleurs de l'arbre à perruques (COTINUS COGGYRIA), je ne résiste pas au plaisir de vous le représenter, surtout en contraste avec les lauriers cerises qui eux restent verts toute l'année. Avec eux, pas d'hésitation, ils supportent très bien la taille même sévère.

    P1090919.JPG

    366 Gestes pour la biodiversité.

    JE NE JETTE PAS MES DECHETS VERTS DANS UNE RIVIERE.

    Les déchets de jardinage (tonte de pelouse, taille de haie, branchages, ...) sont biodégradables. Mais jetés aux abords ou dans un cours d'eau, ils peuvent s'accumuler au niveau de rétrecissement naturels ou artificiels, de ponts ... et provoquer des débordements.

    En outre, en se décomposant dans l'eau, ils en augmentent le taux d'azote et favorisent ainsi la prolifération d'algues nuisibles pour la faune et la fore aquatiques : elles réduisent en effet fortement la teneur en oxygène des rivières, surtout par temps chaud, entraînant peu à peu la mort de leurs occupants.

    Les cours d'eau participent à l'équilibre écologique des vallées. Protégez-les. Compostez vos déchets végétaux ou portez-les dans un parc à conteneurs (en Belgique), une déchetterie (en France).

  • UNE BELLE ETRANGERE.

    Voilà encore une de ces surprises qui nous fait tant apprécier la nature. Je ne sais qui elle est, je ne sais d'où elle vient, mais alors que pratiquement tout est desséché, elle trône fièrement à côté des épis d'agastache fanés.

    Elle a résisté à tout, le gel, la tempête, le vent, la pluie, elle apparaît comme une tache colorée au milieu de ce massif en hibernation. Je suppose qu'elle fait partie de la famille des asters, en tout cas je n'ai aucun souvenir de l'avoir planté. Une belle surprise à cette époque de l'année.

    P1090921.JPG

    366 Gestes pour la biodiversité.

    JE SAVOURE LA BIODIVERSITÉ DANS MON ASSIETTE.

    Née en réaction au développement des fast-foods et la malbouffe, l'association Slow food a prouvé que développer le goût et la curiosité des consommateurs en matière d'alimentation a notamment pour conséquence de les amener à protéger la biodiversité.

    Comment ? C'est très simple. Avez-vous déjà mangé un velouté de panais, des chips de topinambours ou du caviar d'escargots ? En le faisant, vous contribueriez à la sauvegarde de variétés oubliées (tels ces tubercules) et d'espèces menacées (tel l'esturgeon).

    Pour en savoir plus sur cette association écogastronomique, ses actions et la fondation Slowfood pour la biodiversité. http://www.slowfood.com

  • UNE NUIT BLANCHE.

    Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je supporte de moins en moins le froid, et pourtant nous ne sommes encore qu'en automne. La météo prévoit les premières chutes de neige dans les ardennes à quelques dizaines de kilomètres d'ici.

    Cette nuit, il a bien gelé, le brouillard est présent et touts les plantes sont bien givrées, une nuit blanche. Une nuit blanche, c'est aussi une nuit sans sommeil, sans dormir la journée suivante.

    Pour la petite histoire, savez-vous d'où vient cette expression de "nuit blanche" : Le futur chevalier, avant d'être adoubé, devait passer toute une nuit allongé, les bras en croix, sur le sol de l'église ou de la chapelle ; il était tout habillé de blanc.

    P1090938.JPG

    Les graminées sont restées bien droites, malgré les tempêtes des semaines passées, il faut dire que je les ai un peu aidées avec des tuteurs en quart de cercle. Toutes givrées, elles donnent un beau tableau de la nature par ce temps d'automne, un peu trop froid.

    P1090939.JPG

  • UN MARIAGE SECRET

    Maintenant que toutes les feuilles sont tombées, les rameaux des arbres et arbustes sont nus, et parmi eux, quelques uns ont un charme certain.

    C'est le cas du cornouiller panaché jaune (CORNUS ALBA GOUCHAULTII), qui une fois ses feuilles panachées vertes et jaunes tombées, laisse apparaître ses rameaux d'un rouge vif. Son intérêt en été, c'est son feuillage panaché, sa floraison est très discrète, il faut être vraiment près pour découvrir ses petites fleurs étoilées blanc crême. Il a tendance à prendre beaucoup de place, tant en largeur qu'en hauteur, je n'hésite pas à le tailler pour lui garder des proportions normales dans la haie.

    Cornus vient du latin "cornu" qui signifie corne, en allusion à la dureté du bois de cornouiller qui était comparée à celle des cornes par les anciens.

    P1090910.JPG

    Une petite surprise quand même, cet été il en a profité discrètement pour se "marier" avec cet espèce de clematite sauvage. En été je n'ai rien vu, ils se sont bien cachés, mais mis à nu, il ne peut plus cacher sa relation. Finalement elle est assez superficielle et elle ne me gêne pas, que du contraire, elle donne un charme supplémentaire à ses rameaux rouges, comme une espèce de floraison automnale inattendue.

