• DES GALLIFORMES VISITENT LE JARDIN

    Régulièrement un ou deux faisans mâles traversent fièrement le jardin, il s'agit de l'espèce "FAISAN DE COLCHIDE", j'ai déjà eu l'occasion d'en parler quelques fois.

    Hier, c'est leur harem qui nous a rendu visite, pas moins de 6 poules faisanes, en quête de nourriture, sont passées par les différents massifs, mais très peureuses elles ont fui très rapidement.

    P1070902366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 25 février 2010.

    J'ARRÊTE DE NOURRIR LES OISEAUX A LA FIN DE L'HIVER.

    Il est recommandé de réduire progressivement le nourrissage des oiseaux dès début mars et de l'arrêter complètement à la mi-mars ou, au plus tard le 1er avril si le froid persiste.

    Au delà, il n'est plus nécessaire : nombre d'oiseaux granivores en hiver redeviennent insectivores dès le printemps.  En outre, des oisillons pourraient s'étrangler , notamment avec les cacahuètes. Par contre, continuez à leur donner à boire. Et dès que les gelées cessent, remplacez la coupelle d'eau grillagée par un récipient dans lequel les oiseaux pourront aussi se baigner. Il doit être plus large, peu profond, non glissant et à bords légèrement inclinés.

     

  • LES PREMIERS BOURGEONS DES ARBUSTES PRINTANIERS

    Après une dernière grosse averse de neige samedi soir, depuis dimanche après-midi nous sommes enfin, définitivement je l'espère, débarassés de la neige.

    Le temps redevient doux mais à cette saison, inévitablement accompagné de la pluie. C'est le moment de vérifier l'état du jardin, des plantes qui ont souffert, des arbustes qui commencent à bourgeonner, etc...

    Un des plus avancés est le RIBES SANGUINEUM, il montre de très beaux bourgeons ce qui est normal car il devrait fleurir dans le courant du mois de mars. Pour sa deuxième année il est déjà bien touffu, je l'ai juste un peu taillé après la floraison du pritemps dernier pour lui donner une forme esthétique.

    Il porteégalement  le nom  de "Groseiller à fleurs" ou encore "Faux Cassis". De culture et d'entretien facile, il demande un terrain bien drainé et le soleil ou la mi-ombre.

    P1070897366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 22 février 2010.

    JE LIMITE LES REJETS DE MEDICAMENTS DANS LA NATURE.

    Nous éliminons aux toilettes une large part des principes actifs des médicaments que nous ingurgitons. Résistants au traitement des eaux usées dans les stations d'épuration, ils se retrouvent dans les rivières et les mers où ils agissent sur la faune et la flore aquatiques.

    Leurs effets sont encore mal connus mais il semble, par exemple, que certains poissons exposés aux oestrogènes de synthèse des pillules contraceptives deviennent hermaphrodites.

    Que faire ? Ne prendre de médicaments que lorsque c'est vraiment nécessaire (les antibiotiques ne servent à rien en cas d'infections virales) et rapporter à la pharmacie ceux qui ne sont pas utilisés ou dont la date de péremption est passée (ne les jetez ni à la poubelle, ni dans les toilettes !)

  • DEPOLLUONS PAR LES PLANTES

    Nos intérieurs sont envahis d'appareils qui émettent des ondes négatives , nous  sommes bombardés de toutes ces ondes électromagnétiques diffusées par nos équipements tels que téléphone portables, micro-ondes, téléviseurs, équipements WiFi, ordinateurs, etC..

    Ces champs magnétiques sont susceptibles d'induire des effets désagréables, par exemple des maux de tête, de l'agressivité , de la perte de vitalité ou encore d'une diminution de l'activité sexuelle. Ce n'est pas moi qui le dit mais bien, Daniel Depris scientifique au CEPHES, il indique les dangers qui peuvent provenir d'une exposition régulière ou permanente aux radiations hertziennes. Il a démontré avec l'OMS que les perturbations et les symptômes découlent du syndrome des fréquences radioélectriques et des hyperfréquences.

    Cet ennemi est d'autant plus sournois qu'on ne le voit pas et qu'il nous agresse sans relâche.

