20/12/2007

MOINEAU COMMUN

PASSER DOMESTICUS - Souvent en hiver on se focalise sur les oiseaux colorés tels que mésanges, rouge-gorges ou pinson et sans doute moins sur celui qu'on voit le plus tant pendant la belle saison qu'en hiver : notre Moineau commun.

On en voit tous les jours des dizaines mais il semble que sa population est en forte diminution partout en Europe et ce pour des raisons méconnues. En Grande-Bretagne les effectifs de moineaux ont diminué entre 1970 et 1999 de 62%. "Passer domesticus" vient d'y être ajouté à la liste rouge nationale des oiseaux dont la conservation est préoccupante.

A Hambourg, les ornithologues allemands ont enregistré une baisse de 50% en trente ans, leurs collègues tchèques une diminution de 60% en vingt ans à Prague. Les inquiétudes sont telles que le "vrabec", considéré pendant très longtemps comme un compagnon plutôt nuisible, a été élu en 2003, par la Société ornithologique locale (CSO), "L'oiseau de l'année".

Mais pourquoi décline-t-il? Les scientifiques avouent n'avoir pas de réponse sans équivoque à proposer car les causes sont sans doute multiples.

Parmi elles, la construction d'immeubles modernes, qui aurait réduit le nombre de sites de nidification, et le passage à l'essence sans plomb. Les antidétonants ajoutés à ce carburant sont accusés d'entraîner une diminution du nombre d'insectes, dont le manque poserait de graves problèmes de nourrissage des jeunes.

Très sensible aux changements de l'environnement, le moineau constitue incontestablement un excellent indicateur de sa qualité. La disparition du "piaf" serait donc surtout un mauvais présage pour l'homme.

Chez moi, une petite colonie d'une trentaine d'individus prend d'assaut les haies, ils mangent et se baignent en commun, ils se posent et s'envolent en même temps. Et chez-vous ?


P1000063

08:16 Écrit par MSVDH dans JARDIN | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : oiseaux, moineau |  Facebook | |

Commentaires

Plus 1 seul Ici, plus un seul moineau, inquiétant, nous nous sommes fait la réflexion déjà depuis 3 hivers : comme tu dis : des mésanges, rouge-gorges, verbiers, pinsons, mais des moineaux... plus un seul. Pourtant, il y a à manger, faudrait-il trouver une mangeoire plus adaptée, ou nichée dans les haies, avec une autre nourriture ? Le débat est ouvert.

Écrit par : Michele | 20/12/2007

Répondre à ce commentaire

Je n'arrive pas à les prendre en photo mais il y a toute une bande qui se bagarre dans le mimosa et me vide les mangeoires à vitesse grand V! J'espère qu'ils vont y rester longtemps!

Écrit par : Kristin | 20/12/2007

Répondre à ce commentaire

Ils ne se sont pas encore approchés de la maison...à la réflexion, je ne les ai pas encore vus !!!!

Écrit par : Danielle | 21/12/2007

Répondre à ce commentaire

j'en voit de moins en moins ici aussi !!!!!
bonne journée

Écrit par : caro | 22/12/2007

Répondre à ce commentaire

Je sais qu'il reste encore trois jours , mais je voudrai prendre le temps de te souhaiter ainsi qu'à ta famille un très heureux Noël.
Bisous

Écrit par : nanny | 22/12/2007

Répondre à ce commentaire

Lorsque nous mangions dehors, nous étions échouis par les cris des moineaux. Ils nichaient par dizaines sous ma toiture, dans des nichoirs à mésanges, sous mon auvent, ils étaient partout et me brisaient des tiges de fleurs de saxifrages pour les mettre dans leur nid. De vrais pestes.
C'était il y a au moins 3ans.
Aujourd'hui, je suis étonné quand j'en vois un passer, et ce week-end, je me suis surpris à apprécier leurs gazouillis, alors que j'étais chez un de mes fils , en ville.
C'est encore en ville qu'on les trouve, ils ont fui les campagnes comme l'ont fait avant eux bon nombre de nos paysans.
On aurait cru que ces solides piafs auraient été plus résistants que les becs fins ou les couleurs.

Écrit par : la sauvagine | 14/05/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.