    P1090911.JPG

    366 Gestes pour la biodiversité.

    JE REDUIS MA CONSOMMATION DE PAPIER ET DE CARTON.

    Consommez moins de papier et de carton, vous protégez ainsi les forêts, limitez l'énergie et l'eau utilisées pour leur fabrication et réduisez les déchets générés.

    Si vous devez imprimer un document, faites-le recto verso ou utilisez les dos vierges comme feuilles de brouillon. Réutilisez les enveloppes qui peuvent l'être et gardez les autres pour y noter vos listes de courses, vos messages, ... Quand elles existent, optez pour les alteratives en papier recyclé ou labellisé FSC ou PEFC (cahier, papier toilette, papiers peints, ...), en tissu (serviettes, mouchoirs, sacs, ...) ou en ligne (annuaires, virements, ...)

    Une fois lus, prêtez vos revues, livres et journaux à d'autres lecteurs potentiels. Et bien sûr, recyclez vos vieux papiers et cartons.

  • UN PETIT PLAISIR

    Le jardin est bien triste maintenant, la tempête qui a sévi ces 3 derniers jours a eu le don d'enlever pratiquement toutes les feuilles des arbres. Pas moyen de mettre un pied au jardin, la pluie et le vent sont restés constants, jour et nuit.

    Et puis ce matin, je remarque au pied de ma réserve de bois, une jolie couleur mauve, comme un signe de vie parmi toutes les plantes en léthargie.

    Oui, rien de bien spécial, il s'agit d'une plante sauvage, vraisemblablement un Geranium Molle ou Geranium Mollet, mais à cette période, pour moi, il s'agit d'un petit plaisir agréable.

    P1090902.JPGC'est une plante très commune, qu'on rencontre aux bords des chemins et qui normalement fleurit d'avril à septembre.

    Tout ça n'est pas très exceptionnel, mais comme le jardin est au point mort pour le moment, il faut bien se contenter de petites choses comme celle-là.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    P1090898.JPG

    366 Gestes pour la biodiversité.

    J'ELOIGNE LES CAMPAGNOLS DES RACINES DE MES ARBRES.

    Des monticules de terre, des fruitiers attaqués par les racines ? Des campagnols ont élu domicile chez-vous ! Ces petits rongeurs creusent leur galeries sous terre et se nourrissent de bulbes, tubercules et racines de diverses plantes, y compris d'arbres.

    Profitez de l'hiver pour engager une chasse naturelle contre eux ! Attirez leurs prédateurs : laissez un passage dans la haie pour le renard, aménagez un tas de pierres avec quelques espaces vides pour la belette ou installez des nichoirs et perchoirs pour les rapaces.

    Si cele ne suffit pas, il existe des pièges mécaniques, totalement écologiques ! Mais évitez les méthodes chimiques : elles n'agissent quà court terme et sont toxiques aussi pour leurs ennemis naturels.

     

  • COULEURS D'AUTOMNE (2)

    Il suffit de quelques jours d'absence pour rater quelques belles phases de l'automne. Ainsi j'attendais avec impatience la belle transformation de couleurs du Parriota Persica, et bien c'est raté, le dessus de l'arbuste était déjà complètement dénudé tandis que le bas est tout jaune. Normalement il passe par toutes les couleurs, du jaune, à l'orange en passant par le rouge et le doré. Tant pis ce sera pour l'année prochaine.

    P1090885.JPG

    Heureusement, d'autres arbustes gardent mieux leurs feuilles comme cet "arbre à perruques" COTINUS COGGIGRIA, déjà beau tout au long du printemps et de l'été, et qui en automne attrape une couleur rouge plus claire, très lumineuse.

    P1090879.JPG

    Dès que le vent, la pluie et la tempête de ce jeudi auront cessé, il sera temps de ramasser toutes ces feuilles, un petit passage avec le tracteur devrait avoir raison de ce "désordre". Pas d'exagération, il ne faut pas se tuer au travail.

    366 gestes pour la biodiversité.

    JE NOURRIS LA TERRE PLUTÔT QUE LES PLANTES.

    Vous avez choisi vos plantations en fonction du type de sol et pratiquez la rotation des cultures ? Alors, vous ne devriez recourir aux engrais -même naturels - qu'à l'occasion.

    grelinette.24214.jpgEn fait, nourrir la terre en fin de saison suffira dans bien des cas. Commencez par la travailler avec une grelinette qui permet de l'ameublir et de l'aérer sans la retourner... et donc sans chambouler le milieu de vie des vers de terre et autres auxiliares souterrains !

    Ensuite, épandez du compost, sutout sur les parcelles du potager et au pied des vivaces et des arbustes : il protégera le sol des rigueurs de l'hiver tout en le nourrissant. Le reste de l'année, laissez se décomposer sur palce les tontes de pelouse, feuilles mortes et autres débris végétaux.