    Une solution viendrait de plantes dépolluantes, il semblerait que le "CIERGE DU PEROU" (CEREUS PERUVIANUS) et que l"ARBRE DE JADE" (CRASSULA ARBORESCENS)auraient la faculté d'absorber en partie des émissions électromagnétiques. Des mesures réalisées par le biomètre de Bovis indiqueraient clairement les différences de vibrations avec ou sans la présence de ces plantes près d'une source d'ondes électromagnétiques, téléviseurs ou ordinateurs par exemple.

    Je parle à l'imparfait car je suis toujours un peu comme Saint Thomas qui ne croyait que ce qu'il voyait. Mais après tout garnir son intérieur de plantes vertes, qui plus est faciles à cultiver, m'agrée, ... alors pourquoi pas, ce sera peut être psychologique, mais à tout prendre ....

    Et sans le savoir, je pense possèder mais sans certitude un "Arbre de Jade", il  a un certain nombre d'années, etpersonnellement je l'appelais certainement à tort "Pourpier". Le voici :

    ARBRE DE JADE366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 19 février 2010 :

    JE CHASSE LES MAUVAISES ODEURS DE MANIERE NATURELLE.

    odeurs
    Bannissez les désodorisants industriels. Aérosols, encens, parfums à brûler, bougies parfumées, ...: ils sont polluants à la production comme à l'utilisation et peuvent provoquer céphalées, crises d'asthme, allergies et même cancers dans certains cas.

    Le mieux est d'aérer un peu, même en hiver. Toutefois si vous n'en avez pas la possibilité, placez dans la pièce une coupelle de vinaigre et dez zestes d'agrumes pendant quelques heures. Vous pouvez aussi craquer une allumette (très efficace aux toilettes) ou faire bouillir un peu d'eau avec quelques branches d'herbes aromatiques (thym, romarin, ...).

    Le bicarbonate de soude absorbe les odeurs du frigo comme celles du bac à chat. Et pour les armoires, il n'y a rien de tel que les sachets de lavande.

  • DETAILS DE TRONCS

    ça y est, le redoux est arrivé, lentement la neige fond, ça et là des taches vertes apparaissent au jardin. Evidemment encore rien de transcendant à montrer, sauf en regardant un peu plus haut, il y a les troncs d'arbres et arbustes. Souvent on les oublie, notre regard étant porté automatiquement vers la beauté du feuillage ou des fleurs.

    En hommage à ces troncs, sans qui nos arbres ne seraient rien, en voici 4 détails photographiés cet après-midi au jardin.

    SUREAU ET COTINUSLe SUREAU NOIR (SAMBUCUS NIGRA) sous son manteau de lichen et l'ARBRE A PERRUQUE (COTINUS COGGYGRIA).

    BOULEAU ET OLIVIER DE BOHEMELe BOULEAU VERRUQUEUX (BETULA PENDULA) avec son tronc blanc reconnaissable entre tous et l'OLIVIER DE BOHEME (ELAEAGNUS ANGUSTIFOLIA).

     

    366 gestes pour la biodiversité

    Geste du 17 février 2010

    J'AIDE LES PETITS ANIMAUX A AMENAGER UN NID DOUILLET.

    Les oiseaux et les petits mammifères sauvages (hérissons, écureuils,...) manquent parfois de matériaux de construction pour leurs nids. A toi de leur en fournir !

    nids
    Du début du printemps à la fin de l'automne, place par terre et dans les buissons, des brindilles, de la paille, de l'ouate, des plumettes, des petites boules de cheveux ou de poils d'animaux. Tu peux aussi fabriquer un présentoir avec du fil de fer épais. Forme un gros oeuf en spirale et termine le par un crochet. Remplis le de tes matériaux et suspends-le.

  • LES YEUX DU GRAND-DUC

    P1070866
    Ma grenouille est de nouveau en danger, si la neige continue a tomber comme ces derniers jours, elle sera bientôt asphyxiée. Un autre animal en danger, c'est le "Grand-duc d'Europe", comme il se fait de plus en plus rare, il n'est pas évident d'en voir en liberté. Avant d'entrer dans la réserve du Zwin, il y a un petit parc animalier où l'on peut voir dans des volières quelques espèces d'oiseaux de nos régions.

    Même si je n'aime pas beaucoup de voir des oiseaux privés de liberté, c'était assez intéressant de voir de très près des "Grands-ducs"(une dizaine d'individus), un "Grand corbeau noir", etc...

    Les yeux du Grand-duc d'un beau rouge-orangé sont particulièrement impressionnants, ils lui permettent de voir dans le noir mais sont très sensibles aux éblouissements. En Wallonie, il avait complètement disparu, il est réapparu au début des années 90 suite à un programme de réintroduction en Allemagne. Plusieurs couples nichent maintenant régulièrement dans les carrières le long de la vallée de la Meuse.

    GRAND DUC366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 15 février 2010.

    JE DECOUVRE LA NATURE EN VILLE.

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la biodiversité est parfois bien plus grande en ville qu'à la campagne où règnent les monocultures dans les champs comme dans les forêts.

    Etonnamment, les biotopes peuvent être fort variés en ville : jardins publics, jardins privés, étangs, parcs, forêts, rues et avenues arborées, terrains vagues, friches, abords de chemins de fer, berges de ruisseaux .... sans parler des toitures vertes et des terrasses, façades et balcons fleuris. Même les moindres fissures au bord des trottoirs, au pied des bâtiments ou sur les murs sont colonisées par une multitude de plantes sauvages !

    Mais cette biodiversité est vulnérable : elle ne pèse pas bien lourd face aux bétonneuses et aux rouleaux compresseurs...

  • UN SEJOUR EN TOUTE SERENITE.

    Notre séjour à Knokke le Zoute est terminé et comme je le pressentais ce fut un grand bol d'air. Le temps était froid, neige et gel étaient au rendez-vous, mais le ciel en grande partie dégagé. Par contre le vent du nord-est était glacial, mais ça ne nous a pas empêché de pratiquer nos loisirs préférés, le vélo, la marche, la découverte de la nature, ... plus les plaisirs de bouches (crêpes, poissons, ...)

    Un grand bonheur fut notre balade dans le Zwin, un ancien bras de mer aujourd'hui ensablé qui est devenu une réserve naturelle entre la Belgique et les Pays-bas. Soit 158 Ha d'un biotope unique pour de nombreux oiseaux et plantes. 60 Ha sont accessibles au public, ... question public, nous étions absolument seuls, 60 Ha pour nous quatre, l'impression d'être seuls au monde.

    Les biotopes du Zwin sont composés de vases salées et de prés salés dont les parties les plus basses sont inondées à chaque marée. Plus de 40 plantes y abondent (obione faux pourpier, aster maritime, épinard de mer, salicorne, statice, etc...) et des milliers d'oiseaux y  viennent pour nicher, hiberner ou simplement se nourrir (avocette, aigrette, cigogne, héron, huitrier, etc...)

    ZWIN 1366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 14 février 2010.

    J'ORGANISE UNE SAINT VALENTIN VERTE

    Vous avez tout prévu pour fêter Saint Valentin dans le respect de la biodiversité. Vous avez acheté du maquillage bio et de l'après rasage aux huiles essentielles. Et pour les cadeaux ? Une paire de jumelles et un guide sur les oiseaux pour lui, des chocolats labellisés Fairtrade et un bouquet de fleurs produites localement et sans pesticides pour elle.

    Vous avez réservé une table dans un restaurant (bio) qui ne sert que des produits de région et de saison. Et pour épater votre moitié vous avez prévu de vous y rendre en calèche, en pousse-pousse ou, s'il neige en traîneau  tiré par des chiens.

    Et pour finir la soirée, un matelas en latex naturel, un duvet en plume d'oie et des draps en fibre de bambou...

     

    Quel programme ! Bonne fête à tous les amoureux !

  • UN GRAND BOL D'AIR

    Afin d'être en grande forme avant la saison du jardinage, une petite semaine à la mer du Nord nous fera le plus grand bien.

    C'est à Knokke le zoute à la frontière Belgo-hollandaise que nous séjournerons, de quoi découvrir la réserve naturelle du Zwin.

    clm010601

  • APRES LA NEIGE, LA VIE

    Maintenant que la neige est fondue, on peut voir que pour certaines plantes, la dormance est terminée, la vie a repris le dessus.

    C'est le cas de ce Dendranthemum qui je l'espère me donnera autant satisfaction qu'en 2009. Jardiniers, préparez vos outils si ce n'est déjà fait, la belle saison approche. De mon côté, n'y tenant plus, j'ai commencé le bêchage d'un nouveau massif autour du cabanon. Ouille le dos, mais quel plaisir de retrouver le grand air du jardin.

    P1070769

    366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 6 février 2010.

    JE REDUIS MES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE.

    Se chauffer, s'éclairer, se déplacer ... mais aussi se nourrir, se vêtir et même respirer : tout ce que nous faisons produit des gaz à effet de serre qui mettent en danger la planète. Les déserts s'étendent, les glaciers régressent, le niveau des mers monte ... Bref des écosystèmes entiers sont perturbés.

    Diminuez vos émissions de gaz à effet de serre en consommant autant que possible des produits de saison, de la région et portant un écolabel, en vous rendant à l'école ou autravail à pied, à vélo ou en transport en commun, en évitant le gaspillage ...

    Et compensez-en une partie en accueillant la biodiversité chez vous (avec une mare, une prairie fleurie, des nichoirs, ...) et en soutenant des associations naturalistes ou des projets de reforestation.

  • MAISON A LOUER .

    J'ai parlé du nourrissage des oiseaux, le printemps arrivant il est temps également de prévoir des nichoirs. Nos oiseaux ont de plus en plus de difficultés pour trouver des endroits adéquats où nicher, alors pourquoi ne pas les aider.

    J'ai la chance d'habiter une région encore "assez préservée", les bosquets et les bois sont encore assez nombreux ce qui ne m'a pas empêché d'installer un nichoir à mésange. Accroché à un peu plus de 2 mètres du sol (attention aux prédateurs), orienté au Sud, il est installé depuis 2001 et chaque année il est occupé soit par des mésanges charbonnières, soit par des mésanges bleues.

    Au printemps les va et vient des parents pour le nourrissage des petits est un spectacle à lui tout seul, et si par bonheur on peut assister à l'envol des jeunes mésanges, le plaisir est total.

    Attention que chaque espèce requiert son type de nichoir, qu'on peut les acheter tout faits mais aussi qu'on peut en réaliser assez facilement soi même. Voici un lien où vous pourrez trouver tout ce qu'il faut savoir sur les nichoirs (cliquez)

    P1070758

    366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 5 février 2010 :

    JE N'ACHETE NI NE RELACHE D'ANIMAUX EXOTIQUES.

    Poissons tropicaux, chiens de prairie, perroquets, boas, mygales, ... : la plupart de ces animaux sont prélevés dans la nature, sans respect pour la biodiversité (certains sont même en voie d'extinction !). Et ils sont traités sans ménagement pendant le transport (la majorité n'y survit d'ailleurs pas).

    De plus ils coûtent cher, à l'achat comme à l'entretien, peuvent transmettre des maladies, être dangereux et causer des dégâts importants. Les relâcher dans la nature n'est pas une solution : certains (perruches, tortues aquatiques, écureuils gris ...) libérés ou échappés, se sont parfaitement acclimatés et ce, parfois aux dépens de la faune indigène ...  Alors avant d'en acheter, réfléchissez-y plutôt deux (mille) fois qu'une !

  • L'IMPORTANCE DES ZONES HUMIDES

    L'importance des zones humides pour la biodiversité est bien connue et notamment pour les espèces qui en dépendent (oiseaux, batraciens, etc...). Il y a les étendues d'eau de grande taille qui sont le lieu privilégié de nidification de certaines espèces comme les grêbes huppés, les hérons cendrés, etc... et sont par conséquent très importantes, il y a les mares dont je parlais dans l'article "il faut sauver les grenouilles" et il y a aussi les petits points d'eau que l'on peut aménager dans son jardin qui auront tout à la fois un intérêt décoratif, ludique mais qui contribuera également à la sauvegarde de la biodiversité.

    C'est un de mes projets pour ce printemps 2010, il n'y a plus qu'à le concrétiser.

    La Mare aux joncs à Seraing.

    P1070756366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 4 février 2010

    J'ENVISAGE D'AMENAGER UNE MARE DANS MON JARDIN.

    Un mare naturelle au jardin permet d'accueillir de nombreux auxiliaires : les oiseaux et petits mammifères viendront s'y désaltérer, les amphibiens et certains insectes y déposeront leurs oeufs, les libellules y chasseront les moustiques et autres nuisibles, les larves de dyptiques y limiteront le nombre de têtards, les hirondelles et guêpes maçonnes y trouveront la boue nécessaire pour leur nid, ...

    P1070757
    En outre, elle rafraîchira l'atmosphère en été et vous permettra de faire pas mal d'observations : la colonisation spontanée par la faune et la flore locales, l'accouplement des demoiselles, le développement des oeufs et têtards des grenouilles, crapauds, ...

  • DEVINE, QUI VIENT MANGER ....

    Le week-end prochain, Natagora (cliquez !) propose comme chaque année d'effectuer un recensement des oiseaux. Il suffit de faire un relevé des oiseaux, mésanges, rougegorges, moineaux, pinsons mais aussi, geais, pics et autres buses … qui visitent régulièrement le jardin ou les mangeoires.

    En hiver il est important de nourrir les oiseaux car nos milieux se sont appauvris et n'offrent plus une nourriture variée et abondante aux oiseaux.

    En résumé : les 11 règles d'un bon nourrissage

    1. Nourrissez uniquement pendant les grands froids ou les pluies incessantes
    2. Disposez de la nourriture matin et soir
    3. Changez l'eau des abreuvoirs régulièrement et n'y ajouter aucun additifs
    4. Nettoyez régulièrement les mangeoires
    5. Protéger les graines de l'humidité et de la pluie
    6. Ne donnez pas d'aliments salés
    7. Placez graines, mangeoire hors de portée des prédateurs
    8. Surtout, n'arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !
    9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits
    10. Ne donnez pas trop à la fois, la nourriture doit disparaître en quelques heures
    11. Ne proposez jamais d'aliments moisis ou avariés

    P1070754

    366 gestes pour la biodiversité.

    Geste du 3 février 2010 :

    JE REMPLIS MON CARNET D'OBSERVATION EN HIVER

    L'hiver est la saison idéale pour observer les oiseaux restés chez nous : il n'y a pas de feuilles sur les arbres pour les cacher et ils fréquentent assidûment les jardins où ils sont nourris tous les jours ! Si tu habites près d'un étang, va y faire un tour : les canards, oies et autres oiseaux d'eau de nos régions ont certainement été rejoints par leurs cousins du nord;

    Quand à la végétation, les arbres commencent à se couvrir de bourgeon et, dès février , les premières fleurs apparaissent : d'abord les perce-neige toutes blanches, puis les crocus blancs, jaunes ou violets.

  • IL FAUT SAUVER LES GRENOUILLES

    L'hiver est toujours là mais très bientôt les conditions climatiques vont devenir plus clémentes. Dans quelques temps, quand la température avoisinnera les 7°C les grenouilles, crapauds et autres tritons vont entamer leur migration printanière à destination des mares et étangs qui les ont vu naître. Cette migration démarre le plus souvent début février et généralement à la tombée du jour.

    Si leur parcours traverse une route c'est l'hécatombe assurée, car la migration peut concerner des centaines, voire des milliers d'individus.

    Certaines communes prennent des mesures de prévention comme une localité voisine (Seraing), aux abords de la "Mare aux joncs", la municipalité installera des panneaux de signalisation indiquant la migration des batraciens qui emprunteront ou non les tunnels (crapauducs) construits sous la route. Dans ces zones, il est recommandé de rouler sous les 30 km/h.

    Ma grenouille attend impatiemment , mais avec le sourire, le dégel. D'ici quelques jours elle retrouvera (après un bon lavage) un aspect plus soigné.

    P1070746

    Le geste de ce 2 février 2010 :

    J'ENTRETIENS LES ZONES HUMIDES

    Particulièrement riches en biodiversité, les zones humides fournissent eau, nourriture et abris à d'innombrables espèces animales et végétales, dont une grande partie y est inféodée. Mais aujourd'hui, bois humides, cours d'eau, étangs, marais, mares roselières, tourbières ...sont de plus en plus menacés par des facteurs tels que la pollution des eaux, la construction de barrages, le drainage des sols ou la présence d'espèces exotiques envahissantes.

    Participez à un chantier de gestion et de restauration des zones humides dans votre région, communes et associations de protection de la nature en organisent régulièrement (NATURA 2000).